OFFENDED : « Welcome To Nowhere » (c) 2022

OFFENDED : « Welcome To Nowhere » (c) 2022

Welcome To Nowhere
Catégorie:
Publié: 02/12/2022

Ouvertes … toujours garder les mirettes et les esgourdes ouvertes sous peine de passer à côté de petites merveilles musicales comme ce 1er jet des tous jeunes musiciens anglais d’ OFFENDED venant tout juste de sortir . D’autant plus que les jeunots sortent ce 1er album « Welcome To Nowhere » eux même en auto production, l’ont enregistré eux même et Diable qu’il sonne bien !
Le disque aurait tout aussi bien pu s’appeler « Welcome From Nowhere » tant le groupe vient de faire surface sans aucun bruit ou relais médiatique et arrive à me mettre une ENOORMMME claque en ce début de mois de décembre, alors que je croyais cette année 2022 pliée avec déjà tant de superbes sorties.
Et bien non, il va falloir compter sur ce trio de jeunes loups / louve dont l’age doit tourner autour de 20 ans voire moins. Je trouve incroyable qu’ils aient déjà et si jeune compris tant de choses à notre musique préférée et réussi à assimiler si bien tant d’influences pour produire leur propre heavy metal si tonic, lumineux, inspiré et accrocheur (je tiens énormément à ce qualificatif car il s’agit pour moi d’un critère sacrément imporant pour que je tombe sous le charme d’un disque). On pense au IRON MAIDEN des 00s pour les nombreuses harmonies de guitares très mélodiques, la basse , quelques fois à BLACK SABBATH dans certains passages heavy et lourd mais la musique de Carol (la chanteuse au grain vocal qui me fait craquer), Jamie (guitariste & bassiste) et Tom (batterie) va bien au delà de ces références prestigieuses et propose un heavy dans l’air du temps et ne sonnant absolument pas daté avec notamment un début d’album demarré pieds au plancher avec 3 uppercuts en pleine poire.
Cela commence avec « The Hell Zone » au riff heavy qui cavale, aux lignes de chant imparables d’efficacité dont ce refrain qu’on a envie d’hurler avec Carol . Jamie nous montre son talent de soliste virtuose mettant en avant la mélodie. Une sacrée bonne entrée en matière heavy / hard rock. Jamie assure aussi la 4 cordes et le fait qu’elle soit bien mise en avant dans le mix donne bien plus de consistance au son du groupe.
« Virtue & Vice » continue sur la même lancée, un mid-tempo ayant tout d’un hit. Les riffs sont heavy, la basse claque, Tom cogne lourdement ses futs mais la voix de Carol est énergique et toujours mélodique et ses lignes de chants ont un côté pop hyper agréable. Attention surtout ne vous arrêtez pas à ce mot de 3 lettres, car je l’utilise dans le bon sens du terme pour désigner l’accroche mélodique évidente de ces lignes de chants et franchement c’est un grand plus. Les 1ères harmonies à 2 guitares se font entendre. Le tempo s’accélère sur « Burning Effigy » avec un riff et tempo qui rappellent les titres véloces de l’époque Dio de BLACK SABBATH. 2minute30 d’une efficacité redoutable.. tout y est .. refrain simple mais efficace, riff touffu et véloce, tempo soutenu, soli lumineux avec une pédale wah wah. Ils ont tout compris ces jeunes gens !
Comme pour marquer la transition avec une 2nde partie d’album plus aventureuse, les anglais nous balancent « The Curse », un sacré bon instrumental heavy et rythmé dans les riffs et la rythmique rappelle immanquablement Maiden, de même que toutes ces harmonies à 2 guitares parfaites. A 2 minutes, un break survient avec un léger clavier en fond pendant que la basse tricote, la guitare rythmique se met en retrait pour laisser d’abord un solo de guitare suivi par une nouvelle séance de guitares harmonisées. Que c’est bon par St Eddie !
Cette 2nde partie d’album commence donc par le très beau « Heaven’s Eye », avec au début ces arpèges de guitares qui vont vous rappeler ce que Maiden a pu faire sur « Afraid To Shoot Stranger » par exemple. Etonnant sont la voix et le chant de Carol sur ce début calme sonnant …Tori Amos avec ce petit air folklorique. C’est magnifique, entrainant ..puis le morceau progresse avec ces choeurs célestes … on pense à la majesté des titres des suédois d’HALLAS dans la construction du morceau qui évolue avec cette explosion de soli de guitares superbes avec Jamie qui lache les chevaux. Quel guitariste talentueux et quel feeling !
La pluie, l’orage et le son de cloches se font entendre au début de la longue pièce « Welcome To Nowhere » qui va nous faire voyager durant 9 minutes passionnantes. Les arpèges de 6 cordes arrivent avec un air peu joyeux et la voix inquiétante de Carol confirmant cette ambiance sombre, la section rythmique fait son apparition puis tout s’emballe à 3 minutes avec un riff heavy et entrainant jusqu’à un 1er solo de guitare de Jamie. C’est épique, on pense un peu au « Paschendale » de Maiden et ce rapprochement avec le Géant Anglais est confirmé par ce break posé à 6 minutes typique de Maiden du début des 00s avec ces arpèges de basse avec un léger clavier en fond. Le morceau repart de plus belle pour laisser la place au talent de six cordiste diablement inspiré de Jamie qui nous régale encore une fois avec toujours ce sens de la mélodies dans son jeu. Le mot épique prend tout son sens avec cette pièce à la construction singulière pour un résultat totalement réussi.
Carol semble vouloir nous charmer avec ce début magnifique posé de « Mistakes » avec juste sa belle voix et une guitare au son clair, rejoint par un léger clavier, quelques cymbales … le temps d’une grosse minute puis le morceau se transforme en un heavy rythmé hyper accrocheur avec notamment ces « hoohoo » contagieux.
Difficile de ne pas succomber avec cette ligne de basse démarrant « The Fool’s Demise » durant une minute avant que le guitarise lance un riff très sabbathien .. tout comme une bonne partie du morceau qui nous rappelle le groupe de Iommi mais avec l’accroche tellement efficace de ces jeunes anglais. La ligne de guitare est tellement bien trouvée de même que cette ligne de basse simple mais si présente dans le mix qu’elle porte le titre pendant que Jamie colle ici et la quelques mélodies de guitare imparables .. puis un solo se transformant en harmonies de guitare du plus bel effet pendant que la basse se met à cavaler à la Steve Harris .
Mais quel titre vraiment magnifique, un mélange improbable mais tellement réussi de Maiden et Black Sabbath et ce durant quasi 8 minutes !
En 43 minutes, les 3 mômes d’ OFFENDED m’ont mis une claque monumentale. Pas une seule seconde d’ennuie, les morceaux s’enchainent et on s’emmerveille titre après titre, riff après riff et à chacune de ces si belles mélodies de guitare, à cette voix si personnelle et attachante. Je suis bluffé par tant de savoir faire et d’efficacité sur un 1er disque qui respire la jeunesse et sa fougue si vivifiante baignée dans des influences vieilles de plusieurs décennies mariées à des plus actuelles pour un résultat remarquable.
Si ce jeune groupe n’était pas courtisé par les labels de hard les plus en vogue, ce serait à ne plus rien y comprendre !!
Jetez vous sur cet album et précher la bonne nouvelle, le renouveau du hard, il est là !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rate this review