EUROPE : « The Final Countdown » (c) 1986

EUROPE : « The Final Countdown » (c) 1986

The Final Countdown
Catégorie:
Étiquettes: ,
Genre:
Publié: 26/05/1986

Europe … en voilà un groupe qui a fait causer dans les chaumières des hardos au milieu des 80s. Avec le recul et connaissant la grande richesse musiciale du groupe, cela peut sembler tellement injuste ou peu compréhensible, mais en 1986, finalement peu de hardos connaissaient les 2 premiers efforts des suédois qui donnaient dans un hard rock certes mélodique mais bien énergique et bougrement addictif (« Seven Doors Hotel », « In The Future To Come », « Stormwind », « Scream Of Anger » pour ne citer que quelques exemples). Alors lorsque nous avions vu débarquer un soir de 1986 vers 18h la vidéo du titre « The Final Countdown » dans le top 50 de Marc Toesca avec ces nappes de claviers et cette mélodie assez « tut tut », les belles permanentes des musiciens, le joli minoi de Joey Tempest, une guitare en retrait, il avait été difficile de ne pas sourire et de se dire « tiens, en voilà qui se prennent pour Bon Jovi ». Il était de bon ton de les montrer du doigts et de se moquer d’eux, à peu l’instar des américains qu’on commençait également à voir un peu partout avec leur « Slippery When Wet ». On était loin des riffs en acier trempé de Maiden, d’Accept ou de Metallica .. mais …. nous avions un coeur et cette mélodie était quand même sacrément vicieuse, insidieuse et addictive !! Donc en cachette nous allions acheter le 33t et l’écoutions enfermé dans notre chambre … mais sortions la journée avec notre veste à patchs de Metallica, Motorhead, Venom et Maiden .. et surtout nous n’évoquions pas notre nouvelle acquisition vinyle, notre petite sucrerie et plaisir coupable ! Drole d’époque, cocasse avec le recul.
Car au dela des apparences d’une musique et d’un look un peu kitsch, Europe ne rigolait pas et avait produit un sacré bon album. Alors oui il y avait une certaine forme de compromission suite à leur signature sur une major (Epic) surtout dans la prod / son avec les guitares mixées en retrait si l’on compare aux 2 précédents opus .. mais la qualité des titres était bien là, quasi toutes composées par Joey Tempest, compositeur et chanteur vraiment doué (ajouter cela à sa belle gueule, il avait du en faire des jaloux !).
La face A démarrait avec 3 hits imparables et également 3 singles : le title track que tout le monde connait, le plus rock « Rock The Night » et son refrain entêtant et la ballade « Carrie » qui allait créer un baby boom l’année suivante ! Alors oui on les avait entendu et entendu au point d’en avoir marre de ces titres (matraquage radio et télé, on voyait les groupe à l’époque sur tous les plateaux de télé) mais cela n’enlève en rien au fait qu’il s’agit de petites perles mélodiques qui ont passé l’épreuve du temps. L’interprétation de ces chansons lors de leur dernier concert à Marseille en était la preuve, le public les reprenant en choeur. Et malgré ce côté un peu plus sucré, Europe se souvenait d’où il venait et arrivait à marrier leurs influences et ce côté mélodique comme sur le très bon « Danger On The Track » (l’un de mes titres préférés de la galette) avec la guitare de John Norum plus présente, avec un léger orgue dans le fond et surtout lors d’un magnifique solo très Deep Purple auquel succède un belle descente de manche de Norum. Le titre suivant « Ninja » faisait forcément son petit effet auprès des amoureux de la guitare commençant avec des harmonies de six cordes puis avec un riff plus plombé que d’ordinaire. Encore un très bon titre .. décidément le groupe savait y faire et composer des sacrés bons morceaux de hard .. pour peu qu’on se donnait la peine ..d’écouter.
« Cherokee » est un titre que j’ai toujours énormément aimé, peut être à cause de ce riff plus heavy et enfin mis en avant dans le mix et bien sur cette chouette mélodie et aussi ses paroles intéressantes de Tempest. Un morceau typique des 80s, on pense au 1er Bon Jovi … ce qui était très bon signe.
« Time Has Come » marque un peu le pas, une ballade qui ne m’a jamais touché et que j’ai toujours zappé. Un petit faux pas mais rien de grave car l’album se termine de la plus belle façon avec 3 titres de hard mélodique vraiment magnifiques : « Heart Of Stone » encore un bon riff et un Norum qui s’éclate durant le morceau (écouter ce solo en son presque clair et dans une influence classique du plus bel effet) et quel refrain. Jusque là ce 3eme album des suédois était très mid-tempo mais « On The Loose » arrive enfin pour donner un peu de vitesse.
L’album se termine sur « Love Chaser » dont les 1ères notes rappellent l’intro du title track mais la suite est moins festive et au contraire un brin mélancolique certainement donné par la voix de Tempest. Le riff de Norum galoppe et donne un côté hard très sympa au titre avec toujours ce clavier en fond, jamais trop envahissant. Le guitariste nous régale encore une fois avec un soli bien balancé. Un très bon titre encore une fois.
Le constat était .. et est toujours sans appel .. « The Final Countdown » est une perle de hard rock mélodique. Alors je comprends tout à fait que certains titres puissent agacer …car les ayant beaucoup trop entendu .. mais cela ne change pas qu’ils sont excellents. Le groupe avait voulu produire un disque un peu plus calibré sans perdre leur ame et ils y étaient arrivés haut la main tant les titres sont de qualité .. et puis en tendant bien l’oreille, bon nombre des pistes envoient bien la sauce et possèdent un sacré bon riff. Un dernier mot sur la performance de Joey Tempest : ce gars possède un talent fou et une sacrée voix identifiable à la première écoute doublé d’un compositeur hors paire.
Un très très bon album, que je conseille fortement de rédécouvrir si vous l’aviez laissé de côté en 1986/87, car bon nombre de titres ont été oubliés et sont vraiment très bons.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Rate this review