BLAZON RITE : « Endless Halls of Golden Totem » (c) 2021

BLAZON RITE : « Endless Halls of Golden Totem » (c) 2021

Endless Halls of Golden Totem
Catégorie:
Publié: 15/06/2021
Ce qu’il y a de fabuleux avec la musique, c’est qu’on est sans cesse surpris et émerveillé jour après jour, même après 40 ans d’écoute et de découvertes, des milliers de disques achetés. La passion doit y être certainement pour quelque chose vous me direz …
Quand j’entends ou lis que le hard est mort ou l’éternel discours « c’était mieux avant » des mecs déjà si vieux à seulement 40 ou 50 ans, cela me fait sourrir et je les plains car ils passent à côté de tellement de bons nouveaux groupes. Il sort tous les mois des wagons d’albums très très bons et quelques fois un nous met des énormes claques et nous embarque alors qu’on ne s’y attendait pas. C’est le cas de ce 1er album des américains Blazon Rite dont le 1er EP m’avait déjà agréablement surpris. On sentait l’envie du groupe de proposer leur mixture, leur vision à eux d’un heavy metal loin d’être standard, avec des structures de chanson atypique, assez loin du hard facile d’accroche et mémorisable en une seule écoute. Sans parler du chanteur à la voix spéciale que j’adore rajoutant une vraie personnalité à la musique du quatuor de Philadelphie.
Surpris par le succès de cet EP, le groupe s’est vu proposer un deal avec Gates Of Hell Records (Cruz Del Sur Music) pour un album qui arrive finalement très rapidement, à peine 1 an après « Dulce Bellum Inexpertis E.P. ». On aurait pu craindre qu’un délai si court nuise au résultat final de l’album mais que nenni !! Les américains ont de la ressource et une inspiration bouillonnante comme en témoigne l’écoute passionnante de ce « Endless Halls of Golden Totem ».
Ce qui frappe en premier est la différence de son. Le groupe s’est donné les moyens et a porté un soin particulier pour avoir une prod plus costaud, moins le côté garage (mais ayant un certain charme) de leur 1er EP. Par contre on retrouve le côté un peu barge et unique du groupe dans des compos décidément pas formatées comme les standards du genre comme sur ce 1er titre « Legends of Time and Eidolon » commançant de façon solennel avec cet orgue, ce chant un peu gothique .. comme pour mieux tromper son ennemi avant que le tempo change à 1min40 où l’on retrouve le côté heavy et épique du 1er EP avec le chanteur Johnny Halladay lachant les chevaux, les 2 guitaristes balançant des riffs bougrement heavy et tranchant. Le morceau enchaine les plans différents assez éloignés des couplets / refrains habituels, ici le groupe nous embarque dans une musique à leur sauce rappelant ici et là les excellents Slough Feg. On retrouve ce côté aventureux sur le très bon « Endless Halls of Golden Totem » heavy et tortureux dans lequel un magnifique break calme très Jethro Tull survient en plein milieu, ou encore sur la dernière pièce de l’album « Into Shore of Blood » avec cette intro de guitares me rappelant celle d’ « Alexander the Great » de Maiden, avec le bruit des vagues en fond, puis nous sommes suspendus au chant tout en retenu de Halladay
avant que le morceau parte sur un rythme rapide et .. étonnant pour encore une titre sans véritable refrain mais passionnant avec des soli de guitares ici et là magnifiques et de sacrés riffs ébouriffant et toujours Halladay « habité » !
Et quand le groupe s’essaie à des morceaux plus courts et plus accrocheurs, il tapent dans le mille comme sur « Put Down Your Steel (Only for the Night) » (arrf mais que la ligne de chant est excellente !!!), sur l’excellent single « The Executioner’s Woe » ou le très bon « Alchemist’s Brute » heavy et rapide avec un chant durant le refrain me rappelant le Skyclad des 90s. Et même lorsque les américains ralentissent le tempo, ils le font avec panache comme sur l’excellent « The Night Watchmen of Starfall Tower » gavé d’harmonies à 2 guitares et de soli au top et puis quel refrain épique !!
C’est bien simple, ce 1er album de Blazon Rite m’a mis une énorme mandale et je ne cache pas qu’il faut quelques écoutes pour rentrer dedans .. mais ensuite …quel pied. Il tourne en boucle chez moi et j’en suis devenu accro … accro à cette richesse et abondance des riffs, ce chant atypique qui m’embarque grace à sa forte personnalité collant tellement bien à ce heavy barré.
Un sérieux candidat à mon album préféré de l’année !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rate this review