IRONFLAME : « Blood Red Victory » (c) 2020

IRONFLAME : « Blood Red Victory » (c) 2020

Blood Red Victory
Catégorie:
Étiquette:
Publié: 07/02/2020

Vous savez quoi ? Le hard ne s’est jamais aussi bien porté que ces dernières années. Même si on n’est loin de l’époque des 80s lorsque les groupes de hard et de heavy trustaient les charts, sillonnaient la France en long en large et en travers, force est de reconnaitre l’augmentation de nouveaux groupes aillant repris le flambeau et de la plus belle des façons, proposant des musiques d’une très grande qualité, n’hésitant pas à voyager en van pour aller voir leurs fans le temps d’une soirée/ concert. Et le continent américain a révélé bon nombre de groupes très talentueux composés de musiciens et surtout fans de cette musique qui nous est tant chère comme les Night Demon, High Spirits, Skull Fist et plus récemment IRONFLAME. Ces américains sortent ces jours ci leur 3ème album « Blood Red Victory ». Le groupe est avant tout le projet du multi-instrumentiste Andrew D’Cagna composant les musiques et paroles d’Ironflame mais aussi jouant sur leurs albums la batterie, la basse et les guitares rythmiques, le chant et s’est également occupé du mixage de l’album. Et ce n’est pas tout car le talentueux homme-orchestre chante également depuis 2 ans avec les excellents Icarus Witch, mais participe aussi à d’autres groupes comme Brimstone Coven, Coldfells et d’autres !
Le groupe avait déjà frappé très fort avec leurs 2 premiers albums, « Lightning Strikes the Crown » (2017) assez direct et bougrement accrocheur, et le magnifique « Tales of Splendor and Sorrow » en 2018 plus travaillé. On nageait dans un pur heavy metal digne des grands noms des 80 comme Maiden, ou des groupes plus récents comme High Spirits, avec une présence marquée des harmonies de guitares. La qualité des compos et d’interprétation n’était pas passée inaperçue du côté du Vieux Continent tapant dans l’oeil du Keep It True festival, et des promotteurs de concerts allemands qui permit au groupe de faire une tournée allemande en septembre 2019.
La suite ? Et bien c’est ce superbe « Blood Red Victory ». Si vous avez aimé les 2 premières offrandes du groupe, vous allez adorer cette 3ème galette ! Le groupe propose ici une musique un peu plus directe que son prédécesseur, une prod / son qui décoiffe et pour les amoureux de la guitare en harmonies, et des mélodies bien trouvées, accrocheuses mais toujours énergiques, vous allez prendre votre pied !
Les hostilités démarrent avec le rapide et heavy « Gates of Evermore ». Les guitares ont bouffé du lion et sont heavy à souhait, la basse est bien présente dans le mix, les harmonies twin guitares font rapidement leur apparition tandis qu’ Andrew D’Cagna nous démontre quel grand chanteur il est avec une voix puissante tout en étant très mélodique. Les soli résonnent et sonnent tellement bien, étant assurés par les 2 guitaristes qui jouent lors des concerts avec D’Cagna, Quinn Lukas (guitariste d’ Icarus Witch) et Jesse Scott. Ce brûlot est d’une efficacité redoutable.
« Honor Bound » commence avec des guitares en harmonie rappelant le grand Maiden avant qu’arrive un riff bien trouvé et la voix magnifique d’ Andrew, alternant passages mid-tempo donnant envie de lever le point, et parties rapides .. et puis ce refrain très réussi avant que les guitares ne s’en donnent à coeur joie encore une fois … et ce sera le cas sur TOUS les titres. Et ce n’est pas « Seekers Of The Blade » qui va changer la donne. Rapide, heavy, guitares au 1er plan et refrain accrocheur … formule impérable encore une fois. D’Cagna démontre quel excellent compositeur il est car rarement j’ai entendu un disque ces dernières années avec autant de brûlots aux mélodies aussi imparables. Certains comparent la musique du groupe à celle de Riot, Nocturnal Rites (mouais .. peut être leur « The Sacred Talisman » .. mais bon …) ou Maiden .. et c’est vrai que D’Cagna puise son influences de ce heavy metal racé, mélodique axé sur les guitares .. mais sa grande force est d’avoir réussi à créer une musique ayant une identité et après 3 albums, on reconnait rapidement la pate des américains.
Quand les musiciens ralentissent le tempo, cela donne un « Blood Red Cross » des plus réussi, très Maidenien dans les guitares mais avec une petite touche de Manowar pour le côté guerrier et épique donnant envie de lever les points, de lever son épée et de suivre D’Cagna sur le champ de bataille.
En 4 titres titres époustouflants, IRONFLAME a frappé très fort d’entrée de jeu et on se dit que le niveau va baisser … et bien non !
Dès les premières mesures speed de « On Ashen Wings », les américains nous invitent à aller combattre les dragons … et le titre est irresistible, d’une efficacité redoutable qui rappelera les speederie du Riot de l’album « Thundersteel ». Les soli sont bien sentis et à noter que j’adore le son choisi des guitares assurant la majorité des soli de l’album. Le tempo de l’album est majoritairement rapide, mais sur « Graves Of Thunder » on notera un ralentissement bien venu pour un titre heavy mélodique (arrf ce riff !) avec des parties vocales de toute beauté, travaillées d’ Andrew D’Cagna dont le talent transpire de chaque note de cet album. La double grosse caisse prend le relai sur « Grace And Valor » bien sympa, même si un peu en dessous des titres précédents.
Sur « Night Queen » le groupe se veut plus mélodique rappelant l’album précédent avec notamment cet excellent refrain .. mais les guitares heavy sont toujours de la partie débouchant sur un solo tout en feeling et avec toujours ce son si plaisant.
La version CD de l’album contient 2 titres supplémentaires par rapport à la version numérique (vive les supports physiques sacre bleu !!!) : le 1er d’entre eux est le très heavy « The Serpent And The Throne » mené par un riff ravageur et toujours ce chant énergique ici haut perché qui peut rappeler encore une fois le Riot époque Moore. Le côté épique du groupe ressort sur ce titre avec notamment à partir de 2’20 une partie musicale heavy épique comme j’adore, succession de riff, de soli, d’harmonies à 2 guitares pendant 2 bonnes minutes pour un final mélant guitares et une basse présente comme jamais.
Le dernier titre démarre avec un riff hyper accrocheur et chant de D’Cagna chantant la gloire du heavy metal sur ce « Horns Held High » se réclamant les « defenders of the flame » .. et c’est exactement ce que sont les IRONFLAME ! Les défenseurs du heavy metal dans sa plus pure authenticité. Ce dernier titre est absolument génial résumant tellement bien la musique des américains, heavy, speed, mélodique et tellement accrocheuse
IRONFLAME était attendu au tournant avec ce 3ème album .. et non seulement ils ne déçoivent pas par rapport aux 2 précédentes galettes mais en plus ils montent le niveau d’un cran supplémentaire, car OUI, « Blood Red Victory » est le meilleur album du groupe, une collection d’hymnes heavy metal de 1er ordre, conjuguant tout ce qu’on peut attendre de ce genre en y apportant une touche personnelle et surtout un talent peu commun dans la composition.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Rate this review