WOLFSBANE : « Genius » (c) 2022

WOLFSBANE : « Genius » (c) 2022

Genius
Catégorie:
Étiquettes: ,
Genre:
Publié: 05/06/2022
L’Angleterre a toujours donné naissance à des groupes de hard de qualité. Berceau du hard avec Led Zep et Deep Purple, du heavy metal avec Black Sabbath puis Judas Priest et Motorhead et bien sur la NWOBHM avec les Maiden, Saxon & co. Même durant la fin des 80 / début des 90s émergeaient des groupes vraiment bons comme The Almighty, Little Angel, Thunder, Quireboys et dans un style plus extrême Sabbat, Carcass ou Skyclad. Et il y a ces sales garnements de WOLFSBANE aimant provoquer, mettre le bordel et surtout faire la fête. Un peu d’humour, de 2nd degré .. voilà qui faisait un bien fou d’autant que musicalement, le groupe ne rigolait pas et envoyait la sauce dans une mixture bien à eux, rappelant ici et là le Van Halen des débuts et une dose / énergie assez punk mais sonnant définitivement hard rock. Le groupe avait toutes les cartes en main, signé sur Def Jam et produit par Rick Rubin sur leur 1er album puis par Brendan O’Brien pour leur 2nd opus, excusez du peu. Ajouter à cela une première partie en ouverture de l’imposante tournée UK Intercity Express d’IRON MAIDEN .. que demander de plus ? Malheureusement la sauce ne prit pas auprès du public et le succès non plus et c’était vraiment dommage car chaque prestation live du groupe était un débauche d’énergie et une communion entre le groupe et son public comme en témoigne le superbe live « Massive Noise Injection » sorti en 1993. Le groupe se sépara peu de temps après la sortie de leur 3eme excellent album sobrement intitulé « Wolfsbane » qui montrait sur certains titres une nouvelle facette du groupe, plus heavy et épique comme sur les très réussis « Die Again », « Seen How It’s Done ». Blaze Bayley intégra Iron Maiden marquant la fin de l’aventure Wolfsbane commencée 10 ans auparavant. Le chanteur de Birmingham entreprit un carrière solo durant la décennie suivante mais l’idée de faire revivre son 1er groupe et amour commençait à surgir et le quatuor se reforma en 2011 donnant quelques concerts en Angleterre et enregistra un nouvel album fort réussi « Wolfsbane .. Save The World » officialisant la reformation du groupe. Et depuis, le groupe n’a jamais vraiment mis la clé sous la porte, continuant à donner des concerts de temps en temps et à sortir des EP .. mais pas l’ombre d’un nouvel album n’était en vue, avant l’annonce de la sortie de ce « Genius » il y a très peu de temps. Super bonne surprise donc car on ne l’attendait plus !
Alors à que doit s’attendre avec ce « Genius », 5ème opus longue durée des anglais ?
Et bien 10 grosses claques en à peine 31 minutes ! Le groupe a bossé et pas qu’un peu et cela s’entend. 10 ans sans sortir de nouvelle musique leur a permis de laisser libre court à toute leur inspiration pour composer ce qu’il y a de mieux dans leur genre. Rarement WOLFSBANE ne s’est montré aussi inspiré, aussi percutant. On retrouve ce hard rock hyper énergique avec une pointe de punk et ce chant de Blaze fait pour la musique de groupe. C’est clairement dans ce band que sa voix prend toute sa dimension.
Et ça commence très très fort avec la tornade « Spit It Out » d’à peine 2 minutes … qu’on croit sorti d’un album de …. Pennywise ! Un condensé de hard punk mélodique joué à 200 km/h et chanté admirablement bien par Blaze, Jase Edwards riffant comme un damné et que dire de cette section ryhmique déchainée tenue par Steve Danger derrière les futs (arrf cette pédale de double grosse caisse !) et Jeff Hateley à la quatre cordes. On note de suite la prod parfaite mettant en valeur la puissance de la musique du groupe et chaque instrument. Bien meilleure que celle de leurs opus précédents. Et les anglais vont lacher les chevaux plusieurs fois comme sur le génial « Things Are Getting Better » et cette mélodie de guitare au début très The Shadows. C’est rapide, Edwards mouline du riff et Blaze s’éclate et chante formidablement bien balançant des paroles pas piquées des hannetons.
C’est rythmé et énergique également sur « Good Time » nous rappelant le meilleur du WOLFSBANE des débuts.
Le groupe sait toujours ralentir de tempo pour nous offrir des pépites hyper accrocheuses mais toujours débordant d’énergie comme ce superbe « Impossible Love » irrésistible avec un Blaze rappelant forcément le grand David Lee Roth. Ce qui frappe à l’écoute de ce titre (et des autres !), c’est la complicité et l’osmose qu’il y a entre les musiciens. On sent qu’ils s’éclatent, prennent du plaisir et qu’ils ont voulu donner le meilleur .. et en toute sincérité ils y sont arrivés car il ne fait aucun doute pour moi que « Genius » est leur meilleur album et avec de la marge !
Comment résister à ce « Small Town Kisses » autobiographique et tellement entrainant et tellement frais. Ce titre me donne le sourire et met de bonne humeur pour la journée ! (« ugly faces make me feel just like i wanna fly » 😂).
Comment ne pas taper du pied, levez le point et gueuler avec Blaze le refrain de « Rock City Nights » hommage à ce célèbre club de rock désigné comme le « best UK’s live venue » ! Le groupe dégage une énergie folle et je dois dire que le duo batterie / basse y est pour beaucoup et avec un sacré groove.
Aucun moment faible, bien au contraire tous les titres sont réussis et chacun d’entre eux nous fait passer un super moment comme ce « Running Wild » ressuscitant ce hard rock festif et jouissif qu’on pensait à jamais enfoui dans les 80s. Et cette nostalgie d’une autre époque est mise en musique sur le très beau « I Was Born in ’69 », petit moment d’accalmie terminant l’album sur une très belle note contrastant avec le côté très brut des autres titres. Le morceau commence avec un piano sur lequel se pose la voix de.. Jase très mélancolique. La section rythmique arrive, la guitare électrique aussi mais plus en retenue sur le refrain. Blaze prend le relai au chant sur la seconde partie du titre avec une voix tout en nuances et émotion. Un titre étonnant mais très réussi.
Vous l’aurez compris, je suis tombé sous le charme de cet album si attachant et dégageant tellement de bonne humeur, avec tant de qualités et d’accroches et surtout une énergie de chaque instant avec la grande majorité des titres oscillant entre 2 et 3 minutes à l’exception du surprenant « Zombie » frolant les 5 minutes.
« Save The World » était fort réussi … mais ce « Genius » place en barre bien plus haut et est en passe de devenir mon disque préféré des anglais. WOLFSBANE est de retour et mérite vraiment que vous donniez sa chance à cet excellent opus millésime 2022.

1 réponse

  1. eufeuf dit :

    Euh… c’est clair… peu de gens vont l’écouter mais j’ai halluciné… cet album est un enchainement de tubes!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rate this review