SCORPIONS : « Rock Believer » (c) 2022

SCORPIONS : « Rock Believer » (c) 2022

Rock Believer
Catégorie:
Étiquettes: ,
Genre:
Publié: 25/02/2022
SCORPIONS a toujours eu une place particulière dans le coeur des hardos, on se rappelle les 80s et les assaults à coup de « Lovedrive », « Animal Magnetism », « Blackout » et « Love At First Sting » … imparables de même que leurs tournées visitant l’hexagone en long en large et en travers. Les allemands étaient avec Maiden les leaders du heavy / hard européen et les chouchous des hardos qui avaient été remerciés avec le fantastique double live « World Wide Live » qui m’avait fait découvrir le groupe en 1985.
La suite fut bien moins glorieuse, même si de qualité jusqu’à « Face The Heat » ..mais après … aie aie …rien de mémorable et même du mauvais avait pointé le bout de son nez. Le quintet proposa du mieux sur le « Sting In The Tail » sorti en 2010 mais on ne peut pas dire qu’il s’agissait d’un grand album.
Alors quid de ce 18eme album des allemands ? (je ne compte pas les 2 derniers « Comeback » et « Return To Forever » ni « Moment Of Glory »). Déjà, la pochette fait bien sûr penser à celle de « Blackout » et ce petit côté dérangeant qui caractérisait les visuels utilisés par le groupe dans le 80s.
Et musicalement, comme l’avaient laissé présager les 4 singles, SCORPIONS revient très fort avec un disque qu’on n’espérait plus d’eux. Il se dégage une énergie folle, une envie de revenir à leurs glorieuses années (les 80s) avec bon nombres de clins d’oeil ici et là, avec un format parfait de 11 titres / 45 minutes et … une seule ballade, excellente au demeurant. Si on rajoute une production mettant en valeur la puissance des riffs de Schenker et une section rythmique redoudable menée par un Mikkey Dee insufflant de la nervosité et du peps au hard rock des allemands, et aussi par une basse bien présente de Pawel Maciwoda faisant un bien fou à l’ensemble. Ainsi nous sommes happés par ces titres énergiques et très accrocheurs que sont « Gas In The Tank », « Roots In My Boots » rythmé, le très bon « When I Lay My Bones To Rest » me rappelant l’époque « Animal Magnestism » avec un Klaus Meine très en voix et énervé (quelle performance à 73 ans !!), ou encore le très réussi et énergique « Peacemaker » montrant que le groupe a toujours la niaque. Les musiciens ne lèvent le pied que 2 fois, sur le très bon « Rock Believer » mélodique à souhait sur lequel les allemands démontrent tout leur talent de compositeurs pour un titre résumant parfaitement leur musique : mélodie imparable, riff heavy, solo au poil de Matthias Jabs et son attaque reconnaissable entre mille et puis Mikkey Dee et ses parties de batterie et roulements de toms rajoutant une sacrée pêche au titre. L’autre accalmie vient avec le dernier titre, la très belle ballade typique de l’aranéide « When You Know (where you come from) » mais gardant un côté bien hard et absolument pas guimauve.
Mais la très bonne surprise de l’album se trouve à mi parcours avec 2 titres étonnants nous replongeant dans le meilleur des 80s : tout d’abord « Shining Of Your Soul » magnifique avec ces parties parties de guitares reggae durant les couplets rappelant « Is there anybody there? » enchainé avec un riff puissant et envoutant avec cette mélodie de guitare ensorceleuse .. et puis quelle ligne de chant et voix de Meine dont l’age ne semble pas avoir d’emprise sur sa voix. Tous les musiciens brillent de mille feux sur cette pépite comme la basse Pawel Maciwoda à la fête et si parlante, le groove à la batterie de Dee et Jabs balançant un solo court mais parfait. 4 petites minutes montrant qu’en 2022, SCORPIONS est toujours capable de nous mettre une énorme baffe.
Et ce n’est pas fini car le groupe enchaine avec « Seventh Sun » une deuxième salve d’inspiration à son zénith. Ce tempo lourd et entêtant peut rappeler un peu « The Zoo » avec un soupçon d’ « Animal Magnetism » mais ce titre possède sa propre identité. Et puis quel break musical super sympa à 3m20 sur un rythme hypnotisant, envoutant, cette guitare parlante de Jabs encore une fois à la fête.
Difficile également de ne pas succomber à ce « Call Of The Wild » avec ce riff de guitare bien heavy et à un son qui peut rappeler … celui de …. Iommi ..tandis que le chant de Meine se veut charmeur. Et puis quel fin de morceau avec le rythme qui s’accélère tandis que Jabs se lache avec des raffales de soli. Que c’est bon !
Ce « Rock Believer » n’était pas loin de la perfection mais 2 titres en peu dessous ne lui permette pas d’y arriver, « Knock’Em Dead » et « Hot And Cold ». Pas des mauvais titres mais peu marquants.
Par contre, un petit mot sur les 5 titres supplémentaires présents sur la version Deluxe : ils restent dans le même esprit que l’album et sont très réussis comme le rythmé « Shoot For Your Heart », le heavy et vicieux « When Tomorrow Comes » qui me rappelle encore une fois l’époque « Animal Magnetism », album que j’affectionne particulièrement.
« Rock Believer » est une franche réussite .. et je ne m’y attendais pas du tout, ayant laché le groupe après « Face The Heat », et ayant trouvé leurs albums suivant tellement moyens ou mauvais. Je retrouve avec ce 18eme album tout ce qui m’avait fait aimer le SCORPIONS des 80s, celui qui m’avait fait entrer dans le monde du hard en 1985. Le pari n’était pas gagné et plein de vieux groupes ayant tenté un « retour » aux sources se sont cassés les dents … mais pas SCORPIONS qui nous offrent un merveilleux opus, leur meilleur depuis très très longtemps.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Rate this review