IRON MAIDEN : « Somewhere In Time » (c) 1986

IRON MAIDEN : « Somewhere In Time » (c) 1986

Somewhere In Time
Catégorie:
Publié: 29/09/1986
Le 1er album dont j’ai vécu la sortie « en direct » et forcément cet album m’a marqué.
Le groupe sortait d’une tournée interminable de 190 dates avec plus de 100 dates rien qu’en Amérique du Nord. Le groupe était lessivé et plus particulièrement Bruce Dickinson qui avait été à 2 doigts de lacher l’affaire. Faut dire qu’avec plus de 500 concerts en 4 ans depuis son arrivée dans le groupe, fallait être costaud pour ne pas pêter un cable ! Pour la 1ère fois depuis leurs débuts, le groupe fit un break de 6 mois pour recharger leurs batteries puis partit pour Jersey afin de composer ce 6eme album studio. Bruce vint avec des titres essentiellement acoustiques étant persuadé que le groupe devait évoluer, à l’instar d’un Led Zeppelin … et la réponse des autres musiciens fut nette .. « Bruce tu as pété un cable ! ». Je me rappelle qu’à l’époque, c’est ce que la majorité des fans et entourage du groupe pensaient, mais avec le recul, le Bruce n’avait pas totalement tord .. et c’est même marrant quand on sait que le groupe a inclus des passages acoustiques dès l’album suivant « 7th Son .. » et avait bien diversifié le propos de leur musique .. Pas si fou que ça le Bruce finalement …
Bruce et Adrian ayant beaucoup composé ensemble sur les 2 disques précédents, Adrian se retrouvait donc seul et sans son binome de composition .. mais qu’à cela ne tienne, H proposa 3 titres et pas n’importe lesquels comme nous le verrons plus tard.
Mon 1er contact avec ce disque fut le single « Wasted Years » .. et pour être franc, ce fut une grande surprise …et une certaine déception … J’avais découvert le groupe 1 an auparavant ..et c’était le côté très heavy de « Powerslave » et de « Live After Death » qui m’avait fait devenir instantanément fan de la Vierge de Fer. Et ce nouveau single était beaucoup plus soft, voire commerciale avec notamment ces guitares rythmiques bien moins heavy. Le changement n’était pas évident à intégrer .. mais cela ne dura finalement peu de temps tant le reste de l’album était génial.
De l’intro futuriste enchainée à la calvacade épique de « Caught Somewhere In Time », en passant par le single imparable « Wasted Years » (réflexion sur sa jeunesse passée sur la route, qu’il ne s’agit en rien de temps perdu et qu’il faut au contraire en profiter un max) et son leitmotiv de guitare connu par tout hardos qui se respecte, le bougrement efficace « Sea Of Madness » (arrf ce riff sur un sujet semblant évoquer une personne sombrant dans la folie ou pouvant être interprété comme une métaphore sur l’Humanité petit à petit dérivant sur une mer de « folie ») et son pont magnifique, le chantant et entrainant « Heaven Can Wait » (traitant d’une expérience de mort imminente), le speedé « The Loneliness .. », ses parties de guitares géniales et chant hallucinant de Bruce, le glaçant « Stranger in a strange land » (narrant l’histoire d’une personne étant restée prisonnière dans la glace de l’Artic et découverte vivante des années plus tard), démontrant tout le talent de compositeur de H, le brûlot rapide « Déjà-vu » (encore une fois quelles guitares et quel chant !!) et enfin l’un des chefs d’oeuvres de Maiden, « Alexander The Great », dans mon top 3 de mes titres préférés du groupe. Tout coule de source à l’écoute de cet album, chaque seconde est un véritable plaisir : il regorge de parties de guitares magnifiques , de mélodies imparables, de cavalcades de basse, Nicko est impérial derrière ses futs et que dire de Bruce si ce n’est qu’il s’agit certainement de sa meilleure performance en studio. Strictement rien est à jeter sur cet album, qui reste pour moi l’un des albums de Maiden les plus consistant en terme de qualité, certainement le plus riche en terme de travail sur les guitares, les sonorités de celles-ci et malgré son côté travaillé (quelle prod !!), le plus speed sans aucun doute. Beaucoup de fans préfèrent son successeur .. mais pour ma part, c’est le contraire et je préfère « Somewhere in Time » et de loin. L’album parfait qui gardait encore un pied dans le côté heavy de leurs débuts et une sophistication bien venue .. bref l’équilibre idéal, un disque sur lequel les guitares étaient encore au 1er plan. Tellement dommage que le groupe l’ait toujours « boudé » en live avec si peu de titres interprétés en concert (et surtout jamais « Alexander The Great » .. la plus grosse faute de la carrière de Maiden !). Enfin un mot sur la pochette .. que dis je, la toile de maître dessinée par Derek Riggs … un véritable chef d’oeuvre, la plus belle que Maiden ait jamais eu (avec celle de « Live After Death »), avec toutes ses références aux chansons du groupe, aux livres de SF, au monde de Maiden (les 1ers bars où ils ont joué etc …). Qui n’a jamais passé des heures à essayer de toutes les référencer ??
« Somewhere In Time » est l’un des chefs d’oeuvres d’IRON MAIDEN, au même titre que « Powerslave », « The Number Of The Beast » ou « Iron Maiden ». Un album d’une beauté et d’une musicalité incroyables, qui n’a pas pris une seule ride, témoignage d’un groupe qui était au sommet de son talent .. 6 albums et 6 pépites d’affilée.

3 réponses

  1. Sylvain dit :

    Alors là tout pareil que toi.
    Un album n’ayant absolument pas vieilli et un plaisir à chaque écoute,
    Un travail d’orfèvre de la part de tous sur cette pépite du heavy.

  2. Gendre dit :

    Fantastique Chro Dingue comme je me retrouve replongé 36 ans en arrière à la découverte de ce chef d’œuvre …merci pour ce souvenir indélébile et UP the IRONS 🙏🤗👍🎸🤘

  3. Didier dit :

    Super chronique a laquelle j’ adhere a 100%. C’ est une merveille cet album. Etonnement moderne pour l’époque et qui l’est toujours autant 36 ans aprés ! Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rate this review