ABSOLVA : « Side By Side » (c) 2020

ABSOLVA : « Side By Side » (c) 2020

Side By Side
Catégorie:
Publié: 17/04/2020
Sincérité .. authenticité .. passion … voilà les 3 mots qui me reviennent quand j’évoque le hard, cette musique qui compte autant pour moi depuis plus de 35 ans.
J’ai été piqué avec des grands groupes comme Maiden (bien évidemment), Accept, Metallica mais cela fait longtemps que mon coeur balance vers les petites scènes, vers les groupes à taille humaine et pour lesquels ces 3 mots ont encore tout leur sens.
C’est là que je me retrouve. C’est pour cela que j’ai de suite accroché avec Absolva il y a 6 ans lorsque j’ai rencontré la 1ère fois leurs musiciens en faisant jouer Blaze Bayley à Marseille en 2014 puis Absolva (sous le format trio avec Luke Appleton à la basse) au Korigan fin 2014.
Il se dégage du clan Appleton (Christopher Appleton guitariste / chanteur, Luke Appleton guitariste, Mark Appleton manager et Lynne Hampson gérant le merch) et de Karl Shaby Schramm et Martin Mcnee une authenticité, simplicité et une gentilesse tellement bienvenue et devenue rare .. et bien entendue une passion pour la musique …
Le hard coule dans leurs veines, ils vivent et respirent cette musique 24h/24h. Imaginez un peu … les frères Appleton sont partis sur la route avec leur 1er groupe Fury-Uk agés respectivement de 18 ans et 14 ans .. et n’ont cessé d’enchainer albums pour Fury Uk / Absolva / Blaze Bayley / disques solos depuis 15 ans, avec une centaine de shows par an !!
Si vous assistez à un show d’Absolva, vous serez frappés par leur énergie, leur envie de partager avec leur public .. Les performances live des anglais ne laissent pas insensible et ils gagnent des fans show après show, se donnant tous les soirs à 200%, allant discuter après chaque show avec leurs fans, signer des autographes, prendre des photos.
Le groupe sort donc en avril leur 5ème album studio « Side By Side », faisant suite à « Flames Of Justice », « Anthems To The Dead », « Never A Good Day To Die » et « Defiance ». Pas de suspens, Absolva fait toujours du Absolva mais cette fois ci, le groupe a pris plus de temps pour peaufiner cet album, et cela se ressent grandement, surtout dans la 2nde moitié de la galette.
« Defiance » se voulait plus direct que ses prédécesseurs, avec une volonté évidente du groupe de composer des titres courts, directs taillés pour la scène. Le résultat était réussi malgré un petit ventre mou avec quelques titres un peu en dessous. Je ne cacherais pas non plus que le côté épique de bon nombre de titres de « Never A Good Day To Die » me manquait un peu ..
Et bien sur ce « Side By Side », le groupe semble avoir entendu mes pensées car il propose 2 facettes : une 1ère partie directe, efficace et bougrement accrocheuse et une 2nde partie faisant la part belle à des titres plus longs, travaillés, épiques pour mon plus grand bonheur (3 titres de près de 6 minutes). Le meilleur des 2 mondes (« Best of both worlds » comme le chantait Sammy Hagar).
Le groupe a toujours ce sens inné du riff comme en témoigne ce « Advocate Your Fate » servi en entrée accrocheur en diable, avec cette mélodie / leitmotiv de guitare si bien trouvé, ce très bon refrain renforcé par des backing vocals et bien entendu ce solo à la fois mélodique et démontrant quel grand guitariste est Chris Appleton.
Sans temps mort, le riff de « Burning Star » résonne dans les enceintes pour 4 minutes d’un heavy efficace et entraînant comme le groupe a toujours su en composer et nous replonge 4 ans en arrière avec « Never A Good Day To Die ».
Encore une fois, les backing vocals de Luke Appleton sont soignés et rajoutent un plus bien venu. 1er titre en nuances, « The Sky’s Your limite » se veut plus mid tempo et mélodique, avec un chant posé de Chris Appleton, des splendides parties de guitares des frères Appleton avec quelques harmonies à 2 guitares me donnant le sourire (et oui c’est mon truc !), un petit break calme original pour mieux repartir sur le final du titre dans lequel Chris se lâche et balance un solo à la fois mélodique et gorgé de feeling. Un titre très réussi.
Le title-track « Side By Side » commence par une mélodie et un son de guitare bien trouvés pour continuer sur une touche très Absolvienne rappelant un « Defiance » avec Chris et Luke se partageant le chant …et qu’est ce que cela rend bien ! Puis tout s’accélère juste avant un solo démontrant la virtuosité de Christopher puis des guitares en harmonies témoignant encore une fois de sa complicité avec son frère (« Side By Side » ?)
Sur « Living Lie », Absolva se montre plus agressif aussi bien dans le tempo et les riffs que dans le chant. Ça dépote même s’il ne s’agit pas du titre le plus réussi de l’album.
Les anglais ont toujours eu un penchant pour les titres mid-tempo à la « Broken Heroes » de Saxon et le très bon « Legion » est de cette cuvée, avec cette basse rappelant un peu celle de « Fistful Of Hate » mais ici le titre est plus mélodique et surtout donne envie de lever le poing avec ce refrain fédérateur et ce riff entraînant.Et puis ces twins guitares qui font mouche. Un hit un puissance qui va faire un malheur en live, soyons en sûr !
La fameuse 2nde partie de l’album plus épique évoquée en début de chronique commence avec le très bon « Eternal Soul », rythmé à souhait (Martin McKnee martèle sa pédale de grosse caisse comme un déchaîné !) avec une mélodie accrocheuse au chant puis dès les 2 minutes passées, c’est un festival de guitares à la fois rythmiques, de soli et d’harmonies durant plus de 2 minutes ! Que du bonheur !
La pièce maîtresse de l’album est certainement le magnifique « End Of Days » dont le début peut rappeler une certaine chanson de Maiden époque Blaze … « The Clansman » … Sur ce titre, Absolva nous propose l’un de leurs meilleurs titres épiques rejoignant les « All Alone » et « Silent Sacrifice ».
La basse cavale, les riff s’entrechoquent, les roulement de toms résonnent, et les chœurs vous prennent aux tripes, puis les Appleton Brothers nous en mettent plein les cages à miel avec leurs harmonies et soli avant qu’un break marque une pause sur fond de basse pour mieux repartir.
Un titre absolument splendide, épique et inspiré démontrant le talent de composition des Appleton et d’interprétation du groupe.
« Heart Lets Go » se veut très accrocheur et réussi aussi bien durant les couplets chantés avec énergie par Chris que les refrains doublés avec la voix de Luke. On entend clairement que chaque titre, dont celui ci, a été travaillé et peaufiné afin que rien ne soit laissé au hasard et le résultat est vraiment réussi.
Ce 5eme album se termine en beauté par un « From This World » magnifique, démarrant avec cette guitare acoustique, et ce chant tellement beau partagé encore une fois par Chris et Luke, avant que le titre se lance avec les guitares heavy et la section rythmique.
Un titre à la fois heavy et tout en émotion, illuminé par toutes ces parties de guitares toujours mélodiques et gorgées de feeling et par ce duo de chanteurs si complémentaires.
Pour être franc, j’attendais le groupe au tournant car « Defiance » m’avait un peu déçu par ce côté trop direct et facile sur certains titre mais avec ce « Side By Side », Absolva remet les pendules à l’heure avec un sans faute, et avec certainement parmi les meilleurs titres composés par le groupe.
Il se dégage de cet album une grande homogénéité dans la qualité des chansons proposées, dans sa mixité entre brûlots directs et titres épiques gavés de parties de guitares de haut vol. Il est également évident que les 2 ans séparant cet album de son prédécesseur ont été mis à profit pour peaufiner chacun des titres.
Ce qui frappe sur cet album, c’est la complicité de plus en plus marquée entre Chris et Luke, aussi bien au chant avec 2 voix se complétant à merveille, que sur les parties / harmonies de guitare.
« Side By Side » est donc une réussite sur toute la ligne (et quelle belle pochette !!) qui plaira forcément aux fans du groupe et devrait, espérons le, conquérir de nouveaux adeptes de heavy metal anglais prenant ses sources dans les 80s mais remis au goût du jour.
(à noter que le disque comprend 2 bonus, et pas des moindres : 1 cover bien sentie de « 2 minutes to midnight », et une du « Heaven And Hell » de Black Sabbath, dans une version magnifique !)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rate this review