MEGATON SWORD : « Blood Hails Steel – Steel Hails Fire » (c) 2020

MEGATON SWORD : « Blood Hails Steel – Steel Hails Fire » (c) 2020

Blood Hails Steel - Steel Hails Fire
Catégorie:
Publié: 13/11/2020
2020 aura été une année riche en sorties musicales de qualité, aussi bien chez les célébrités (Deep Purple, Blue Oyster Cult, Ac/dc) que chez les groupes de plus petite notoriété .. et tous les styles ont été à l’honneur sauf peut être l’epic heavy metal (le Greyhawk et le Coltre sont très bons néanmoins) et l’arrivée de ce 1er album des suisses au nom improbable de Megaton Sword est une sacrée bonne surprise, et décidément Dying Victims Productions cette année nous gâte de bien belles découvertes. Les suisses sont bien barrés et surtout ne font pas semblant et sont tout sauf des guerriers du Dimanche … ils ont ça dans le sang .. et sont même allés jusqu’à créer un monde immaginaire, « Niralet » (également le nom de leur 1er excellent EP sorti l’année dernière) dans lequel évoluent les personnages et les histoires mises en musique dans le 1er EP et ce 1er album « Blood Hails Steel – Steel Hails Fire », un monde ayant des similitudes avec le notre mais dans des temps anciens de guerriers en armure se battant avec des épées et des lances mais un univers également enchanteur comme ces rivières dorées de ….bière (là je vois vos yeux s’ouvrir en grand bande de hardos alcooliques !). Un soin particulier a été apporté aux paroles très descriptives nous permettant de nous imerger dans cet univers unique et bien entendu aidé par ce heavy metal épique passionnant, riche et devenu rare ces derniers temps. Par évident de décrire la musique de ces 4 guerriers aux noms qui ne trompent pas (Simon the Sorcerer, Dan Thundersteel, Chris the Axe et Uzzy Unchained) mais on a en tête le 1er Eternal Champion, Cirith Ungol, Manilla Road, Battleroar, Warlord mais le groupe a rapidement trouvé sa propre voie .. grandement aidé par la .. voix fantastique de Uzzy véritable plus des suisses avec une vraie personnalité rajoutant au caractère épique et prenant des chansons, tour à tour lyrique et agressif totalement imprégné des paroles qu’il chante et forcement cela nous embarque durant l’écoute de ces 8 tableaux guerriers. Le 1er titre « Blood Hails Steel – Steel Hails Fire » en est la parfaite illustration et montre le côté le plus travaillé, épique de Megaton Sword, commençant calmement avec des arpèges de guitares, quelques cymbales puis le titre part sur un tempo rapide et énervé avec des guitares heavy comme pas possible et déjà nous sommes happés par la voix d’Uzzy puis le tempo s’alourdit durant le refrain très accrocheur .. ce contraste de vitesse entre couplet et refrain donne beaucoup de vie et de dynamique au morceau, puis des guitares en harmonies font leur apparition quelques secondes avant un break avec une basse saturée débouchant pour un passage avec un Uzzy au chant beaucoup plus agressif crachant ses poumons comme pour donner plus de poids et de conviction à ses paroles évoquant le feu, l’acier et le déchainement des enfers. Quelle entrée en matière et en un peu plus de 6 minutes, le décors est planté. Bienvenue à Niralet !
Pas le temps de reprendre son souffle que la cheveauchée repart de plus belle avec l’hymne de l’album, le génial « Verene » bougrement accrocheur. Ici le propos est l’efficacité des riffs, de la mélodie avec ce refrain guerrier si bien trouvé avec la voix d’Uzzy faisant des merveilles et avec une telle personnalité encore une fois. Et puis ce solo au son pas si courant et parfait. Difficile de resister à ce hit guerrier !
Le tempo s’accélère de nouveau sur l’inquiétant « In the Black of Night » avec ces riffs rapides et devenant heavy durant le refrain, un break inquiétant survient puis le tempo devient speed durant les soli où la pédale wah wah fait des merveilles. Les riffs peuvent sembler ici et là un peu black metal et ça rend très bien .. et que dire du chant d’ Uzzy complétement habité par son personnage !
Un autre moment fort (et énervé) de l’album est « Wastrels » sur lequel le groupe fait étalage de son talent pour composer un brulôt à la fois bougrement heavy et rapide avec un Uzzy ayant bouffé du lion avec ses couplets chantés de façon très agressive (me rappelant un peu le Martin Walkyier de Skyclad pour le coup) et puis quel refrain de warriors de folie d’une efficacité à faire tomber tous les remparts !
Changement total d’ambiance avec le très beau « Crimson River » avec la voix de Mr Unchained donnant le frisson, durant cette power-ballade aux couplets reposant sur fond d’arpèges de guitare acoustique et ce refrain sur lequel la guitare heavy fait son apparition. Le mélodie nous embarque, le chant se veut poignant …la basse rajoute du relief à l’ensemble … le soli avec juste ce qu’il faut de notes donne de la lumière à cette embarquée sur cette rivière de sang .. puis tout s’accélère à la fin. Que c’est beau.
L’accalmie prend fin et nous revoilà replonger au milieu des champs de bataille avec le très énergique « Songs Of Victory » au refrain redoutable d’efficacité, avec la pédale de double grosse caisse donnant le tempo rapide des couplets. Les suisses ont le sens de la mélodie et du riff qui tue, et ce titre en est la preuve évidente arrivant toujour à marrier ce côté guerrier, puissant et mélodique mais jamais ennuyeux.
Cette aventure dans cet univers finalement torturé et sanglant se termine de la plus belle façon avec la pièce épique « The Giver’s Embrace » au riff heavy et sabbathien sur le refrain qui fait mouche encore une fois …puis un break survient avec la voix d’Uzzy semblant venir de loin, la basse résonne avant que le morceau ne reparte plus épique que jamais avec ces riffs, ces mélodies de guitares et cette voix doublée magnifique .. nom d’Arès … que c’est bon .. et puis quelques notes de guitares terminent cette pépite de toute beauté avec en fond le son de cette rivière qui coule. Sublime.
Cette année décidément atypique continue d’apporter son lot de surprises, et ce 1er album de MEGATON SWORD en est assurément une très bonne, l’un des disques de epic metal les plus inspirés et passionnants qu’il m’ait été donné d’écouter depuis longtemps.
Un très très bon disque que je vous conseille fortement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Rate this review