KINGCROWN : « Wake Up Call » (c) 2022

KINGCROWN : « Wake Up Call » (c) 2022

Wake Up Call
Catégorie:
Publié: 25/03/2022

2021 a été une année très riche en sorties de disques français de qualité. Ils avaient pour beaucoup en commun d’être bien ancrés dans la tradition du hard cocorico trouvant ses racines dans les 80s, avec un chant en français ou alors en anglais mais narrant des morceaux d’histoire de notre pays, je pense bien sûr à Tentation, Lord Gallery, Herzel, Titan et même ADX réenregistrait un de ses albums (« Weird Visions ») en français.
Mais nous avons également des défenseurs d’un heavy metal piochant plus ses influences chez nos voisins allemands et le heavy speed metal initié il y a plusieurs décennies par Kai Hansen et son HELLOWEEN. Ainsi la citée phocéenne nous a offert la naissance il y a bonne dizaine d’années de GALDERIA mené par Sébastien Chabot, fan devant l’éternel de Hansen et ayant produit 1 EP fantastique et 2 très bons albums. Dans un style un peu différent, nous avons le très bon groupe KINGCROWN (ex OBLIVION) des 2 frères Amore (ex Nightmare) qui a sorti en 2019 son 1er album « A Perfect World ».
Un bon disque mais on sentait que le groupe pouvait faire mieux en rendant leur musique plus accrocheuse et efficace.
Et au miracle, c’est ce qui vient de se produire grace à la rencontre de 2 musiciens de .. .GALDERIA, Séb Chabot chanteur/guitariste/compositeur du combo marseillais, et Bob Saliba (basse/voix dans GALDERIA, guitariste de RUBICON, ex guitariste soliste dans STONECAST, ex chanteur de DEBACKLINER et plein d’autres projets !) avec Jo Amore (chant) et David Amore (batterie) complété par le très bon guitariste Ced Legger (ex HEADLESS CROSS). Un mélange détonnant .. et qui tient toutes ses promesses. Comme on pouvait s’y attendre avec Séb et Bob prenant grandement part à la composition des titres, la musique de ce 2nd album a pris un sacré boost d’énergie .. positive et surtout d’accroches mélodiques. C’est ce qui frappe d’entrée de jeu dès la 1ère écoute de cet opus : nous sommes hapés immédiatement par les mélodies, par les gimmicks de guitares, les breaks chantant, des choeurs qui rappeleront de temps en temp ceux du groupe marseillais. Comment résister à ce hit absolument génial qu’est « The End Of The World » que n’aurait pas renié GAMMA RAY ou le HELLOWEEN période Kiske. C’est entrainant à souhait, Jo Amore chante merveilleusement bien, son frère David martèle ses futs et sa pédale de double grosse caisse comme un forcené , la basse de Séb (et oui … lui et Bob ont inversé les rôles par rapport à Galderia !) est très présente dans le mix donnant du relief à la musique, les 2 guitaristes nous régalent avec ici et là leurs licks de guitares et que dire de ces soli montrant la virtuosité des six cordistes. Et ce n’est pas le seul titre du genre nous faisant immédiatement tapé du pied et prendre notre guitare en carton : essayer de rester calme à l’écoute du rythmé en Diable « To The Sky And Back » .. impossible .. et quelle efficacité redoutable (ce riff nom de Zeus !) ou encore le 1er single galderien « A New Dawn » : une pépite heavy speed metal mélodique (désolé je n’aime pas l’appélation « power metal » 😛 ). On pourrait également mentionner les brûlots rythmés « Story Of Mankind » ou le très réussi « Wake Up Call » introduisant l’album de la plus belle des manières avec cette magnifique intro à la guitare acoustique (courtesy of Mr Saliba) enchainé avec un riff redoudablement entrainant puis ce chant inquiétant de Jo Amore y mettant toutes ses tripes et bien sûr ces choeurs puissants qui rappeleront bien des choses à nous marseillais. Un titre magnifique se terminant calmement avec la belle voix de Jo et ces très chouettes notes de guitares acoustiques.
Les français savent aussi se montrer plus mélodiques et séducteurs comme sur le très beau « Lost Foreigner » et cette superbe intro posée qui se transforme en un mid-heavy au refrain puissant, ou fédérateur comme « One With Earth » et ses riffs qui moulinent et ce refrain très bon mettant en valeur la voix de Jo Amore.
Le groupe sait aussi aussi se montrer poignant comme sur cette très belle et émouvante ballade écrite par David Amore, « Gone So Long » avec ce piano et ces arpèges de guitare sur lesquels la magnifique voix vient se poser. Les quelques parties de piano me rappelent le sublime titre de SAVATAGE, « Believe » et c’est vraiment très prenant et empli d’émotion comme le chant de Jo sur un texte évoquant une séparation douloureuse entre un fils arraché à son père . Mais les musiciens ont une nouvelle énergie, une envie de célébrer la vie sur scène avec des titres faits pour, et ils nous quittent avec un « Fire Burns Again » des plus réussis, véritable hymne heavy avec un refrain très hansenien et tellement efficace, donnant envie de gueuler à gorge déployée en levant le poing, et puis quelles soli bien balancés ! Décidemment les 2 six cordistes se sont faits plaisir sur cet album, dont on souligne également l’excellente mise en son / production à la fois puissante et laissant de la place à tous les instruments avec un mix et mastering faits par Roland Grapow (ex HELLOWEEN, MASTERPLAN), excusez du peu ! Au sujet de Mr Grapow, à noter que le guitariste a glissé un solo de guitare dans « The Awakening ».
Il n’y a pas à tourner autour du pot, ce 2nd album de KINGCROWN est une réussite du 1er au dernier titre, avec un style évoluant par rapport à leurs précédents efforts, et cela leur va beaucoup mieux. Un album qui fait du bien, qui transpire le plaisir de vivre et dégage une certaine luminosité, qui donne envie de chanter avec le groupe et de partager des moments ensemble le temps de concerts.
Une des très belles surprises de ce début d’année à vous procurer de toute urgence.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Rate this review