TWISTED SISTER : « Stay Hungry » (c) 1984

TWISTED SISTER : « Stay Hungry » (c) 1984

Stay Hungry
Catégorie:
Étiquette:
Publié: 10/05/1984

S’il y a bien un groupe iconique des 80s, c’est bien Twister Sister. Comment ne pas marquer les esprits de l’époque avec leur look glam et déjanté (non mais regardez le look et la tronche de Dee Snider) … et cela est devenu au fil des années, des décennies indissociable du groupe. Et celà ne leur a causé pas que du bien notamment en Europe, comme au Reading en 1982 où le groupe était monté sur scène sous une pluie de projectils … mais les américains ne s’étaient pas démontés et avaient délivré un putain de show débordant d’énergie n’ayant rien à envier aux groupes de la NWOBHM, et se payant même le luxe d’inviter Lemmy sur scène ! Car le contraste entre leur look à la Slade ou T-Rex et leur musique sauvage était saisissant .. car le groupe ne donnait pas dans le glam à la Motley Crue ou Poison … oh non … la musique des 5 sisters était sévèrement burn(in hell)ée ! Leur 1er album « Under The Blade » était un recueil de hard rock punkisant par moment parfait pour headbanguer. Sur « You Can’t Stop Rock’n’ Roll » le groupe avait légèrement levé le pied et tout n’était pas parfait, mais sur ce « Stay Hungry », le groupe était regonflé à bloc et décidé à montrer qu’ils en avaient et pas qu’un peu !
C’est bien simple, « Stay Hungry », c’est 9 titres, 9 énormes claques heavy, pas la moindre trace de musique glamouse, ça envoie les watts, ça riffe et avec toujours un sens de la mélodie et de l’hymne d’une efficacité imparable.
Ca commence pied au plancher avec le brûlot speed « Stay Hungry », les guitares sont heavy avec un son très cru, la section rythmique cavale et puis cette voix fantastique de Dee Snider tellement unique à la fois cassée, mélodique mais toujours bourrée d’énergie. Impossible de rester calme à l’écoute de ce titre, on lève le point et on gueule « Stay Hungry, feel the fire » avec Snider.
La batterie reconnaissable entre mille de « We’re Not Gonna Take It » résonne et là on fout le bordel dans le salon, on jette tout en l’air … Hit incoutournable, hymne à la rébellion des jeunes ados qui fit exploser commercialement le groupe aux US.
Après cette petite pause légère (mais si bonne !), le groupe ressort les griffes avec le bougrement heavy « Burn In Hell » .. Ecoutez moi ces riffs plombés de Jay Jay French et Eddie Ojeda … puis cette accélaration d’une efficacité absolue avec A.j. Pero qui martèle ses futs comme un malade, Dee Snider dont le chant se veut agressif et mélodique et qui en veut et puis ce refrain ….ces soli avec les 2 guitaristes qui se répondent …avant une acalmie pour mieux relancer le titre. Certainement le meilleur titre de l’album .. et de Twister Sister .
Le groupe était inspiré et ne voulait s’imposer aucune limite et se permettait de composer une pièce bougrement heavy et horrifique de quasi 8 minutes, « Horror-Teria (The Beginning) » découpée en 2 parties : « Captain Howdy », lent, heavy, inquiétant et vicieux mais tellement bon .. puis « Street Justice » sur lequel les américains ne s’étaient rarement montrés si heavy et agressif. On est très loin d’un « Smokin’ In The Boys Room » !!
A l’instar d’un « We’re Not Gonna Take It », « I Wanna Rock » est plus simple, plus léger mais bougrement efficace et hymnique !
Lorsque Twisted Sister s’attaque à une ballade, elle n’a rien de niaise .. bien au contraire … « The Prize » est sublime, avec un Dee Snider tellement poignant (l’un des chanteurs les plus sous-estimés si vous me demandez), les guitares heavy sont là et le côté mélancolique de la mélodie est prenant.
Après cette accalmie, le groupe repart de plus bel avec un brûlot rapide et heavy « Don’t Let Me Down » . La pédale de grosse caisse d’ A.j. Pero martèle nos tympans, les guitaristes descendent quelques soli l’un après l’autre et le chant de Snider se veut moins agressif et plus mélancolique. Un sacré bon titre encore une fois.
Comme pour varier les plaisirs, « The Beast » se veut lent, rampant à souhait avec ce riff de guitare entêtant, ces couplets vicieux … et puis ce refrain sur lequel le tempo s’accélère un peu… La force du groupe est d’arriver sur quasi tous les titres à créer une ambiance collant tellement bien à la musique et aux paroles. Et c’est tellement frappant sur ce titre heavy à souhait et inquiétant.
Ce déluge de riffs se termine par le très bon « S.M.F » dont le riff me fait penser à du AC/DC bodybuildé (ce que les australiens pouvaient faire sur « Let There Be Rock » ou « Powerage »). Encore un hymne (ce refrain) ponctué par une série de soli encore une fois excellents.
Pas de doute, ce « Stay Hungry » est un grand album de hard rock matiné de heavy metal, certainement le meilleur du genre parmi tous ceux sortis par les groupes américains de l’époque, un album sans compromis, intense et heavy du 1er au dernier titre avec que des hits, aidé par un son et une prod également sans compromission, heavy, crue (comme le morceau de barbaque dont se délecte les babines Dee Snider sur la pochette). Un album à ranger à côté du génial 1er WASP.
Donc oui … CHEF D’OEUVRE !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Rate this review