DIO : « Killing The Dragon » (c) 2002

DIO : « Killing The Dragon » (c) 2002

Killing The Dragon
Catégorie:
Étiquettes: , ,
Publié: 21/05/2002

Décidemment RJ DIO avait toujours eu des soucis avec ses guitaristes .. et ce depuis le début de sa carrière avec Ritchie Blackmore, puis avec Iommi, Campbell, Goldie .. et d’autres … et pourtant en 1999 il faisait la paix avec Goldie qui avait participé à l’excellement « Dream Evil » en 1987 pour un projet ambitieux, le concept album « Magica ». L’idée était alléchante et ce retour faisait espérer du meilleur d’autant plus que les 2 dernières galettes de Dio n’étaient vraiment pas à la hauteur de son talent. Mais le résultat fut globalement décevant. Il y avait clairement du mieux, avec le riffing de Goldie et certains très bons titres comme « Fever Dreams » … mais aussi bon nombres de titres ennuyeux. De plus la prod manquait d’ampleur, ne claquait pas … et on lachait rapidement prise à son écoute. Le chanteur américain avait besoin de revenir à ses basiques avec l’aide d’un guitariste ayant du talent et le sens du riff heavy … et son choix de Doug Aldrich (ex Bad Moon Rising) fut le bon tellement la guitare de géant blond illumine ce « Killing The Dragon » …. Il y a du riff sur absolument tous les titres et on se croit revenu du temps de la sainte trilogie de l’ère Campbell avec une pincée de « Dream Evil ». Autre élément très important dans l’équation la présence d’une section rythmique en béton armé avec Jimmy Bain à la basse et Simon Wright à la batterie.
Du reste Bain est un des grands artisans de la réussite de l’album avec Dio et Aldrich comme compositeurs. Autre point remarquable ici, c’est le son, la production qui est l’une des meilleures que DIO ait eu, tout simplement : c’est heavy, ça claque, la guitare n’a jamais aussi bien sonné et été mise en avant et que dire du duo basse / batterie qui bastonne comme jamais. C’est vraiment un feu d’artifice au niveau du son, tellement plus brillant que ces 3 prédécesseurs semblant bien fadasses en comparaison, et il n’a pris une ride.
« Killing The Dragon » et son riff déboule dans les enceintes sur un rythme enlevé, un RJ Dio très en voix et énervé et rapidement le jeu d’Aldrich fait des merveilles .. juste écouter ce solo fantastique … Ce titre est heavy en diable, inquiétant et tellement plus convainquant que le soporifique « Lord of the Last Day » qui avait introduit « Magica ». Ca commence très fort et le 2nd titre déboule avec un riff digne de meilleurs de Dio ..et ce chant tellement bien placé avec cette mélodie imparable .. »Along Comes a Spider » est une réussite porté par la guitare omniprésente d’ Aldrich.
Ce début est excellent .. mais que dire de la suite …. le niveau montre clairement d’un cran .. avec l’un de mes titres préférés de l’album, « Scream » qui me ramène au temps béni de « Holy Diver ». Dès le début du morceau, la basse de Bain résonne et nous vrille les oreilles, le riff typiquement DIO et cette ligne de chant tellement bien trouvée et accrocheuse .. impossible de ne pas lever le poing à l’écoute du refrain … et puis encore une fois, le Doug balance une série de soli démontrant qu’il n’y a rien envié à celui que tout le monde considère comme LE guitariste de DIO, Campbell. Et ce n’est pas fini car le meilleur titre de l’album arrive .. et quel titre !!!!
« Better In The Dark » est tout simplement l’un des meilleurs titres jamais composé par Dio et Bain …rivalisant sans problème avec les pépites des 2 premiers disques .. et ici le talent et la virtuosisté de Doug Aldrich éclate au grand jour .. putain mais quel riffeur, quel son, et ses soli !! Et que dire du chant de RJ Dio parfait … On sent que le bonhomme avait la rage et l’envie … et cela transpire tout au long de cet album et ce brûlot en est la meilleure démonstration.
Le single « Push » continue dans la lancée avec encore une fois un riff de killer (c’est la grande force de cet album … le sens du riff efficace) … certainement le dernier très bon single de DIO. Excellent. Les 2 titres suivant rappellent « Magica » avec leur léger clavier, ce côté rampant .. et « Throw Away Children » est très réussi, mélancolique avec cette chorale de gamins vers la fin du titre. Après cette acalamie, l’usine à riff repart de plus belle avec « Before The Fall » simple et efficace et puis ce solo d’orgue de Scott Warren est tellement bien venu et trouvé et ce final à l’orgue sur fond de riff heavy d’ Aldrich rappelant le Rainbow de la grande époque.
Ce grand millésime de DIO se termine par le très bon « Cold Feet » avec un DIO s’amusant au chant et prenant un plaisir évident qui donne envie de taper de pied … avant que ce solo luminueux débarque. Un titre plus léger, plus hard rock mais tellement kiffant.
Avec ce « Killing The Dragon », DIO revenait à son meilleur niveau avec une formation solide comme un rock et semblait partie pour une nouvelle décennie prometteuse. Un magnifique album rarement mis en avant alors qu’il s’agit d’un des meilleurs du chanteur. Un MUST HAVE !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Rate this review