W.A.S.P : « Golgotha » (c) 2015

W.A.S.P : « Golgotha » (c) 2015

no title has been provided for this book
Catégorie:
Étiquette:
Depuis 2 albums, le groupe avait clairement repris du poil de la bête avec un « Dominator » et un « Babylon » très réussis (surtout le 1er pour ma part), chacun contenant des biens belles pépites (« Heaven’s Hung In Black », « Mercy », « Babylon’s Burning ») mais ayant quelques défauts néanmoins, mais rien de méchant. Ce regain de forme était essentiellement du à ses nouveaux musiciens plus que talentueux dont le guitariste Doug Blair vraiment bon avec ses soli tellement plein de feeling et ce touché ! Mais il manquait le petit truc qui aurait pu faire de ces 2 albums des indispensables de la riche discographie du groupe de Blackie.
Et ce fut mission accomplie avec ce « Golgotha » … Cette cuvée 2015 est parfaite et magnifique du 1er au dernier titre, peut être moins énervé que par le passé, avec un son parfois plus rock que vraiment metal comme sur le très réussi « Last Runaway », certes plus soft, mais faisant tellement le job et me rappelant, au risque de hérisser le poil de certains (à tord !!!), le meilleur de Bon Jovi comme sur New Jersey (« Blood On Blood ») ou de Keep The Faith, avec plus de peps. Blackie sait toujours pondre des petits brûlots accrocheurs avec ces thèmes de guitare typique de WASP comme sur « Scream » vraiment bon, sur lequel le talent de Doug Blair explose avec son solo et autres petites interventions mémorables. Et puis cette voix et ce chant de Blackie déjà si prenant et rempli d’émotion. Moins agressif et crié que par le passé, le chanteur américains privilégie l’émotion et ça le fait grave . Le summum de cette émotion est atteinte avec LE chef d’oeuvre de l’album et l’un des tous meilleurs morceaux qu’il m’ait été donné d’entendre ces 10 dernières années, tout simplement : « Miss You » : paroles, chant, ambiance … que de frissons à chaque écoute .. et puis cette guitare de Doug Blair ….nom de Zeus, quel talent, quelle expressivité dans son touché et ces notes placées là où il faut avec ce long final magique et de toute beauté. Pour moi la guitare, cela doit être ça, être synomyme de mélodie, de feeling, être parlante et être vecteur d’émotions au même titre que la voix. Et puis cette voix de Blackie débordant d’une émotion communicative et me donnant le frisson à chaque écoute de ce titre (pour info, ce titre était prévu pour « The Crimson Idol » et les paroles évoquent le personnage principal Jonathan agenouillé sur la tombe de son frère Michael et lui parlant).
Et la majorité des titres suivent ce caneva avec un début magnifique et assez calme avec une montée une puissance comme sur « Fallen Under » très prenant ou sur le dernier titre « Golgotha » ou encore une fois Blackie prouve quel interprêtre extraordinaire il est et Doug Blair quel bon guitariste il est sur les 2’40 dernières minutes du titre avec cette avalanche de soli tous plus beaux les uns que les autres.
Le propos s’accélère et s’énerve un peu sur l’épique « Slaves of the New World Order » avec une 1ère partie heavy et un refrain faisant mouche sur fond d’un thème de guitare typiquement waspien .. avant qu’une chouette accélaration arrive à la moitiée du titre avec une succession de soli toujours au poil de Mr Blair et un final encore une fois inspiré et réussi.
« Eyes of My Maker » et « Hero of the World » sont tout aussi inspirés et démontrent ainsi la très haute qualité de l’album et de l’inspiration de Blackie à son zénith … 9 titres, quasi 9 pépites .. ici pas de covers (2 sur 9 titres sur « Babylon »), pas d’un titre répété sur l’album (« Heaven’s Hung In Black (reprise) » sur « Dominator »), que du 100% WASP au meilleur de sa forme et de son inspiration et sublimé par la voix / interprétation hors norme de Blackie et par les interventions vraiment géniales de Doug Blair à la guitare aidant grandement au succès artistique de ce disque. Blackie avait essayé plusieurs fois de refaire le coup de « The Crimson Idol » voire de « The Headless Children » avec plus ou moins de succès (plutot réussi sur « The Neon God Part 1 », tantôt loupé (« The Neon God Part 2 ») tantôt moyen et un peu indigeste (« Dying For The World ») .. et c’est enfin sur ce « Golgotha » qu’il arrive à hisser au niveau de ces 2 joyaux de sa discographie.
Oui rien que ça certains diront, car cet album est pour moi un chef d’oeuvre à ranger à côté du 1er WASP, « The Headless Children », « The Crimson Idol », dans un style un peu différent, un peu plus calme mais tellement beau et gavé d’émotions.
Jetez vous dessus si vous ne le connaissez pas encore !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Rate this review