ARMORED SAINT : « Punching The Sky » (c) 2020

ARMORED SAINT : « Punching The Sky » (c) 2020

Punching The Sky
Catégorie:
Étiquettes: ,
Publié: 23/10/2020
S’il y a bien une chose sur laquelle nous, les passionnés de hard, sommes sensibles et qui quelque part régit notre passion et voire plus, c’est l’intégrité. Le fan de hard, et moi le premier, peut se montrer intransigeant et dur à l’égard de certains choix faits par nos groupes chéris durant leur carrière. On ne pardonne pas grand chose et cela peut préter à sourire mais que voulez vous, on ne se refait pas. Ensuite savoir si c’est bien ou non, je vous répondrais que là n’est pas la question car chacun voit cela avec sa vision, son ressenti. Tout ça pour dire que l’une des choses qui m’a toujours fait adorer ARMORED SAINT, c’est justement leur intégrité à toute épreuve. En plus de la grande qualité de leur musique, cet état d’esprit et cette ligne de conduite inchangée depuis quasi 40 ans force mon respect au plus haut point. Le groupe s’est lancé dans l’aventure du heavy metal en 1983 avec leur 1er EP suivi l’année suivante de leur pépite « March Of The Saint » et a su rester droit dans leurs bottes durant toute leur carrière, même lors la pression énorme subie lors de l’enregistrement de « Raising Fear » en 1987. Même l’appel des sirènes envers John Bush pour rejoindre Metallica n’avait pas eu raison de la motivation et de foie du groupe envers leur musique. Le groupe américain n’a jamais dévié de leur heavy metal racé et illuminé par la voix fantastique de John Bush, car il faut bien le reconnaitre, le gros plus du groupe a été cette voix à part, loin des clichés heavy metal de l’époque avec ces voix hautes perchées à la Halford ou Dickinson. Non, la voix de Bush était puissante et agressive avec un timbre vraiment particulier et attachant, reconnaissable entre mille. Et c’est tout bonnement hallucinant que 37 ans après leur 1er enregistrement, le groupe revienne avec un album d’une si grande qualité, purement heavy metal et avec un John Bush dont la voix n’a pas changé d’un iota .. et même je dirai qu’il s’est grandement amélioré sachant beaucoup mieux doser la puissance de sa voix.
Leur précédent opus était magnifique, l’un de leurs meilleurs albums montrant une musique épique, avec des morceaux plus longs, travaillés, passionnant et toujours heavy. Cette fois ci, les américains ont voulu, dans l’ensemble, revenir à une musique plus directe même si l’entame de l’album rappelle l’esprit de « Win Hands Down » avec le magnifique « Standing on the Shoulders of Giants » et ces cornemuses magnifiques servies en intro, cette montée en puissante durant quasi 2 minutes avant que le morceau parte dans un mid-tempo accrocheur comme pas possible avec l’homme fort de l’album, John Bush chantant une mélodie imparable . Un soin particulier a été apporté aux parties vocales, aux backing vocales et le refrain ici est juste fabuleux et typique du groupe, arrivant toujours à produire ce mix parfaitement équilibré entre puissance des riffs, cette rythmique costaud souvent basée sur la basse de Joey Vera l’homme fort du groupe et principal compositeur et producteur, et ces mélodies si accrocheuses distillées par Bush mais toujours avec une agressivité bien équilibrée. Le tempo s’accélère avec « End of the Attention Span » qui ne fait pas de quartier, les riffs sont heavy et les 2 guitaristes balancent des soli efficaces, Bush est enragé mais le titre reste toujours accrocheur. Le côté le plus dur du groupe apparait sur d’autres brûlots comme sur le thrashy « Do Wrong to None » qui rappelle clairement le Anthrax de « Sound Of White Noise » ou sur le joyau heavy racé « Missile to Gun » absolument génial, à la fois bougrement heavy mais en même temps addictif avec cette mélodie et ce chant de Bush qui nous prend au jeu. Certainement le meilleur titre de l’album .. et l’un des meilleurs du groupe.
Mais la bande à Vera sait aussi se montrer charmeuse avec des morceaux heavy mais plus mélodiques comme ce très réussi « Bubble » avec ces couplets heavy, ce pont plus soft donnant sur un refrain d’une efficacité imparable. Les 2 solistes agrémentent le morceau d’interventions ici et là du plus bel effet. « Lone Wolf » étonne avec ce refrain assez soft pour le groupe mais superbe avec ces choeurs, contrastant avec des couplets plus puissants. Belle dynamique en tout cas. Le groupe a toujours su faire preuve d’un grand feeling et capable de nous donner le frisson (sur « Muscle Memory » sur l’album précédent) et cette foi ci le poil se hérisse sur la magnifique « Fly in the Ointment », power ballade avec Johh Bush montrant quel chanteur fantastique il est, capable de faire passer tant d’émotions avec cette voix exceptionnelle. Et la musique est à l’avenant, avec un léger piano ici et là mais avec toujours des riffs bien heavy, des guitares partant en harmonies vers la fin du morceau avec la double grosse caisse de Gonzo Sandoval faisant son apparition. Et ce n’est pas fini car le groupe montre qu’il est capable d’explorer d’autres contrées musicales avec tout autant de talent comme ce « Unfair » sonnant bien évidemment très Alice In Chains de la grande époque, très posé, en nuances et en retenue avec une montée en puissance progressive très bien trouvée.
Le groupe a soif d’idées et n’hésite pas à inclure une flute indienne en intro de « Never You Fret » et le rendu est excellent. Ce titre possède une rythmique bien barée, rapide, syncopée avec des excellents soli. Un titre atypique mais très bon concluant un très grand album des américains.
On sent qu’au travers des 11 compos de « Punching The Sky », Armored Saint s’est fait plaisir et ne s’était imposé aucune limite artistique car ce qui ressort de cet album est une diversité raffraichissante rendant l’écoute du disque passionnante. Et malgré ces ambiances variées, l’ensemble reste cohérent et surtout la marque du groupe est bien présente. Après un disque aussi réussi que « Win Hands Down », la tache pour son successeur n’était pas facile .. mais Armored Saint a réussi à démontrer encore une fois quel groupe talentueux il est, en proposant un album tout autant réussi .. tout en étant bien différent.
Un signe qui ne trompe pas et qui démontre quel grand groupe est Armored Saint.
Un incontournable de 2020 !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Rate this review