GALDERIA : « Endless Horizon » (c) 2022

GALDERIA : « Endless Horizon » (c) 2022

Endless Horizon
Catégorie:
Étiquettes: ,
Publié: 11/11/2022

Tout ceux fréquentant les scènes locales depuis de longues années savent que la durée de vie des groupes de heavy metal / power metal est malheureusement très limitée. Ici dans la région marseillaise, j’ai vu passé un bon nombre de très bons groupes .. depuis un quinzaine d’années mais qui n’existent plus. Pas facile de percer et encore moins de durer. Alors quand GALDERIA sort aujourd’hui son 3ème album « Endless Horizon » après 16 ans d’existance, on ne peut que leur dire un immense bravo et saluer leur persévérance conduite par leur amour et leur passion pour leur musique. Les marseillais n’ont que 3 albums à leur actif mais il ne faut pas oublier leur excellente (et peu connue) démo « The Starlord » (avec le brûlot jouissif « Chaos Killer ») sorti en 2008, leur 2nde « Royaume de l’universalité » sorti en 2009 incluant des titres fabuleux comme « Out Of Control », « Raising Hell » et bien évidemment leur 1er EP sorti en cd, « Rise, Legions of Free Men » qui présentait le line up proche de celui d’aujourd’hui avec en commun Séb (chant / guitare), JC (batterie), Tom (guitare). Le groupe a à son actif un beau palmarès de concerts dont une tournée avec THERION, des premières parties de BLAZE BAYLEY, AUDREY HORNE, ABSOLVA etc …
La musique des galderiens est depuis leurs débuts inspirée par GAMMA RAY pour le côté power / speed mélodique et quelques fois épique mais aussi par FREEDOM CALL pour un côté souvent lumineux et positif dans la musique et aussi dans les paroles toujours d’une grande sagesse de Séb.
Sur ce « Endless Horizon », on note une légère baisse de vitesse des compos et aussi du côté épique de leurs précédentes réalisations, excepté peut être avec le très bon morceau d’ouverture « Answer The Call » qui pour le coup rappelle des titres comme la pépite « Rise, Legions of Free Men », « Children of the Earth » ou « Shining Unity ». La qualité de la prod et du son saute aux oreilles. Les guitares sont puissantes, les choeurs n’ont jamais été autant soutenus .. quel refrain ! Faut dire qu’avec 3 musiciens chantant merveilleusement bien (Séb, Tom et Bob), cela aide ! Un étonnant break avec guitare acoustique et assez champêtre avec le bruit d’animaux (galot de cheval, un chat,un … âne et bien sur ces cigalles du sud !) survient avant que le morceau ne reparte de plus bel avec un final avec la voix magnifique de Tom mise en valeur.
GALDERIA appuie sur l’accélérateur sur le très réussi speed « Striking The Earth » avec une mélodie imparable. Le titre est porté par des riffs speed et des mélodies de guitares menant la course, et ce gros travail effectué sur les 3 voix soutenant celle de Séb, et bien sur ces choeurs imposants devenus la marque de fabrique du groupe. Tom balance un solo montrant sa grande virtuosité mais en gardant toujours la mélodie au 1er plan.
Quelle entrée en matière ! Le groupe va lever le pied sur la suite de l’album préférant des mid-tempi hyper accrocheurs comme le 1er extrait de l’album « Elation » avec son riff redoutablement efficace, ces légers claviers, les couplets assez posés et ce gros refrain où on a l’impression qu’une équipe de rugby pousse la chansonnette !
Dans ce même style très entrainant, « Gonna Change It All » est irresistible avec l’originalité d’avoir les couplets chantés successivement par Séb, Tom et Bob . Impossible de rester assis et calme sur ce titre qui fera un malheur en concert avec un refrain rappelant les meilleurs titres « joyeux » de GAMMA RAY.
Sur « Eternal Paradise », le quintet étonne avec ce début avec une guitare acoustique durant les couplets avant que le titre parte dans une heavy mid tempo très mélodique sur le refrain.
Le clavier est un peu plus présent que sur les précédents disques du groupe. Il se fait entendre sur le début du remuant « Burning Higher » qui casse encore la baraque car hyper entrainant et on se régale les cages à miel avec ces parties vocales vraiment très réussies (la grande force de l’album) avec Bob, Tom et Séb se partageant encore une fois le chant .. et les bougres ont chacun un chouette grain de voix : Tom la voix la plus haute perchée, Bob plus rauque à Jorn Lande et Séb une voix médium avec une telle personnalité. Un hit comme seul GALDERIA sait en pondre.
Sur « Endless Horizon », le band retrouve un peu ce côté épique qui m’avait fait adorer le groupe sur leur EP de 2010. On a envie de lever le point durant cette épopée … puis le groupe nous surprend avec cette accélération à 3’30, étonnante et rare chez GALDERIA , lançant un déluge de soli de guitares tous plus beaux les uns que les autres. Le morceau se termine avec des choeurs puis une petite partie calme parlée par Madame Chabot. Un très bon titre nous montrant un groupe au meilleur de sa forme et de son inspiration.
Et le niveau du disque ne baisse pas d’un iota avec le très réussi « Heart Of Mankind » lancé par ces chouettes harmonies de guitares, ce chant partagé par Séb et Tom hyper accrocheur encore une fois et un refrain fédérateur. Tom se régale lors de ses soli puis arrive un break avec ces étonnants choeurs presques angéliques avec quelques licks de guitare tout en touché puis le titre repart avec son refrain imparable.
Les marseillais ont choisi de nous quitter sur une note mélancolique et posée avec le très bon acoustique « Twenty One » montrant encore une fois le talent mélodique du groupe. Les parties de guitares sont très belles et tout en touché.
GALDERIA a frappé un grand coup, 5 ans après leur précédent opus. « Endless Horizon » a mis du temps à être finalisé mais cela valait vraiment la peine. Sans conteste l’album avec la meilleure prod mais aussi le plus homogène sans aucun titre faible et aucune baisse de régime. Et tant qu’à faire les choses biens jusqu’au bout, la pochette dessinée par Felipe Machado Franco est sublime mettant en scène les personnages des 2 premiers albums comme pour faire la jonction entre eux. La pochette rend magnifiquement bien sur la version vinyle de l’album.
Un des meilleurs albums du genre sorti ces dernières années, tout simplement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rate this review