BLACK SABBATH : « Master Of Reality » (c) 1971

BLACK SABBATH : « Master Of Reality » (c) 1971

Master Of Reality
Catégorie:
Publié: 21/07/1971
« Master Of Reality » de Black Sabbath sortait un 21 Juillet … de l’année 1971 … ça fait donc un bail … je n’étais même pas né . Il s’agissait du 3eme album des anglais en …. 13 mois .. oui ça fait rever de nos jours où les groupes essaient de justifier comme ils peuvent qu’ils ne peuvent sortir un nouvel album que les 2 / 3 ans. Bref … Iommi et sa bande brûlaient la chandelle par les 2 bouts à tous les niveaux. Excès en tout genre tout en composant sans trop se poser de question … et cela leur réussisait … Leurs 2 premiers albums avaient bouleversé le paysage musical avec ce côté malsain, sombre, lourd … on était très loin du fun des Beach Boys ou des Beatles. Le 1er album en avait assomé plus d’un, « Paranoid » avait montré que le groupe pouvait garder son identité sombre tout en proposant des mélodies catchy (« Paranoid », »Iron Man »).
Mais avec « Master Of Reality », les anglais parvenaient à un niveau supérieur, arrivant en 34 petites minutes à produire un disque d’une unité extraordinaire, avec une ambiance sombre, glauque comme pas possible tout en restant facile d’accès et très accrocheur. Les musiciens étaient clairement perchés et semblaient ne pas toucher terre, plongés dans leurs trips comme en témoigne la toux d’un Iommi très enfumé introduisant le génial « Weed … ooops Sweet Leaf » ..
Le groupe n’hésitait pas à diversifier le propos mais toujours en prenant soin de garder cette ambiance noire … ainsi le très bon « After Forever » fait mine d’être plus léger mais l’ambiance reste plombée grace au riff de Mr Iommi malgré cette basse apportant un peu de lumière .. mais c’est pour mieux replonger avec un « Children Of The Grave » absolument dantesque (l’un des meilleurs titres jamais composé par le groupe) avec ce riff lourd et qui cavale .. et cette ligne vocale d’Ozzy parfaite.
« Lord of This World » est un peu la pépite oubliée de l’album . mais son riff allait inspirer des wagons de groupes des 90s … et puis les musiciens se lanchent complétement sur ce titre … avec en 1ère ligne un Butler déchainé (non mais écoutez moi cette basse déjà sur le 1er break musical à 2min …puis à 4 min !!! Et que dire cette mélodie de Iommi à 4’25 … arrivant à faire surgir la lumière de se magma en fusion. Un titre monumental !
Difficile d’aller plus loin dans le genre .. et quelle bonne idée que ce « Solitude » beau à pleurer avec un Ozzy qui me ferait presque aimer sa voix tant elle bien posée et en retenu … cette guitare très lointaine, cette flute en retenu … un moment de douceur d’une beauté prenante et saisissante.
Mais l’album ne pouvait pas se terminer sur cette note calme et reposante … non .. l’album était avant tout sombre et lourd .. et « Into The Void » terminait comme il se devait ce 3eme album de Black Sabbath, avec une succession de riffs heavy, des accélérations inédites jusque là et sacrément efficaces. Le groupe définissait un genre nouveau, sémait les graines qui allaient enfanter des légions de groupes.
Cette période de Black Sabbath n’est clairement pas ma préférée des anglais (Dio forever …), mais force est de reconnaitre que ce « Master Of Reality » réussissait à imposer et créer un nouveau style avec un talent incroyable, une ambiance maléfique, sombre autour du groupe qui contribuait à faire entrer Iommi, Butler , Ward et Osbourne dans la légende.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rate this review