TRIBE OF GYPSIES : « Standing on the Shoulders of Giants » (c) 2000

TRIBE OF GYPSIES : « Standing on the Shoulders of Giants » (c) 2000

Standing on the Shoulders of Giants
Catégorie:
Genre:
Publié: 01/01/2000
Bruce Dickinson a toujours eu du flaire et ce n’est pas pour rien qu’il a eu cette carrière exceptionnelle, de Samson à Maiden en passant par sa carrière solo … lorsqu’il recruta les musiciens du groupe TRIBE OF GYPSIES .. dont je vais un peu vous parler maintenant. Ce groupe californien partageait le même studio que Bruce lorsqu’il essayait d’avancer sur son « Balls Of Picasso » en 1994 … et lorsqu’il entendit les compos des américains, il fut souflé et décida de repartir de 0 avec le guitariste Roy Z et ses camarades et bien lui en prit car ses 4 disques composés et interprétés par ces musiciens sont magnifiques et de haut vol.
Le groupe dut donc attendre 1996 pour enfin sortir leur 1er album éponyme, pour le moins étonnant, un côté rock / hard rock avec la guitare de Roy Z. mais surtout extrêmement groovy avec une section rythmique habituée aux rythmes sud américains, Dave Ingraham à la batterie et Eddie Casillas à la basse, avec en plus des percussions et des influences latino sur les morceaux. Un mélange détonnant et étonnant avec le très bon chanteur Dean Ortega. Le groupe continua son bonhomme de chemin loin des projecteurs .(sans ce chanteur).. mais me concernant, ce sont leurs 2 derniers albums qui m’ont le plus séduit et embarqué dont le génial « Standing on the Shoulders of Giants » (qui ressortit plus tard sur le label de Bruce sous le titre « III » certainement pour éviter la confusion avec l’album d’Oasis portant le même nom et qui sortait la même année..). Alors ne vous attendez pas à du hard rock tribal et encore moins à du heavy metal … car on en est très loin (mais ne partez pas !!) .
En effet la 1ère partie du disque nous embarque au Brésil et dans d’autres pays sud américains au travers d’une musique où le groove, les rythmes latinaux donnent tant d’âme à la musique … on peut penser à Santana (le magnifique 1er titre « The Flower » .. co-écrit par Bruce du reste !) avec toutes ces parties de guitares de Roy Z. tout en touché … puis difficile de résister au rythme de « Rays Of The Sun » et encore plus à celui de « Admit It » tellement entrainant. Cette musique transpire le Soleil, la sable chaud .. une musique qui a de l’âme, des mélodies séductrices comme ce « It Don’t Bother Me » .. avec cet orgue en fond, ce soli de guitare acoustique et toujours cette section rythmique qui nous fait balancer notre bassin …
Et que dire du rythmé « Puro Party » …toutes ces percussions … et Roy Z qui joue avec tellement de feeling, avec ses guitares aux sons si différents, tantôt funky, tantôt plus électrique sur le solo …abattant un boulot de dingue avec toutes les couches de guitares sur ce titre et bien sûr impossible de ne pas dire un mot sur le chanteur Gregg Analla absolument fantastique, avec tellement de feeling et une voix chaude faite pour cette musique.
Sur la 2nde partie de l’album, le groupe revient à un rock moins latino pour le très bon « What Cha Want », brûlot hard rock entrainant (et quel solo !!!), le très Thin Lizzy « Angel » demarrant avec de biens belles harmonies de guitare et toujours ce groove véritable marque de fabrique des américains. La fin de l’album est plus calme mais toujours inspirée mais moins ancré latino. Le groupe se permet même une très belle reprise du « Parisienne Walkways » de Gary Moore.
Un album vraiment étonnant, à part et qui est une véritable invitation au voyage et une bouffée d’air frais. Un disque rare et passé totalement inaperçu à sa sortie et ayant pu peiner à trouver son public et c’est dommage. Il est tellement moins formaté que la majorité des sorties de l’époque (ou de nos jours), Roy Z et sa bande laissaient libre court à leur imagination, leur inspiration sans limite, mettant leur âme dans leur musique ..et cela s’entend. Un grand moment de musique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Rate this review