VULTURE : « Dealin’ Death » (c) 2021

VULTURE : « Dealin’ Death » (c) 2021

Dealin' Death
Catégorie:
Étiquette:
Publié: 21/05/2021
J’ai toujours eu une relation spéciale avec le thrash, musique que j’ai découvert quasi en même temps que mes protégés de Maiden ou d’Accept avec les Metallica, Slayer, Anthrax puis un peu plus tard Megadeth, Testament, les groupes les plus connus du genre. La plupart de ces groupes avaient attiré mon oreille car ils ne proposaient pas tous le temps du bourinage en règle même si la majorité du temp, les tempi frénétiques et les moulinets de riffs ultra tranchant étaient de mise. Et ce sont du reste les albums les plus diversifiés et moins monochordes que j’ai toujours préférés chez ces groupes, les « Master Of Puppets », « South Of Heaven » / « Seasons In The Abyss » ou « Peace Sells … ». Parmi les groupes moins exposés et plus « underground », rares sont ceux à m’avoir convaincu exception faites des Flotsam & Jestsam, Heathen avec leur approche mélodique ou le 2nd Sacrifice par la richesse de ses riffs. Certains vont sauter au plafond, mais j’ai toujours eu plus de mal avec les groupes jouant la carte quasi que du thrash comme les Nuclear Assault, Kreator (des débuts), Destruction, Sodom ou les wagons de groupes ricains dont les plus récents. Alors oui bien sur je ne reste pas insensible à certains de leurs titres qui sont des bombes, mais tenir tout un album c’est autre chose et je lève le diamant assez rapidement (j’en vois déjà certains qui sont tombés de leur chaise !). Cette longue introduction pour en venir au fait que sur disque, je n’avais guère été impressionné jusque là par les jeunes allemands de VULTURE. Pourtant cela partait bien avec leur show à Avignon organisé par Tonton Raymond (avec Mindless Sinner et Electric Shock à l’affiche, excusez du peu !) qui nous avait tous mis une rouste. Je m’empressais d’acheter leur album à leur stand … mais une fois chez moi, déception à son écoute. Le groupe assurait bien sûr, avec leur style speed metal / thrash mais avec si peu de variation que l’ennui pointa rapidement son nez. Il y avait bien sûr ici et là des très bons riffs, tout comme sur leur 2nd album, mais pas assez d’accroche et d’autres ambiances pour me convaincre … et je lachai l’affaire … jusqu’à il y a quelques jours. Alors que je ne m’y attendais absolument pas et après avoir lu quelques avis dithyrambiques au sujet du 3ème skud des allemands « Dealin’Death », je décidai de leur donner une 2nde chance et l’écoutai .. Et là, énorme surprise, énormes claques dès la 1ère écoute du disque. Le groupe semblait avoir grimpé de 2 divisions, tout était tellement meilleur, et à tous les niveaux.
Si la pochette reste dans la même veine que les opus précédents, dès les premières notes, on est scotché par la qualité du son qui enterre de la tête aux pieds celui de leurs précédents essais. Le son est beaucoup moins étouffé, a plus d’ampleur tout en restant bougrement puissant. Mais la très grande force de l’album sont ses compositions et leur interpration sans faille par des musiciens étant tout sauf des manchos, mené par le chanteur L. Steeler à la voix typiquement thrash mais se permettant ici et là un côté un peu plus théatral collant parfaitement à l’ambiance horrifique des titres.
Les allemands ont enfin décidé d’enrichir leur musique et de proposer autres chose tout en gardant leur côté chien fou. On oscille entre speederies thrash intenses et des pièces inattendues mid-tempo ayant une vraie ambiance et originalité dans lesquelles le groupe ose enfin laisser s’exprimer toutes leurs idées.

Après une intro très Nightmare On Elm Street nous mettant dans l’ambiance, les allemands déboulent pied au plancher avec la furie « Malicious Souls » et ce cris glaçant du chanteur. On retrouve le groupe de 2 premiers albums .. mais on entend ici et là des petits plus rendant le titre très intéressant (grandement aidé par la prod vraiment excellente), comme cette série de soli et même harmonies de guitares mélodiques dans une ambiance de film d’horreur contrastrant avec la frénésie et l’agressivité des riffs. Et puis quelle performance de L. Steeler tellement convainquant avec un refrain maléfique et addictif. « Count Your Blessings » s’enchaine si rapidement qu’on pense au départ qu’il s’agit de la suite du 1er morceau ! A noter ce petit « ayaa ayaa » du début du titre qui a chaque écoute me fait triper ! Et la encore une fois alors que titre se veut très thrash et agressif, les guitares balancent des mélodies et soli de guitares enrichissant la musique et rendant son écoute tellement plus passionnante … pour repartir 20s plus tard dans une speederie à se briser le cou. 2 titres, 2 énorme mandales auquelles je ne m’attendais pas … mais là où l’album va définitivement me gagner à sa cause, c’est avec le fantastique « Gorgon ». Les 2 premières pistes laissaient paraître les véhilités du groupe d’apporter quelque chose de nouveau dans leur speed thrash … mais alors avec ce 3eme titre, accrochez vous ! Vulture nous balance une pièce musicale mid tempo dans une ambiance très théatrale . Cela commence comme un morceau de epic heavy metal avec cette batterie martiale / militaire, ces splendides harmonies de guitares, puis stop ….un piano débarque et joue la mélodie (pour le coup, on se rappelle le

génial

1er album de Spellbook et ses ambiances cabarets ici et là) quelques secondes avant que le groupe reparte dans un heavy horrifique avec ces choeurs ici et un style qui a un côté Alice Cooper des grandes années et même une pincée du Savatage époque Jon Oliva. Le morceau est passionnant et tellement inattendu, le groupe lache les chevaux de son inspiration dans cette piste d’une grande originalité, avec son ambiance très théatrale et aussi un peu débridée tout en gardant cette énergie folle. On se dit que la suite risque de sembler plus fade après un tel sommet .. mais que nenni, les allemands enchainent avec un p…. de hit heavy thrash « Star-Crossed City » au riff / leitmotiv de guitare super bien trouvé et ce refrain au top qui me rappelle l’excellent « Hardrockers City » de nos Hexecutor et ces descentes de manches au poil. Le travail des 2 solistes M. Outlaw et S. Castevet est vraiment remarquable tout au long de l’album, ayant toujours une petite touche originale, plan mélodique bien venu donnant à chaque fois un côté lumineux aux morceaux.

Sur « Flee the Phantom », le quintet repart pied au plancher sur un tempo d’enfer et de riffs thrash qui décoiffent, et puis toujours ce chant agressif mais arrivant à laisser passer une petite dose de mélodie qui me rappelle ici et là l’époque « Fabulous Disaster » d’Exodus. « Gorgon » vous a suppris et vous avez kiffé, et bien « Below the Mausoleum » est pour vous. Même si moins grandiloquent, ce mid tempo bien heavy surprend avec ce refrain avec ces choeurs qu’on a envie de reprendre et je vais me répéter, mais que ces soli et harmonies de 2 six cordistes sont beaux et bien amenés ! Un titre ayant un côté vicieux dans le chant et les riffs surprenant et excellent. Pas le temps de souffler que le groupe déboule avec une nouvelle furie, le title track « Dealin’ Death » conjugant toutes les qualités de la musique qu’on évoque depuis le début. « Multitudes of Terror » semble changer l’ambiance, démarrant calmement avec ces magnifiques mélodies de guitares à la « Welcome Home » mais les riffs puissant arrivent rapidement pour s’enchainer et se transformer en tornade speed slayeresque. Quelle claque !
Comme pour nous laisser sur cette idée de prise de risques, d’ouverture de leur musique, Vulture nous quitte avec le très bon mid tempo « The Court of Caligula » au riff bourgrement lourd et heavy . Difficile de ne pas secouer la tête à son écoute … et puis mince, quel refrain « The Coooourt of Caliiigulaaaaa » qui nous prend par surprise .. c’est gagné ….les allemands ont encore pondu un putain de hit … et comme pour bien affirmer leur liberté artistique, ils balancent un solo mélodique presque joyeux en plein milieu contrastrant totalement avec le reste du morceau inquiétant .. et comme si cela ne suffisait pas, un clavier / orgue fait son apparition le temps de quelques secondes pour rajouter à cette folie ambiante. Quel final !!
Vous l’aurez compris, cette 3eme galette de VULTURE m’a totalement conquis .. et j’en suis le 1er surpris car très rares sont les albums de thrash / speed metal à m’avoir convaincu et me donnant l’envie de les écouter en boucle. Et c’est ce qui arrive depuis une grosse semaine avec ce « Dealin’Death » absolument fantastique, surprenant et bien sur jouissif. La chrysalide a éclos … et VULTURE a enfin pris en envol.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rate this review