SAXON : « Killing Ground » (c) 2001

SAXON : « Killing Ground » (c) 2001

Killing Ground
Catégorie:
Étiquettes: , ,
Publié: 25/09/2001
La sortie récente de « Carpe Diem » m’a donné l’envie de me replonger dans ce que j’appelle la seconde partie de carrière de SAXON, c’est à dire à partir du très bon « Solid Ball Of Rock » qui marquait la renaissance de l’Aigle de Barnsley et un retour à leur heavy rock couillu et remuant. Comme je l’écrivais dans la chronique du dernier album des anglais, SAXON n’a jamais vraiment sorti de mauvais albums, mais certains sont plus réussis que d’autres et souvent les avis des fans convergent. Ainsi beaucoup estiment que « Unleash The Beast », « Dogs Of War », « The Inner Sanctum » sont des réussites éclatantes tandis que « Forever Free », « Metalhead » ou « Into The Labyrinth » sont plutôt tièdes. Et puis il y a le cas « Killing Ground » pour lequel les avis sont plus partagés. Je le ré-écoute depuis quelques jours et je dois bien avouer que je suis sous le charme, et je vais même jusqu’à penser qu’il s’agit du meilleur SAXON des 00s (2000=>2010) avec « The Inner Sanctum », et un bien meilleur successeur au génial « Unleash The Beast » que « Metalhead ». On avait remarqué un durcissement de la musique du groupe avec « Unleash The Beast » mais le groove et parfois un côté rock étaient toujours présent donnant un sacré charme l’ensemble .. et c’est justement ce qui manquait à « Metalhead » qui voyait malheureusement le gommage du groove du groupe au profis de la grosse artillerie un brin lourdingue et trop germanique, rappelant les périodes peu glorieuses d’Udo ou d’Accept. Certains titres étaient correctes mais l’ensemble semblait avoir perdu l’âme de SAXON, une certaine finesse et un sens du riff qu’on aime dans leur musique. Peut être que Biff s’était dit qu’ils étaient allés trop loin, toujours est il que ce « Killing Ground » remettait les pendules à l’heure et nous ramenait le SAXON dont on était fan avec un album réussi et moins bourrin. Alors attention, les musiciens savent toujours envoyer la sauce comme ce titre servi en apéritif, « Killing Ground », mais les anglais y insufflent une bonne dose de groove comme cet excellent break de basse à 4 minutes étonnant et apportant une dynamique bien venue dans ce titre, ou le rythmé heavy et très réussi « Dragon’s Lair » avec un excellent refrain et une sacrée performance vocale de Biff Byford ou encore le rapide « Deeds of Glory » au refrain très mélodique.
Et puis quel plaisir de retrouver ces petits gimmicks / riffs de guitare tellement accrocheurs typiques de groupe comme celui démarrant le très réussi « Coming Home » oui celui du titre suivant « Hell Freezes Over » à la AC/DC. Cela fait une sacrée différence et apporte une bonne bouffée d’air frais à la musique des anglais bien plus à l’aise dans ce registre mi heavy metal mi hard rock que le créneau purement heavy metal bourrin.
Et puis le groupe s’est aventuré cette fois ci dans certains titres plus étonnants mais au groove incroyable comme ce très bon « You Don’t Know What You’ve Got » mené par cette basse très présente (bien plus que dans les autres titres), ce solo de guitare lumineux. Un mid-tempo qui swingue de façon sensuelle, qui étonne et franchement, cela me plait énormément. Rebelotte avec « Running for the Border » avec encore une fois cette basse aux avants postes, ces interventions des 2 six cordistes au poil et qui illuminent le morceau et quel chant / voix de Biff qui démontrait qu’il n’avait rien perdu de sa voix et de sa passion. Mais quel chanteur trop souvent sous estimé ! Son chant respire / transpire le rock, le hard .. il a ça dans le sang et cela s’entend !
SAXON n’oublie pas qu’il a toujours excellé dans les morceaux à ambiances, envoutants et épiques et pour le coup, « Shadows on the Wall » fait plus que le job et est une réussite avec cette alternance de passages calmes / posés avec ce arpèges de guitare enchainé avec un pré-chorus heavy et un refrain épique à souhait. Et bien sur une partie musicale de toute beauté avec des descentes de manches mélodiques nous régalant les cages à miel. Un régal.
Impossible de passer sous silence la reprise du bijou de KING CRIMSON « Court of the Crimson King » fort réussie et qui se fond parfaitement dans le paysage musicale de SAXON rappelant un « Crusader » par exemple. Par contre, je trouve un peu étrange d’avoir mis cette cover en 2nde position sur l’album. En tout cas cette relecture de ce vieux titre datant de 1969 est en tout point réussie et pertinente.
Il ressort au final un album de haut vol, réussi d’un SAXON nous proposant ce qu’ils savent le mieux faire, un heavy metal racé, puissant et mélodique et aussi des moments plus hard rock rappelant leurs débuts, bref le meilleur des 2 mondes. « Killing Ground » est un album malheureusement un peu oublié de l’imposante discographie des anglais, mais n’en mérite pas moins qu’on s’y attarde car il est d’une grande qualité et très agréable à écouter. Un album à réhabiliter !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Rate this review