ICED EARTH : « Something Wicked This Way Comes » (c) 1998

ICED EARTH : « Something Wicked This Way Comes » (c) 1998

no title has been provided for this book
Catégorie:
Publié: 07/07/1998
La fin des 90s avait été rude pour notre musique préférée à nous les hardos … De moins en moins de labels acceptaient de signer autre chose que du grunge , du neo-metal, ou de la « fusion ». Avoir les cheveux longs, jouer sur des flying V et avoir des soli bien chiadés faisaient ringards (pour les abrutis surtout !). Une grande majorité des tenors du genre voyaient leur popularité chuter menant à des changements de musicien ne plaisant pas à tout le monde (Maiden, Judas Priest, Anthrax, Helloween ..) ou de style (Metallica, Accept …) … des nouveaux courants musicaux prenaient le relais avec des groupes comme Angra, Stratovarius … et puis certains groupes souhaitant garder un pied dans les 80s émergeaient en apportant des nouveautés, un nouveau souffle laissant espérer un avenir radieux pour le heavy metal. ICED EARTH faisait partie de ces groupes avec BLIND GUARDIAN.
Après des débuts prometteurs mais encore hésitants, le groupe américain trouva sa voi(x)e avec l’arrivée du chanteur Matthew Barlow qui s’imposa comme l’un des meilleurs vocalistes de sa génération, avec une marque vocale unique, originale capable de nous donner le frisson avec sa voix claire belle à pleurer (rappelant celle de Paul Stanley) et la minute suivante se montrer agressif comme pas possible. Une dualité qui fit de suite merveille sur le génial « Burnt Offerings », disque sombre et inquiétant comme pas possible puis sur le plus accessible « The Dark Saga » qui montrait toute l’étendue du talent de Barlow. Mais cet album fut acouché dans la douleur et Schaffer semblait avoir beaucoup à redire sur cette galette pourtant réussie.
Il mit les petits plats dans les grands pour son successeur et entreprit de composer un concept album destiné à marquer la scène metal de l’époque .. et le moins qu’on puisse dire est que « Something Wicked This Way Comes » y arriva haut la main !
Difficlile de trouver des défauts à cette rondelle …La prod est énorme, tranchante, heavy en diable (ce son des guitares rythmiques !!), la section rythmique redoutable (« Stand Alone » !) et puis quelle diversité, quelle dynamique entretenu tout du long de ces 11 pistes. Ainsi l’album commence avec « Burning Times » ultra heavy (ce riff), avec cette cloche …ce chant agressif et mélodique en même temps de Barlow (quelle performance !), ce refrain vicieux mais pas évident marquant au fer rouge la pate du groupe … ces harmonies de guitare … un matraquage en règle. Alors qu’on s’attend à prendre une 2nde mandale en pleine figure, les américains balancent une pièce d’une émotion donnant la chaire de poule avec « Melancholy (Holy Martyr) » avec ce début calme avec un Barlow au sommet de son talent, puis le refrain se veut heavy mais toujours rempli de feeling et absolument magnifique. L’un des plus beaux titres du groupe et du heavy metal. Puissance, émotion, talent.
L’album est une alternance de parpaings brutaux comme « Disciples Of The Lie » avec des riffs thrashisant et chant agressif de Barlow qui ne rigole pas, « Stand Alone » (cette double grosse caisse !), et de plages mélodiques à souhait comme le magnifique « Watching Over Me » sur lequel Barbow démontre quel très grand interprètre et chanteur il est, on ressent tellement son émotion lorsqu’il évoque la perte d’un ami, sur le faux acoustique « Consequences » qui s’emballe durant les 2 dernières minutes avec une performance vocale de Barlow d’un autre monde ..(mais quel chanteur !!), sur fond de riffs heavy, d’harmonies de guitares très bien trouvées, le heavy mélodique « Blessed Are You » alternant couplets acoustiques du plus bel effet et refrain heavy. Entre les 2, ICED EARTH diversifie le propos en proposant des titres heavy inquiétant en ambiances comme le très réussi « My Own Savior » ou le très rampant et sabbathien (ce riff !) « Reaping Stone ».
Le groupe s’essaie même avec succès à un instrumental, « 1776 » heavy et surprenant avec ces flutes.
Et pour parfaire cette oeuvre déjà fantastique qualitativement et en diversité, Schaffer terminait cette galette avec les 20 minutes de l’énorme « Something Wicked » composée de 3 pièces : « Prophecy » qui nous caresse durant 3 minutes tout en étant inquiétant puis toute la puissance du groupe se met en branle pour une calvalcade heavy de 2 minutes pour terminer doucement. « Birth of the Wicked » se veut être un brûlot heavy mélodique avec une mélodie imparable, des harmonies semblant venir d’Egypte et du plus bel effet …et enfin la dernière pièce achève cette oeuvre sublime, les 9 minutes de « The Coming Curse » montrent tout le talent de composition de Schaffer … avec cette grosse minute de piano magnifique débouchant pour un riff ultra heavy .. le contraste est saisissant, étourdissant …Barlow illumine le titre par sa voix rageuse et ses mélodies vocales qui nous happent sur fond d’une pédale martelant la double grosse caisse. Puis arrive un break qui peut rappeler celui de « Rime Of The Ancient Mariner » de Maiden ..mais ici pas de narration mais des chants féminins donnant le frisson et un Barlow criant sa rage ….et ce final où cet enchevetrement de voix féminines et masculines rajoute au caractère mystique et inquiétant du titre. Cette chanson est magnifique et dégage une ambiance glaçante.
ICED EARTH avait réussi avec « Something Wicked This Way Comes » l’album parfait, réussisant à prendre le meilleur de « Burn Offering » et de « The Dark Saga » pour obtenir l’équilibre parfait entre un heavy très puissant souvent à la limite du thrash et un côté mélodique, mélancolique et épique. Plus jamais le groupe n’arrivera à reproduire ce dosage parfait … et au contraire s’embourbera dans des excès d’arrangements pompeux au détriment du côté brut, rèche qu’on retrouvait encore sur cet album. Un disque d’une richesse musicale et d’une interprétation sublimée par la voix tellement pleine d’émotion et de rage de Barlow.
CHEF D’OEUVRE.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Rate this review