SORDID BLADE : « Every Battle Has Its Glory » (c) 2022

SORDID BLADE : « Every Battle Has Its Glory » (c) 2022

Every Battle Has Its Glory
Catégorie:
Publié: 14/10/2022

Comme quoi, cela ne se joue pas à grand chose pour qu’on passe à côté ou non d’un joyau musical.
Prenez ce 1er opus des suédois de SORDID BLADE, « Every Battle Has Its Glory » sorti en octobre. J’y avais jeté une oreille discrète (et distraite) à sa sortie sur 1 ou 2 titres et avais passé mon chemin.
Dans les semaines qui ont suivi, j’ai lu plusieurs fois mon compatriote franc-comtois Ziltoïd Zierler évoquer cet album et en faire les louanges. Je commençais à me dire que je loupais peut être quelque chose …. mais bon, d’un autre côté je me disais que les goûts de l’un ne sont pas forcément ceux d’un autre. Et puis je décidais hier en fin de journée d’écouter l’émission « Heavy ma vie » de .. Ziltoïd Zierler ..et surprise surprise, le monsieur passa plusieurs titres de l’album tout en en faisant des éloges, et cela se sentait dans ses mots que l’album des suédois l’avait touché en plein coeur. Difficile ensuite de ne pas écouter l’album en entier et d’une écoute plus attentive après une telle déclaration !
Et bien …. merci !!! Mille fois merci de m’avoir remis sur le droit chemin car cet album est splendide, prenant et nécessite qu’on s’y attarde vraiment, sans faire une écoute de « touriste » (honte à moi !).
Musicalement, et avec un tel nom, SORDID BLADE ne donne pas, vous vous en doutez, dans des jolies ritournelles fleures bleues et joyeuses. Les suédois distillent un heavy metal épique mais aussi empli de mélancolie. Il est vrai qu’on pense à son écoute au 1er album d’ETERNAL CHAMPION mais aussi quelques fois au maître du genre, MANILLA ROAD.
Après une jolie intro calme, acoustique et assez cinématique avec le vent qui soufle (« Mordian Winds »), le groupe rentre dans le vif du sujet avec « Unbreakable Bonds » aux riffs heavy et tranchants mais ce qui capte rapidement l’auditeur est la voix de Niklas Holm loin des standards du genre. On pense à Jason Tarpey (Eternal Champion) bien évidemment en plus posé. La musique est envoutante, le tempo est lent mais la pédale de double grosse caisse de Micael Zetterberg se fait entendre et surtout nous avons droit au début d’un festival de 6 cordes au travers de soli et d’harmonies magnifiques qui vont illuminer tout l’album.
Le refrain est très réussi, tellement envoutant et puis écoutez ces mélodies de guitare vers la fin qui rappellent celles de Smith et Murray des 00s.
« Mighty Old Star » poursuit la séduction avec ces mélodies vicieuses, le chant hypnotisant de Niklas Holm qui prend un malin plaisir à rouler les « r » rajoutant un côté unique à ce heavy somptueux.
Un moulinet de riffs lance l’un des gems de l’album, le rythmé « Hidden Enthronement » avec en fond des cors annonçant une prochaine bataille. Nous sommes ici sur le champ de bataille avec les musiciens aux côtés d’Ochilaik, roi de la dynastie des Ynglingar selon la Saga des Ynglingar. On pense au 1er Eternal Champion durant les couplets mais le refrain montre toute la personnalité des suédois, avec ces mélodies de guitare, ce chant à la voix légèrement doublée avec toujours cette mélancolie qui nous emporte. Que c’est beau et prenant.
Niklas Holm est un génie multi-instrumentistes (chant, guitares, basse, composition) et son travail sur toutes les parties de guitare est hallucinant, comme sur la partie instrumentale de cette pépite ponctuée de soli et d’harmonies de guitares toutes plus belles les unes que les autres et si facilement mémorisables qu’on pourrait les chanter sous la douche !
Le tempo redevient lent et rampant sur le très beau « Halfway To Heaven » où la voix grave de Holm plombe l’ambiance de cette beauté sombre et noire … nous sommes bien plus proche des enfers que du paradis. Le propos devient plus heavy et rythmé durant les soli de six cordes si bien ciselés.
Un petit intermède « Kiolsvarf » ressemblant beaucoup à l’introduction de l’album, permet de relacher un peu cette pression et ambiance peu joyeuse .. avant que le morceau le plus heavy de l’album au tempo enlevé déboule des enceintes : « My Guarded Home » ne fait pas de quartier avec ces riffs heavy, la pédale de double grosse caisse martelée par Mr Zetterberg et avec la voix de Holm prenant ici des intonations à la Mark « The Shark » Shelton pour un titre semblant du reste être un hommage au grand MANILLA ROAD. Beaucoup de choses dans ce titre font penser à ce groupe mythique : la voix, les riffs et aussi cette section rythmique avec la basse bien présente. Je me suis cru un instant de nouveau au Jas Rod en 2017 lorsque MANILLA ROAD m’avait émerveillé une dernière fois.
Sur « Every Battle Its Glory », le groupe conjugue toutes ses (grandes) qualités avec toutes ces splendides mélodies de guitares sur fond de riff bourgrement heavy, avec un chant envoutant et mélancolique, ces bruits d’épées s’entrechoquant .. et puis que dire de cette partie avec ces voix graves en harmonies splendides suivies de soli mélodiques et d’harmonies imparables. C’est irresistible.
Ce 1er album se termine par une version réenregistrée de « Lonesome Rider », titre déjà présent sur leur démo de 2021 et qui posait les bases du heavy épique et triste des suédois. Les « r » étaient déjà roulés, la basse vrillait bien nos oreilles, les mélodies de guitares soutenaient ces lignes de chants et ces choeurs d’une beauté glaçante avec Micael Zetterberg donnant de la pédale de double grosse caisse dans le final de la chanson.
Comme je le disais au début de ma chronique, ce 1er album de SORDID BLADE est un pur joyau (ou joyau pur, c’est au choix !) dévoilant son charme au fil des écoutes, arrivant à nous envouter avec ce heavy passionnant d’une telle beauté noire … et sordide illuminé malgré tout par ces guitares magnifiques. Bien plus qu’un hommage au groupe de The Shark ou au récent Champion éternel, « Every Battle Has Its Glory » s’inscrit dans le peloton de tête des meilleurs albums sortis cette année, comme une oeuvre ayant sa propre identité, d’une qualité irréprochable et d’une étonnante force d’attraction et d’envoutement .
Chef d’oeuvre !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rate this review