SAVATAGE : « Hall Of The Mountain King » (c) 1987

SAVATAGE : « Hall Of The Mountain King » (c) 1987

Hall Of The Mountain King
Catégorie:
Étiquette:
Publié: 28/09/1987
SAVATAGE a toujours été un groupe un peu à part et avec une forte identité donnée par les 2 frères Oliva : Jon et sa voix unique capable d’être agressif à vous hérisser le poil et la seconde d’après vous faire verser une larme avec une voix si belle et remplie d’émotion, et Chris le guitariste avec un jeu et un son si particulier, ses riffs tranchants comme une lame de rasoir et soli d’une grande virtuosité mais toujours avec beaucoup de feeling.
Le début de carrière à l’aube des 80s avait vu le groupe sortir un 1er album « Sirens » et un EP « The Dungeons Are Calling » magnifiques et montrant le mordant et le potentiel du groupe. Mais ce début de carrière ne va pas forcément témoigner du groupe sous son meilleur jour car dès la signature avec une major, Savatage se précipita et sort coup sur coup un « Power Of The Night » tiède avec seulement 1 face tenant la route et un calamiteux « Fight For The Rock » plus ou moins imposé par leur maison de disques avec des compositeurs extérieurs qui vont dénaturer l’âme du groupe et au final ni la maison de disques ni le groupe n’y trouvont leur compte car les ventes furent catastrophiques et le résultat musical boudé par les musiciens eux-mêmes. Conscient d’avoir fait fausse route, la major proposa au groupe un producteur apte à comprendre la musique des floridiens et surtout leur apporter une direction artistique qui allait changer la donne : Paul O’Neill.
Le résultat de cette première collaboration ne se fit pas attendre et « Hall Of The Mountain King » dépassa toutes les espérances du groupe et des fans. Le groupe retrouvait son mordant et le côté inquiétant de ses premiers opus avec une nouvelle dimension épique mais surtout au travers de compositions fantastiques et tenant la route du début à la fin de l’album, avec un groupe solide à tous les niveaux dont une section rythmique répondant aux exigences des compos des frères Oliva. Pour la 1ère fois, SAVATAGE bénéficiait d’un son 5 étoiles absolument pas asceptisé mais mettant en valeur le côté heavy de leur musique dont cette guitare mordante comme jamais de Chris Oliva qui démontrait tout au long de cet opus quel talentueux guitariste il était.
La musique des 4 musiciens n’était pas aussi formatée que celle des autres formations heavy de l’époque, ainsi la trilogie imparable étonnait avec les riffs de « 24 Hours Ago », « Beyond The Doors Of The Dark » et « Legions » se voulant brutaux, sacadés et atypiques et sur lesquels venait se greffer la voix hallucinée de Jon poussant des cris de psychopathe démoniaque rajoutant à cette ambiance unique, inquiétante et d’une certaine violence, mais avec toujours ce sens de la mélodie et de l’accroche qui rendaient ces morceaux mémorisables immédiatement. La recette parfaite avait été trouvée par le groupe et leur producteur, donnant une couleur vraiment unique à la musique du ‘TAGE.
Les frères Oliva n’oubliaient pas de caresser nos sens quand il le fallait comme ce plus sucré « Strange Wings » où l’on découvrait le côté émouvant de la voix de Jon et le touché de guitare plus délicat de Chris. Un titre que je trouve magnifique et dans lequel l’émotion de la voix de Jon me touche.
Ce début d’album déjà fantastique allait toucher au sublime avec le morceau suivant, « Hall Of The Mountain King » introduit pas ce « Prelude To Madness » musical sacrément étonnant laissant présager du futur musical du groupe, avec Jon au clavier et Chris à la guitare se donnant le change et rendant hommage au compositeur norvégien Edvard Grieg de la plus belle des façons.
Comme tout morceau ayant marqué à jamais l’histoire de hard, « Hall Of The Mountain King » débute par un riff dantesque et typique du jeu halluciné de Chris Oliva avec déjà une 1ere salve de soli avant que Jon chante cette mélodie vicieuse de sa voix agressive et ce refrain si efficace sur lequel il pousse des cris glaçant .. mais ce n’est rien en comparaison de la partie à 3min juste avant les magnifiques soli de Chris, où Jon enchaine les cris de folie tel un damné possédé. Quel titre fabuleux qui montrait tout la talent et la folie d’un groupe décidément à part.
SAVATAGE montrait qu’il savait aussi accélerer le tempo sur la tornade « White Witch » mais là où le groupe était le plus convainquant était sur ces mid-tempi aux riffs saccadés et à ambiance inquiétante et pour le coup « Devastation » remplit son contrat haut la main avec un Jon Oliva au sommet avec un chant agressif et mélodique à la fois pour l’une de ses meilleures interprétations grandement aidé par ce riff fantastique de Chris qui dégaine encore une fois un solo tout en feeling. Le quatuor ne pouvait pas terminer l’album d’une meilleure façon.
A noter également la peinture magnifique ayant servi pour la pochette .. avec le détail qui tue … les tongs du ce Roi de la Montagne !
J’ai connu le groupe avec cet album sur une k7 copiée par le père d’un copain quand j’avais 15 ans et le groupe m’avait immédiatement embarqué dans son univers. SAVATAGE n’a jamais été un groupe comme les autres, il a toujours eu cette identité forte avec ce duo de frères unique si talentueux et complémentaires. Le dernier disque de la période purement heavy du groupe qui allait diversifier sa musique de la plus belle des façons dès l’album suivant. Mon disque préféré du ‘TAGE et un chef d’oeuvre de heavy metal barré.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rate this review