SOLICITOR : « Spectral Devastation » (c) 2020

SOLICITOR : « Spectral Devastation » (c) 2020

Spectral Devastation
Catégorie:
Étiquettes: , ,
Publié: 24/04/2020

Comme quoi, il ne faut pas toujours se fier à une 1er écoute rapide et peu attentive …. c’est ce que m’apprend une nouvelle fois mon expérience avec ce 1er album de Solicitor … En effet, après avoir lu ici et là des copains vanter la qualité de cet album, sur l’énorme claque qu’ils avaient prise …. j’y ai jeté une oreille … pour découvrir une musique violente .. plus que celle que j’écoute la plupart du temps … et puis j’ai laissé tombé … mais putain quelle erreur … j’aurais vraiment du y jeter les DEUX oreilles, imbécile que je suis !!!
Ce « Spectral Devastation » est un carnage absolu, une bombe de speed metal à 8 fragmentations d’une efficacité redoutable. Il y a forcément un air des 80s et de groupes comme Savage Grace mais aussi le Helloween de « Walls Of Jericho » mais bien plus que cela, le groupe arrivant à avoir une vraie personnalité. En 40 minutes, les américains balancent la sauce sans temps mort … c’est une course frénétique avec une avalanche de riffs, de soli et d’harmonies de guitares vicieuses et le point fort du groupe et qui lui donne un plus indéniable, le chant et la voix d’ Amy Lee Carlson absolument époustouflante du début à la fin. Mais quelle performance de cette chanteuse qui a tout compris et atomise la concurrence.
Ca commence à 200 à l’heure avec la speederie thrash « Blood Revelations » sur lequel le poignet droit des 2 guitaristes doit souffir tant c’est gavé de riffs rapides … les soli fusent nous ramenant à un « Kill’em All » … puis ce break qui freine d’un coup le tempo … avec ce clin d’oeil au break de « Creeping Death » (« die by my hand … ») et puis ça repart de plus belle avec une 2nde salve de soli … et ce final avec ces harmonies à 2 guitares . Quelle entrée en matière et déjà mes cervicales me piquent !
« Betrayer » enchaine sans temps mort avec ces mélodies de guitare qui annoncent un titre un peu moins brutal que son prédécesseur .. mais le tempo est tout autant frénétique. Le chant d’Amy est toujours agressif mais plus mélodique cette fois ci et le refrain à la fois imparable .. et inquiétant. Encore une fois les guitaristes s’éclatent .. et c’est l’une des grandes forces de cet album … il s’agit véritablement d’une usine à riffs !! Ce break gavé de soli et d’harmonies de guitares maindenniens (époque Killers) …
Ce titre est une pépite de speed metal.
Le riff accrocheur de « The Red Queen » annonce le titre le plus long de l’album, le plus épique, avec ce début heavy à souhait (quels riffs !) puis la cavalcade démarre et Amy nous embarque avec sa voix parfaite agressive et mélodique à la fois sous fond de mélodies de guitares tout en restant bougrement heavy. Le groupe maitrise l’art du break .. et encore une fois ils nous régalent avec toutes ces parties de guitares jouissives et toujours mélodiques. Mon morceau préféré de l’album.
L’intro avec des guitares acoustiques de « Leathür Street » laisse penser que le groupe a succombé à la tentation d’une balade .. mais que nenni … la suite relève un brûlot de speed metal avec une basse bien présente et ces riffs heavy donnant sur un refrain très bien trouvé. Ce titre me rappelle beaucoup les péruviens de COBRA de l’album « To Hell » et dont je suis fan.
Solicitor nous refait le coup d’une intro acoustique … et elle est encore plus belle que celle du titre précédent, à 2 guitares. « Night Vision » se veut un peu moins rapide mais toujours aussi heavy, Amy chante avec un telle conviction ses mélodies vicieuses avec un passage où l’on croit reconnaitre un air de « Ride The Sky » .. puis le tempo s’emballe durant les soli, les riffs s’entrechoquent … mes cervicales rendent l’âme !
« Terminal Race » continue sur cette lancée heavy/speed de très bonne facture ponctué de soli d’une grande efficacité tandis que « Spectres of War » ouvre la poignée en grand .. démarrant avec ce cri glaçant d »Amy digne d’un Tom Araya … et chantant de façon très agressive sur ce morceau très thrash et avec des clins d’oeil ici et là à Slayer (les harmonies de guitares). Mon cou demande un pause … mais ce n’est pas possible …. et la il va rendre définitivement l’âme sur « Grip of the Fist » avec ses quelques accélérations ici et là très black metal … une tornade implacable, speed, thrash qui termine l’album en beauté …
Un petit mot également sur le son / prod juste parfaite, à la fois brutale, compacte mais très « naturelle » et qui apportent énormément à l’excellence de cet album.
Les américains ne nous laissent aucun moment de répis durant cette petite quarantaine de minutes d’une violence toujours mélodique et vicieuse, un sens de la composition évident. Chacun des 8 titres est gavé de riffs assassins, de soli et d’harmonies de guitares ne pouvant que faire l’unanimité chez les hardos, une section rythmique en béton armée et bien entendu cette voix et ce chant habité d’Amy Lee Carlson impériale démontrant qu’elle est certainement LA chanteuse hard du moment.
Un disque qui cache bien son jeu mais dont toute la rage, l’excellence explosent à nos oreilles.
Assurément l’une des meilleures sorties de l’année 2020 !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rate this review