SAXON : « The Inner Sanctum » (c) 2007

SAXON : « The Inner Sanctum » (c) 2007

The Inner Sanctum
Catégorie:
Étiquette:
Publié: 05/03/2007

SAXON a brillé de milles feux au début des 80s avec une succession de 5 albums studios magnifiques puis l’appel des disques d’or au pays de l’oncle Sam a pris le pas sur l’intégrité et la qualité musicale des anglais et il a fallu attendre 1991 pour voir le groupe revenir enfin à leur heavy hard rock qui avait fait leur renommé avec « Solid Balls Of Rock ». Mais malgré ce bon retour, le groupe ne va plus enchainer les excellents albums ….mais plutôt des bons albums alternés avec des disques tièdes …et 1 fois par décennie sortir une pépite … en 1997 se fut le formidable « Unleash The Beast » (l’un de mes disques préférés du groupe) .. en 2007 se fut avec « The Inner Sanctum ».. Non pas que les disques précédents furent mauvais, mais le groupe s’était mis à sonner de plus en plus allemand, bourrin et le départ de Nigel Glockler y joua pour beaucoup, lui qui donnait du groove à la musique de Saxon. « Metalhead » ou « Lionheart » bien que bons manquaient à mes oreilles vraiment de finesse et ce côté rock’n’roll qui faisait le charme du Saxon des 80s (ou de « Unleash the Beast »). Et bien le retour Nigel Glockler sur ce « The Inner Sanctum » allait faire un bien fou aux anglais, car le groupe allait retrouver de sa superbe, de sa finesse tout en restant toujours bougrement heavy quand il le fallait. La musique redevenait moins monolithique et du coup son écoute bien plus passionnante. Ainsi et pour marquer cette volonté de diversifier le propos, l’album ne commençait pas par un brûlot speed mais avec un titre en retenu bourré de classe .. avec en intro ces chants grégoriens, ces guitares arrivant de loin et dont le volume augmente petit à petit. « State Of Grace » est magnifique, le tempo enlevé avec ces riffs qui cavalent, et cette mélodie hyper bien trouvée, un Biff en retenu, un morceau mélodique et heavy … un break avec ces chants qui reviennent, les guitaristes qui placent des soli tout en feeling et très mélodiques .. c’est superbe … ça commence très fort et c’est surprenant. Mais le Saxon heavy n’est pas loin et déboule tel un .. bolide avec l’énergique et rapide « Need For Speed » .. et là tous les musiciens lachent les chevaux .. dont Biff qui envoie tout, les riffs sont heavy en diable, la basse lamine nos oreilles, les 2 guitaristes jouent les duellistes .. Sacrée bombe et très inspirée … et pas le temps de respirer que le speed « Let Me Feel Your Power » débarque avec cette double grosse caisse qui martèle nos tympans. Et bien … Saxon sait donner dans le speed metal après 30 ans de carrières !
Place maintenant au Saxon épique qu’on adore .. et pour le coup, le groupe fait très très fort avec « Red Star Falling » absolument magnifique, avec ces couplets chantés calmement par Biff complétement investi dans les paroles qu’il chante débouchant sur ce refrain magnifique à la mélodie si bien trouvée, puis ce clavier Mellotron original … cette partie instrumentale belle à pleurer avec tous ces soli très chouettes .. et derrière, peut être me fais je des idées, mais j’ai l’impression d’entendre l’une des mélodies du « Princess Of The Dawn » d’Accept !. Ce titre est un joyau .. l’une des plus belles pièces de Saxon tout simplement.
Le côté rock’n’roll qui manquait aux précédents albums revient avec l’excellent « I’ve Got To Rock (To Stay Alive) » et son riff à la AC/DC qui nous replonge dans les 1ère albums de Saxon .. et putain que ça fait du bien !! Ca groove, on tape du pied ..et que c’est bien composé nom de Zeus !
Tout comme « State Of Grace », Saxon arrive avec « If I Was You » a mixé un côté très heavy (durant les couplets avec ces riffs heavy à souhait, cette batterie qui tabasse) et une facette beaucoup plus mélodique voire pop durant le refrain .. et ça fonctionne à merveille, preuve que le groupe a retrouvé tous ses moyens et sa lucidité. Les guitares sont à la fête comme jâmais et bien mises en avant dans le mix par Charlies Bauerfeind.
Jusque la c’est un sans faute et c’est un Saxon au meilleur de se forme qui nous est présenté .. et cela va continuer …. avec le très Angussien « Going Nowhere Fast » qui donne envie de secouer la tête, sortir la guitare en carton et se prendre pour .. Angus Young ! Que c’est bon encore une fois !
Le Saxon heavy et fédérateur revient sur le très réussi « Ashes To Ashes », véritable hymne heavy taillé pour les stades, la double grosse caisse est bien présente mais le tempo est lent, lourd, les guitares tranchantes et les choeurs puissants font merveilles. Vraiment le groupe est au sommet question composition et dans tous les styles qu’il aborde sur cet album.
Après un intermède inquiétant « Empire Rising », le dernier (gros) morceau de l’album, « Attila The Hun » déboule avec ces riffs sacrément heavy pour plus de 8 minutes sans répis avec un refrain heavy comme jamais (arrff cette double grosse caisse décidément !!!) …peu de changement de tempo ..le titre reste dans le même registre, nous labourant les oreilles comme Attila détruisant tout sur son passage, tout est inquiétant dans ce titre même les solis. Un titre véritable coup de massu qui achève cet album de la meilleure des façons.
SAXON venait de frapper un grand coup, et après ses quelques errances revenait avec un de leurs meilleurs albums, tout simplement et ce qui est étonnant et à la fois fabuleux, dans un registre différent des leurs classiques des 80s ou que du génial « Unleash The Beast » sorti 10 ans auparavant !
« The Inner Sanctum » est un chef d’oeuvre de heavy metal à la fois très puissant, mélodique et respirant la classe du 1er au dernière titre sans un temps faible. Le dernier grand album des anglais .. jusqu’à « Carpe Diem » sorti en 2022 !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Rate this review