THIN LIZZY : « Jailbreak » (c) 1976

THIN LIZZY : « Jailbreak » (c) 1976

Jailbreak
Catégorie:
Étiquette:
Genre:
Publié: 26/03/1976

Nous fêtons aujourd’hui l’anniversaire d’un album de légende .. un disque fondateur ayant marqué non seulement son époque mais aussi plusieurs générations de musiciens.
Il s’agit donc de « Jailbreak » de THIN LIZZY, le fantastique groupe de Phil Lynott …. leur 6eme opus qui sortait il y a 46 ans le 26 mars 1976., qui définira enfin leur style unique différent de la musique des 1ères années du groupe. Ici une tendance plus hard rock émergeait clairement .. mais tout en gardant la forte personnalité du groupe et leur diversité .. et ce groove innimitable insufflé par la basse et la voix gorgée de feeling de Phil Lynott et la batterie de Brian Downey (arrf ce jeu ! ❤ ) . Le ton était donné d’entrée de jeux avec le génial « Jailbreak », toutes guitares dehors, qui s’en donnent à coeur joie également sur « Angel From The Coast » (twin guitars). Cela se calme un peu avec le très beau « Running Back » avec en fond un saxo. Suit l’un de mes titres préférés du groupe, « Romeo And The Lonely Girl » … avec cette diction unique de Lynott chantant tout en racontant une histoire, ces soli de guitares tellement pleines de feeling.
Le ton se durcit avec « Warrior », titre que tout métalleux se doit de connaître, véritable leçon de hard rock groovy, ponctué de soli de guitares magnifiques, ce break de batterie jouissif et ce final grandiose. Chef d’oeuvre .. qui en appelle un autre, le célébre « The Boys Are Back In town », hymne absolu du groupe et certainement leur plus célèbre, repris avec des centaines de groupes depuis plus de 40 ans, diffusés sur toutes les ondes radios tous les jours … Quand on parle de feeling, comment ne pas être pris par la beauté de « Fight Or Fall » dans laquelle Lynott encore une fois nous embarque avec sa voix, son histoire .. avec derrière des interventions de guitares tellement belles (me rappelant un peu le meilleur de Dire Straits).
Les guitares augmentent le volume et reviennent en harmonies twin sur le célèbre « Cowboy Song », titre tout en nuance encore une fois, classique parmi classique.
Après une telle succession de titres tous plus sublimes les uns que les autres, Phil et ses acolytes terminent « Jailbreak » en aphétose avec MON titre préféré du groupe, le heavy « Emerald » et son énorme riff, ce break monstrueux à la moitié du titre et cette avalanches de soli de guitares … l’une des plus belles parties musicales de l’histoire du rock.
Que d’éloges vous me direz .. mais cet album les mérite 100 fois. Véritable chef d’oeuvre en soit, souvent recopié mais jamais égalé, réussissant l’exploit de marier hard rock, groove, un feeling énorme, rock, swing de la façon la plus naturelle qui soit.
A posséder absolument, bien évidemment !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rate this review