DOKKEN : « Beast From The East » (c) 1988

DOKKEN : « Beast From The East » (c) 1988

Beast From The East
Catégorie:
Étiquettes: ,
Genre:
Publié: 16/11/1988
Jusqu’au milieu des 80s, nous avions été gâtés avec des lives de légende comme « Live After Death », « World Wide Live », « The Eagle Has Landed » .. mais par contre c’était un peu la disette à la fin de cette décennie, alors autant dire que ce « Beast From The East » de DOKKEN était particulièrement attendu …. mais pour une raison pour laquelle je l’ignore toujours, il fut boudé par la presse de l’époque qui le descendit en flamme (sic). Cela restera pour moi toujours un mystère tant ce 1ère témoigne live des frères ennemis Don Dokken / Georges Lynch a tout d’un live de légende : tout d’abord le format … un double 33t avec 17 titres et 1h30 d’un groupe au sommet et très en forme , un véritable best of des meilleurs albums et années des américains avec 6 titres de « Back For The Attack » pour lequel le groupe était en tournée, 3 titres de « Under Lock And Key », 6 titres de « Tooth & Nail », 1 titre de « Breakin’ The Chains  » et un inédit studio. De quoi satisfaire les fans les plus exigeants, même si certains pourraient argumenter qu’un petit « Lighning Strikes Again » aurait été le bien venu … mais avec 90 minutes réparties sur deux 33t, on ne pouvait guère mettre plus de musique. Ce qui frappe immédiatement .. et tout au long de ce live, est le son très heavy et l’énergie du quatuor décuplée avec en tête un Georges Lynch tout simplement hallicunant de virtuosité et au son de guitare heavy en Diable donnant une toute autre couleur et dimension à la musique de DOKKEN comparé à leurs enregistrements studios. C’est flagrant sur les titres de « Under Lock And Key » comme « Unchain the night » ou « It’s Not Love » (sur lequel Don Dokken fait chanter le public) bien plus puissants ou encore sur cette version de « Dream Warrior » que je trouvais un peu trop lissée sur « Back For The Attack » et qui ici gagne en puissante. Quand le tempo se veut rapide comme sur « Tooth And Nail », le groupe touche à la perfection … avec une section rythmique redoutable avec la double grosse caisse de Brown qui martèle ses futs comme un malade soutenu pas la basse de Jeff Pilson très présente dans le mixe et bien sur Lynch impérial faisant jeu égal avec Eddie Van Halen en terme de virtuosisté et mélodie tout en étant bien plus heavy dans les riffs. Et bien entendu, Don Dokken qui était en toute possession de sa voix (même si on est droit de penser que des retouches studios ont été faites … mais cela était monnaie courante dans les lives de l’époque) et je dois dire que sa performance tout au long de l’album est bluffante, avec un chant et une voix beaucoup moins soft qu’en studio … il envoie le bougre et y met tout son coeur comme avec ses cris sur la bombe « Kiss Of Death » encore plus heavy que sa version studio et jouée plus rapidement.
Mais le grand gagnant de ce live est bien entendu Lynch qui illumine chacun des morceaux de ses interventions de folie avec son jeu énergique et bien sûr ses riffs et ce son de guitare rythmique heavy comme pas possible rajoutant une force incroyable aux morceaux … et puis que dire de cette version ralongée de l’instrumental « Mr Scary » .. véritable démonstration de son talent et de ses qualités énoncées précédemment. Et quand en plus il est grandement aidé par une section rythmique si talentueuse, cela rajoute au côté ultra puissant du morceau et colle à ravir au jeu de guitare de Lynch. Quelle claque !
Ici et là le groupe se permet de jouer avec le public comme sur la magnifique intro du très bon « Heaven Sent » durant laquelle Don fait chanter encore une fois le public de Tokyo. On notera sur ce titre (mais aussi sur les autres) le grand apport des choeurs de Brown et Pilson n’ayant rien à envier à ceux de Def Leppard.
La partie live de l’album se termine par le brûlot speed « Turn The Action » avec un Don Dokken déchainé et un Lynch très en verve avec toutes ses interventions de guitares fabuleuses sur un tempo enlevé.
Ce live est une tuerie sans nom du début à la fin ….avec un son parfait (jugé brouillon par la presse « sourde » de l’époque ..) et très puissant. L’un des rares groupes dont la musique gagnait tant en puissance en live (pour le coup, je trouve ce live bien plus heavy que le « Live » de Judas Priest sorti l’année précédente !) et qui démontrait que DOKKEN n’était pas à l’époque un gentil groupe de hair metal pour minettes ….mais bien un groupe heavy et composé de musiciens d’un niveau peu commun.
Un album live génial, assurement l’un des meilleurs des 80s et bien trop sous-estimé et oublié.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Rate this review