TYGERS OF PAN TANG : « Wild Cat » (c) 1980

TYGERS OF PAN TANG : « Wild Cat » (c) 1980

Wild Cat
Catégorie:
Publié: 23/08/1980
La NWOBHM a révélé parmi les plus grands groupes de hard de nos jours et toujours actifs comme Iron Maiden, Def Leppard, Saxon, d’autres tout aussi excellents mais n’ayant pas eu le même succès et carrière comme Angel Witch, Diamond Head. Avec le recul, tous ces groupes avaient peut être un truc un plus par rapport aux dizaines d’autres groupes du mouvement et finalement étaient différents. A l’inverse, Tygers Of Pan Tang avec leur 1er album « Wild Cat » se rapprochait beaucoup plus de ce qu’on pouvait entendre chez la majorité des groupes de l’époque qui écumaient les pubs anglais. Ici le Tigre n’avait pas ce côté heavy épique d’un Maiden, le côté mélodique et accrocheur d’un Def Leppard, le côté sombre d’un Angel Witch et encore moins un chanteur à la voix perchée comme Bruce Bruce ou Sean Harris. Non la musique présentée sur ce 1er album se veut plus traditionnelle, simple et rentre dedans et se rapproche d’une certaine façon des 1ers Saxon ayant en commun ce côté rock’n’roll boosté au heavy rock. Sur des bases finalement peu originales, le groupe avait réussi à composer 10 pistes absolument jouissives et surtout ayant une âme, grandement aidées par le talent de composition de Robb Weir et sa capacité à pondre des sacrés bons riffs d’une précision incroyable, des soli mélodiques et gorgés de feeling, des breaks ici et là parfaitement bien placés comme sur les géniaux « Slave to Freedom » (ses 2 salves de soli ❤ ) ou « Killer » (cette accélaration à la fin !). Tous les titres regorgent de riffs et d’interventions de Weir rendant les morceaux si attachant comme sur « Don’t Touch Me There », « Euthanasia », « Fireclown » ou « Suzie Smiled » et son putain de bon riff. Et puis la voix de Jess Cox rend l’ensemble attachant et colle tellement bien à cette musique sans prétention car il faut bien avouer que Cox ne chante que sur un demi octave et est bien loin de la voix des chanteurs des Saxon, Diamond Head, Def Lep ou Maiden. Mais on s’y fait rapidement et on s’attache à cette voix si sincère.
Le groupe savait aussi durcir le propos comme sur l’excellent « Badger Badger » avec son break calme tout en feeling débouchant sur une accélération pour une fin de morceau bien speed. Que c’est bon ! Et puis que dire de « Insanity » servit en conclusion .. avec ces rires et cris en intro faisant froid dans le dos .. avant qu’un riff en mode cavalcade de Weir arrive me donnant le sourir de bonheur. Un titre un peu part par rapport au reste de l’album mais bougrement intéressant … avec ce break heavy et inquiétant à 3min permettant de lancer une sacrée accélaration .. le titre devient une speederie Weir assénant une belle série de soli puis la piste reprend son rythme cavalcade initial. Quelle belle façon de terminer ce 1er album !
Au fil des écoutes, on comprend assez facilement pourquoi ce « Wild Cat » est devenu l’un des choucous des amoureux de la NWOBHM .. car sous son apparente simplicité se dégage une authenticité, une succession de riffs, de petits breaks, de soli tellement bons qu’on se prend au jeu et qu’on y revient souvent (10 titres, 10 brûlots sans temps mort, sans ballade). Avec ce 1er album, Tygers Of Pan Tang avait toutes les cartes en main pour jouer dans la cours des grands aux côtés de Maiden, Saxon & co.
Un disque à posséder impérativement si vous êtes fans du hard anglais des 80s.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Rate this review