SONS OF CULT : « Back To The Beginning » (c) 2023

SONS OF CULT : « Back To The Beginning » (c) 2023

Back To The Beginning
Catégorie:
Publié: 05/01/2023

A peine 2023 entamée, voilà déjà que mes cages à miel sont gatées avec ce heavy metal épique charmeur des espagnols de SONS OF CULT . Inconnu au bataillon jusqu’il y a quelques jours, ce combo majorquin débarque sans prévenir avec ce 1er opus intitulé « Back To The Beginning » fichtrement bien foutu, accrocheur en Diable et, comme son nom l’indique, nous replonge dans le meilleur du heavy metal des 80s et plus particulièrement de la NWOBHM mais avec une grosse louche de heavy épique à la WARLORD, le MANILLA ROAD le plus abordable (« Crystal Logic », « Open The Gates ») ou plus récemment VISIGOTH, MEGATON SWORD, BLAZON RITE ou SORTID BLADE. Au sujet ce ces derniers, on peut faire le parallèle entre les chanteurs des deux combos, Jaume Vilanova (Sons Of Cult) ayant tout comme Niklas Holm (Sordid Blade) une voix ne respirant pas tellement la joie de vivre mais bougrement envoutante et emprunte de mélancolie. Ici pas de cris hauts perchés, de démonstration de puissance ou autres gimmicks typiques du heavy ou quelque fois dans le heavy épique, ici la voix est posée, magnifique donnant une couleur très personnelle à la musique du groupe.
Difficile de ne pas être embarqué dès le 1er riff de « Fighter » et son refrain fédérateur ou sur le plus rythmé « But Not Me » avec encore une fois un sacré bon riff (la grande force du groupe et des 2 riffeurs Vicente Payá et Dan Garcia) et ce refrain charmeur aux voix doublées, ces descentes de manches durant les soli et ces très belles mélodies et harmonies de guitares. L’ombre de The Shark plane légèrement durant ce superbe morceau.
Le riff lançant le très bon « Fake » possède un air du DIO des 80s avec un sacré bon groove insufflé par une section rythmique en place et jouant beaucoup dans la réussite des morceaux, avec Jordi Segura à la batterie et la bassite Vicky Offidani à la 4 cordes. Difficile de résister au refrain qui peut évoquer le meilleur de PARADISE LOST époque « Icon » ou « Draconian Times ».
Le groupe se permet quelques accélérations au sein d’un même morceau comme dans l’excellent « Evil Trail », avec également un final magnifique avec ce riff et ces belles mélodies de guitares et à l’inverse peut venir chatouiller notre côté doom sur « The Farewell Song » agrémenté de parties musicales sur lesquelles les 2 solistes nous régalent (si vous êtes fans de parties de guitares heavy mais avant tout mélodiques, vous allez vous régaler).
Le début de « I dont’ care » avec la basse de Vicky Offidani et ce riff me rappelle à la fois l’ACCEPT de l’époque « Balls To The Wall » et DIO .. et c’est irresistible. Les lignes de chant de Jaume Vilanova donnent vraiment la personnalité aux chansons de SONS OF CULT, ce côté envoutant et mélancolique contrastant avec ces riffs heavy et cette rythmique tantot lourde tantôt groovy.
Comment résister également au dernier titre « I wanna go out » à la fois rythmé et hymnique avec Jaume Vilanova poussant pour une fois sa voix. Un morceau de bravoure donnant envie de lever les poings et gueuler ce refrain si bien trouvé avec le chanteur comme durant ce petit break qui fera un malheur en concert.
Pour parfaire ce tableau déjà splendide, les majorquins nous offrent en bonus une cover étonnante et rare du « Desert Song » de MSG.
La pochette de ce « Back To The Beginning » illustre bien la musique de SONS OF CULT, avec d’un côté ce côté heavy, épique avec des sacrés bons riffs (l’orque) et de l’autre la beauté des mélodies, du chant (la belle guerrière). Une excellente bonne surprise en ce début d’année, donnant la pêche et le sourire. A découvrir de toute urgence.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rate this review