LADY BEAST : « The Vulture’s Amulet » (c) 2020

LADY BEAST : « The Vulture’s Amulet » (c) 2020

The Vulture's Amulet
Catégorie:
Étiquettes: ,
Publié: 03/04/2020

Le heavy metal traditionnel a encore de beaux jours devant lui quand on voit le nombre de jeunes groupes de qualité et ayant la foi et produisant des très bons albums et n’hésitant pas à partir sur la route pour jouer dans des clubs de 100 personnes. C’est la passion qui les anime, la même que celle du public qui les suit et va à leurs concerts. Nous avons eu ces dernières années des groupes fantastiques tels Night Demon, High spirits, Ironflame, Eternal Champion, Visigoth, Riot City, Screamer et plein d’autres qui sont venus nous visiter en Europe et d’autres qui n’attendent que ça comme les très bons Lady Beast originaires de Pittsburgh au USA. Ces heavy metal freaks ont déjà 11 ans d’existence et viennent de sortir leur 4ème album « The Vulture’s Amulet » qui poursuit dans le style heavy metal racé et prenant ses influences du côté de la NWOBHM et on pense souvent à Iron Maiden avec cette basse si présente, toutes ces harmonies de guitares mais attention leur musique est bien différente de celle des anglais même si elle partage des points communs, elle est dans l’ensemble plus énervée, plus heavy et la chanteuse Deborah Levine apporte une touche d’originalité avec son chant marque de fabrique du groupe.
Comme sur les précédents albums du groupe, il faut attendre le 2nd titre pour que l’on rentre pleinement dans ce disque. Alors attention , pas que « Metal Machine » ne soit pas à la hauteur, mais je trouve qu’il ne rend pas justice au reste de la galette. « Runes Of Rust » est une cavalcade heavy avec des riffs de guitare bien mis en avant dans le mix et très réussi mais c’est avec « The Gift » que les choses sérieuses commencent … avec ce début avec cette basse bougrement heavy qui nous vrille les oreilles, ses harmonies de guitares …et ce tempo speed qui nous rappelle la période « Killers » de Maiden, et chant parfait de Deborah bien dosé avec une tonalité de voix que je trouve parfait et bien loin des chanteurs se prenant pour Bruce à la voix haute perchée et qui ont tendance à rapidement à me fatiguer. Le refrain est très bien trouvé et accrocheur .. débouchant sur des harmonies de guitares puis soli bien sentis. Ce titres va à 200 à l’heure tout en restant accrocheur et très efficace. L’un des moments forts de l’album. Le début de « Sacrifice To The Unseen » se veut inquiétant, très heavy avec un riff lorgnant vers les titres heavy des Four Horsemen … et le tempo s’accélère pour le refrain. La structure du morceau est atypique et on est plus en terrain du thrash mid-tempo des groupes de la bay Area. Le groupe nous montre ainsi sa volonté de proposer autre chose que seulement du heavy et je dois dire que cette escapade thrashy est complétement réussie. Le groupe est décidément énervé comme il le montre sur le court et heavy « Betrayer » avec ce pont totalement jouissif à 2min enchainé par un soli simple mais très efficace. Mais là où le groupe excelle, c’est lorsqu’il se plonge dans le heavy épique aux racines anglaises et pour cela, « The Champion » est une grande réussite, avec cette grosse minute au début gavé de riffs, de mélodies de guitares nous replongeant dans le meilleur du heavy des 80s … les guitares sont à la fête, les twin guitars s’en donnent à coeur joie, la section rythmique bien en place, les changements de rythme nous rappellent les compositions atypiques de S.Harris (sans véritable refrain) avec cette touche propre à Lady Beast .. et puis le chant de Deborah colle tellement bien. Une vraie réussite que ce titre.
Le groupe s’essaie à un instrumental avec « Transcend The Blade » .. et p…. quel titre !!!! Le tempo est très rapide et impossible de ne pas penser à « Transylvania » et à la partie instrumentale de « Phantom Of The Opera » … mais encore une fois c’est tellement bien fait et surtout le titre possède une identité et est très bon. Ca riffe de partout, les soli aussi … la basse galope … l’un de mes titres préférés de l’album.
« The Vulture’s Amulet » commence avec un riff très doom et très sabbathien puis enchaine, le rythme s’accélère un peu pour donner un mid-tempo heavy inquiétant mené par un sacré bon riff et le refrain très réussi. Tout s’accélère durant une partie instrumentale durant laquelle les guitares sont à la fête soli alternant avec harmonies à 2 guitares du plus bel effet . Excellent titre.
Ce 4ème album des américains se termine avec un brûlot speed « Vow Of The Valkyrie » sur lequel les guitaristes Andy Ramage et Chris Tritschler nous régalent de leurs interventions .. mais le titre (comme tous les autres du reste) restent toujours très heavy grace à ces riffs grande force du groupe et très bien mis en avant par la production ne gommant rien de l’énergie et du tranchant des riffs. On est ici très loin des prods asceptisées d’un certain gros label allemand pour qui gros son signifie (à tord) heavy. Ce dernier titre est vraiment excellent et résume parfaitement la musique de Lady Beast : heavy, speed, non formatée couplet / refrain, ancrée dans le heavy anglais des 80s mais sous amphétamines et toujours accrocheur.
Alors oui cet album ne révolutionnera pas le genre, mais par contre il perpétue un style que nous sommes beaucoup à adorer avec un grand talent et une pointe d’originalité et un côté très attachant avec des titres dans lesquels il se passe plein de choses et qui s’éloignent des titres quelques fois un peu trop simplistes du genre. Bref pour moi, cet album est une réussite et certainement mon préféré des américains.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rate this review