ACCEPT : « Restless And Wild » (c) 1982

ACCEPT : « Restless And Wild » (c) 1982

Restless And Wild
Catégorie:
Étiquettes: ,
Publié: 02/10/1982
Le 2 octobre 1982 sortait « Restless And Wild » d’ACCEPT.
Un album marquant pour plusieurs raisons. Tout d’abord, parce qu’il s’agit de l’album qui fit exploser la popularité du groupe en Europe et hors des frontières de leur pays d’origine. En effet après 2 premiers albums sur lesquels le groupe se cherchait, le groupe avait trouvé son identité sur le fantastique « Breaker » grandement aidé par le producteur Mickael Wagener.
Mais surtout ce nouvel album dégageait une puissance hors du commun pour l’époque, jamais des guitares n’avaient été aussi heavy et tranchantes. Le contraste du son avec son prédécesseur était flagrant. Imaginez .. nous étions en 1982 et aucun groupe à l’époque n’avait eu eu un aussi gros son heavy et brut à la fois…ouvrant la voie à ce que proposera Metallica début 1983 avec « Kill’Em All ».
L’image forte de cette bombe était sans conteste cette intro de chant allemand sortant d’un vieux vinyle craquant directement enchainé par un cri hallucinant d’Udo puis d’un riff heavy un diable sur lequel la double grosse caisse de Kaufmann martelait nos tympans comme jamais. « Fast As A Shark » fracassait tout sur son passage avec cette rapidité et cette violence jusque là inédite inventant ce qui allait être le speed / thrash metal. Pas le temps de respirer, le title track « Restless & Wild » résonne dans les enceintes avec un riff maintenant passé à la postérité et cette voix tellement unique d’Udo, passée au papier de verre et hérissant le poil pour notre plus grand plaisir, et ce refrain qui sera hurlé par des millions de fans durant quasi 4 décennies.
Tous les titres possèdent un petit quelque chose marquant comme l’entêtant « Shake Your Head », le rythmé et heavy « Flash Rockin’Man » et « Ahead Of The Pack » mais l’album brille par 2 autres pépites, « Neon Night » en nuances avec des couplets sur lesquels la voix d’Udo se fait charmeuse et puis ce refrain heavy et génial et ses parties de guitares et soli si réussis de Wolf Hoffmann, et bien entendu l’un des chefs d’oeuvres du groupe, le mythique « Princess Of The Dawn », power ballade parfaite du début à la fin avec de riff entêtant, cette ambiance mystique, cette guitare magique encore une fois. Quelques titres sont moins marquants mais cela n’est peu de choses tellement les autres brillent de mille feux. Les allemands avaient frappé un grand coup, associant à leur musique bougrement heavy un nouveau look avec Udo habillé en militaire et les cheveux courts, les 2 flying V croisant le fer sur scène .. la légende était en marche et n’était pas prête de s’arrêter.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Rate this review