QUARTIERS NORD : « Full Metal Marseille » (c) 2021

QUARTIERS NORD : « Full Metal Marseille » (c) 2021

Full Metal Marseille
Catégorie:
Publié: 15/06/2021
Il y a des mystères qui semblent étonnant … Tenez, prenez par exemple Quartiers Nord … vous savez le groupe marseillais et fier de l’être … ah vous ne connaissez pas ? C’est que vous n’êtes pas de la Citée phocéenne certainement …. et c’est, je pense, ce qui quelque part n’a pas permis au groupe d’accéder à un succès national dans les 80s .. ce qui est dommage d’un certain côté … mais qui finalement se comprend. Le groupe de Robert Rossi dit Rock (le chanteur et parolier du groupe) a une personnalité forte, ancrée dans l’histoire, les traditions marseillaises grandement aidé par des paroles pas piquées de vers bourrées de références à notre belle ville, avec des expressions bien d’ici (on retrouve un lexique des expressions utilisées dans les chansons sur quasi chaque album). Pas facile d’aller démarcher les grands labels de la Capitale quand on a « Marseille » plaqué sur le front. C’était une autre époque, peut être que cela aurait été plus facile quelques décennies plus tard. Toujours est il que le groupe a gravé dans les micro-sillions des albums de rock et de hard rock imparables (leurs 3 premiers sont des must-have), puis le groupe a diversifié sa musique, ressenti le besoin d’explorer d’autres styles tout en gardant leur caractéristique marseillaise portée par le chant et les paroles de Mr Rossi. Après une grosse décennie à avoir mis en scène de façon théatrale les pièces musicales de Rock sous la forme d’un opera rock marseillais avec une rimbambelle de musiciens / acteurs, Rock a ressenti le besoin de revenir aux racines du groupe dans un 1er temps avec une série de concerts dans la formule la plus épurée et rock du groupe (guitare, basse, batterie et chant) il y a 2/3 ans en interprétant essentiellement des morceaux des premiers LP, et la prochaine étape était logiquement de composer un nouvel album chargé en décibels et en distorsion, un « Suspect » version 2021 … et qui de mieux que le meilleur pourvoyeur de riffs lourds de la région, Mr Fabrice Baud dit Boule (Venin) pour écrire la musique ? D’autant plus que Fabrice n’est pas un inconnu de la famille Quartiers Nord, le guitariste ayant déjà joué sur 2 albums du groupe dans les 90s et également joué en live avec eux à cette époque. Ayant carte blanche pour la composition avec comme seul cahier des charges « il faut que ça arrache ! », le six-cordiste ne s’est pas fait prier et a pondu 8 bombes gavées de riffs puissants et surtout hyper accrocheurs … et c’est ce qui frappe à la 1ère l’écoute du disque … ces riffs …ces gimmicks de guitares tellement efficaces qu’on a l’impression de déjà les connaître.
Et ça commence très fort avec « Un Bled du Midi » avec ce riff qui rappelle par moment le Slayer heavy et mid-tempo. Et derrière, cela assure et bastonne à la rythmique, avec Patrick Drd Durand à la batterie et Bruno Pradels à la basse bétonnant le tempo. C’est heavy, cela s’accélère par moments … et quand vient le moment de balancer des soli, Boule fait le show et montre quel virtuose de la 6 cordes il est. Et bien entendu Rock crache ses paroles avec une hargne hallucinante avec ses mots corrosifs peignant un tableau acerbe des petits trafiquants noircissant l’image de notre belle citée.
L’avalanche de riffs ne cesse pas … comme en témoigne ce démarrage en trombe d’ « Anticonformisme » l’un des meilleurs titres de l’album sur lequel la basse se fait bien entendre, ces choeurs « hé hé hé » qui te font lever le poing et le doigt d’honneur à tous ceux qui essaient de nous imposer leurs idées, leur religion, leurs traditions avant que Boule ne fasse une sacrée belle descente de manche avec un solo de malade.
Ce « Full Metal Marseille » transpire le .. metal, le hard dans les riffs mais aussi souffle un vent de rébellion, de révolte avec un esprit punk dans les paroles et le chant de Rock, l’anarchie n’est jamais bien loin, l’envie de ne faire que ce qu’on veut comme dans « Je me casse » très direct et simple. Et en parlant de punk … Mr Boule-à-riffs balargue un putain de riff qui rappelle celui du « Atomic Punk » de Van Halen sous amphétamine ayant copulé avec Maiden dans le titre explicite « Bouge toi le fion ! » pamphlet contre toutes ces grandes gueules du Dimanche qui s’excitent sur les réseaux sociaux mais ne se révoltent jamais dans la vraie vie contre les injustices qu’ils dénoncent .. de loin.
Changement de tempo et d’ambiance avec le très chouette « Saint-Valentin » sorte de « Blues du platrier » version 2021 au rythme lent et rampant démarrant par un gros riff et un solo au poil .. puis tout se calme … Rock chantant de sa plus belle voix chaude et sensuelle avec la guitare de Boule lui répondant sur des paroles de prime à bord dédiées à sa chérie .. puis la rythmique heavy arrive sur le refrain où l’on découvre qui est sa véritable amoureuse .. vous ne serez pas déçus …. Fabrice illumine encore un fois la musique de ces soli démontrant quel grand et talentueux guitariste il est (rappelez-vous le génial 1er album de VENIN). Comment résister au jouissif « Diner pervers » vicieux aussi bien dans les paroles que dans la musique heavy revisitant le « Killing In The Name » de Rage Against The Machine à la sauce Quartiers Nord et avec des paroles interdites aux moins de 18 ans 😂
Seule accalmie de l’opus, l’électro-acoustique « Gnike Gnoke » est aussi le seul titre entièrement composé par Rock, avec des paroles en italien et permettant de souffler un peu après ce déluge de riffs de metal en fusion.
Le riffeur d’acier reprend les rênes sur le dernier brulot « Empouraque » dont le riff & harmonies de guitares rappelent le fameux groupe de l’East End, avec un pédale de double grosse caisse qui résonne tandis que Rock chante des paroles hilarantes portant un regard amusé sur les aléats malchancheux de la vie qui mis les uns à la suite des autres peuvent laisser penser à une vie de merde alors qu’il ne s’agit que d’un raccourci .
En 9 titres, Mr Boule a relancé le turbulant garnement Quartiers Nord qui sommeillait durant toutes ces années en redéfinissant la donne, en durcissant clairement la musique du groupe à coup de grands riffs heavy en Diable donnant une couleur étonnante à l’ensemble avec le chant et les paroles de Rock si particulières et caractéristiques du groupe marseillais.
« Full Metal Marseille » tel est le titre de cette guerre en 9 batailles .. et jamais il n’a aussi bien porté son nom !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rate this review