IRON MAIDEN : « Brave New World » (c) 2000

IRON MAIDEN : « Brave New World » (c) 2000

Brave New World
Catégorie:
Publié: 29/05/2000
La seconde moitiée des 90s a été rude pour Maiden et ses musiciens. Bruce avait quitté l’aventure début 1993 alors que le Boss et Rod ne s’y attendaient pas, leur nouveau chanteur avait eu un accident de moto dès son intégration dans le groupe décalant d’un an la sortie de leur prochain album, Steve Harris divorçait cela le minant encore plus et au bout de 2 albums et 2 tournées, le constat était que malgré tous ses efforts, Blaze n’était pas très bien accueilli par bon nombre de fans, les ventes de disques étaient en chute libre, Maiden jouait maintenant dans des petits clubs de 1000 personnes aux US et dans certains pays d’Europe alors que quelques années auparavant, le groupe remplissait des arénas de 10.000 personnes. En parallèle de ça, Bruce voyant qu’il s’était fourvoyé avec son Skunwork grungy, ses fans l’ayant plus ou moins laché, revint à ses bases sous l’impulsion de Roy Z à un heavy faisant fortement pensé à Maiden sur « Accident Of Birth » et cerise sur le gateau, avec Adrian Smith à la 2nde guitare !! Il s’agissait d’autant d’appels du pied vers le camp Maiden … qui bien entendu tombaient très bien pour Rod et Harris … Le manager de Maiden arrangea début 1999 un rendez vous avec Bruce et le Boss et le retour de Bruce (et de H) fut entériné. Le chanteur avait clairement indiqué qu’une de ses conditions de retour était que le groupe aille de l’avant avec comme point de départ un nouvel album, un nouveau et grand producteur … et ce fut chose faite avec « Brave New World » enregistré, produit et mixé par Kevin Shirley (Dream Theater, Rush, Aerosmith …). L’attente était énorme et le groupe mit les petits plats dans les grands pour faire honneur à leur réputation et pour que ce retour marque l’histoire. Et rien de tel que « The Wicker Man » pour nous mettre dans le bain. Mais quel sacré riff de H tellement bien trouvé et accrocheur. On ne croyait plus le groupe capable de pondre un tel single efficace et addictif …et bien on se trompait ! On note de suite les gros progrès accomplis au niveau de la prod .. et on est loin du côté amateur des 2 albums précédents (des bons titres mais une prod vraiment pas au niveau) … quelle flamboyance ! Comme sur ses grands albums, le groupe nous propose d’un côté des brulots courts et heavy comme « The Wicken Man », le génial sous estimé « The Fallen Angel » (quel riff heavy !), l’efficace « The Mercenary » et de l’autre des titres épiques comme le superbe « The Nomad » avec son break magnifique, « Dream Of Mirrors » et son refrain entêtant, l’atypique « The Thin Line Between Love And Hate ». La nouveauté ici et qui va marquer le Maiden des années 2000, va être la composition de titres à la fois épiques et accrocheurs, le groupe prenant soin d’incorporer des belles intros comme sur le génial « The Ghost Of The Navigator » ou le très mélodique « Brave New World » . Et puis le sextet anglais va proposer une magnifique ballade celtique véritable hymne pour la fraternité entre les fans du groupe, « Blood Brothers » et qui va devenir un incontournable des concerts de la Vierge de Fer, véritable moment de communion entre le groupe et ses fans.
Un dernier mot sur la pochette magnifique et atypique pour Maiden (malgré la présende d’Eddie dans les nuages), d’un Londres futuriste. Le double picture sorti à l’époque est à cet égard splendide.
Maiden avait réussi son retour avec un album vraiment magnifique du début à la fin, et certainement leur meilleur galette depuis cette « réunion ». Il se dégage de ce disque une classe énorme, un « nouveau » Maiden moins foncièrement heavy mais plus posé, plus mélodique et avec toujours ce talent de composition et cette virtuosité des musiciens. 20 ans après son 1er album, Iron Maiden réussissait l’un des meilleurs come-back de l’histoire du rock.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rate this review