SILVERWIND : « Legion Of The Exiled » (c) 2017

SILVERWIND : « Legion Of The Exiled » (c) 2017

Legion Of The Exiled
Catégorie:
Étiquette:
Publié: 13/11/2017
Je pense que l’aurez remarqué, mais le heavy metal et le hard old-school ont un regain d’intérêt depuis quelques temps, pour le plus grand bonheur des fans des guitares en carton et des vestes à patchs. Et cela tombe bien, nous faisons partie de ceux-là !
Alors forcément, lorsque le 1er album des grenoblois atterrit entre nos mains, nous ne pouvons qu’être très intéressés et curieux, d’autant que le 1er EP / démo « Fight For Glory » sorti il y a quelques années était très convaincant.
Le 1er contact avec ce « Legion Of The Exiled » se fait avec le super dessin de la pochette réalisé par Kostas Tsiakos et annonce déjà un air d’ambiances épiques.
Et effectivement, dès l’intro parlée très MANOWAR, il ne fait guère de doutes que ce disque vous faire voyager dans des contrées lointaines, au milieu de champs de bataille aux côtés de guerriers munis d’armure et brandissant leur épée sortie des forges de Vulcain.
Le 1er titre éponyme est à cet égard un modèle du genre heavy épique, rappelant le meilleur de RUNNING WILD (époque « Death Of Glory » ) et de MANOWAR. Les bases de la musique du groupe sont posées : riffs surpuissants, rythme entraînant, chant guerrier donnant irrémédiablement envie de brandir les poings vers le ciel tout en secouant la tête, avec un Antoine Volat très en voix dans un registre lui allant parfaitement, changeant du registre plus AC/DC de son autre excellent groupe, ELECTRIC SHOCK.
Le tempo s’accélère avec « Miracle Steel » , LE brûlot de l’album. Une intro gavée de guitares rock’n’rolfiennes puis le titre enclenche la 2nde pour un rythme rapide pour arriver à un de ces refrains qui rentrent dans votre cerveau pour ne plus en ressortir. Impossible de rester calme et assis en écoutant ce titre … on se lève et on headbangue en gueulant le refrain à tue-tête, sous le regard effaré de sa petite famille LOL. Le groupe tient là un sacré hit fédérateur, et qui fera un malheur en live.
« Fight For Glory » est le réenregistrement du titre figurant sur leur 1ère démo sortie il y a quelques années. Cette nouvelle version bénéficie d’une bien meilleure production. Tout y est démultiplié : le son des guitares, de la batterie et c’est encore plus flagrant avec la basse de Benoît Leguona . Seuls peut être les chœurs du refrain sont un peu moins présents. L’intro présente également auparavant a été enlevée, pour certainement donner plus d’impact au morceau et afin qu’il s’intègre mieux au milieu des autres titres. Excellent morceau, avec un break qui soyons en sûr, permettra au groupe d’interagir avec son public.
Pour le grand fan d’ IRON MAIDEN que je suis, le riff du début de « Steel Against Steel » me comble de bonheur auditif car me rappelant celui de « 2 Minutes To Midnight ». Mais le reste du titre porte la griffe de SILVERWIND et encore une fois le groupe fait mouche avec ce refrain contagieux et irrésistible avec derrière la batterie déchaînée de François Sacco. Encore un brûlot qui fera un carton en concert !
« Lord Of The Last Rampard » déboule sans prévenir sur un rythme rapide et revient au côté le plus épique du groupe, avec notamment ce refrain encore une fois imparable, et puis ces soli de guitares très inspirés qui illuminent la compo au milieu du titre.
Les grenoblois garde le cap et balance un « Revenge » qui fait la part belle aux harmonies à 2 guitares toujours sur un tempo rapide, et riffs tranchants comme Anduril, l’épée des rois. Cependant le refrain est un peu moins mémorable.
Avant la conclusion de l’album, SILVERWIND a eu à cœur d’enregistrer une reprise d’un groupe américain culte, MEDIEVAL STEEL, « Medieval Steel » tirée de leur EP sorti dans les années 80 et devenu dans les années 2000 un véritable hymne pour les fans de hard. Cover parfaitement réussie avec une performance vocale époustouflante d’Antoine à la fin du titre.
Le groupe conclut l’album aussi bien qu’il l’avait entamé avec un « Sword Of The Snow » bien jouissif. Avec d’abord cette intro des guitares de Mathieu Bérard et Eric Fichera qui devrait vous rappeler quelque chose, puis ces riffs véritables uppercuts en pleine poire amenant à un refrain encore une fois prenant, épique et contagieux.
Difficile de trouver des défauts à ce 1er album de SILVERWIND, si ce n’est qu’il est un peu trop court.. mais cela est le signe qu’à son écoute, on ne voit pas le temps passer tellement pris par les chansons.
Un disque qui a tout pour lui, gavé de titres guerriers, entraînant et d’une efficacité redoutable donnant envie d’hurler les refrains, d’headbanguer et de jouer de la guitare en carton dans son salon. Un album qui pourrait être la parfaite bande son de Conan le Barbare partageant sa puissance, son côté épique, guerrier et addictif.
Ne passez pas à côté de cet opus, et au contraire jetez-vous dessus, vous ne serez pas déçu, parole de hardos !
(PS : à quand une version vinyle ???)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rate this review