GAMMA RAY : « Heading For Tomorrow » (c) 1990

GAMMA RAY : « Heading For Tomorrow » (c) 1990

Heading For Tomorrow
Catégorie:
Étiquettes: ,
Publié: 26/02/1990

La fin des années 80s ne s’étaient pas terminées de la meilleure des façons pour le plus grand espoir du heavy metal européen , Helloween. Et pourtant … les allemands avaient décroché la timbale avec les 2 « Keeper Of The Seven Keys » acclamés par toute la sphère hard de l’époque, bousculant les ténors qu’étaient Iron Maiden ou Metallica, décrochant des disques d’or dans leur Allemagne natale … la prochaine étape allait être leur mise sur le trone, des tournées en tête d’affiche dans les plus grandes salles à l’instar d’un Maiden … mais il n’en fut rien … la faute à des problèmes d’ego entre musiciens et un caffouillage lamentable avec leur maison de disques. Ou comment se tirer une balle dans le pied tout seul alors que l’horizon était dégagé. Mais avec le recul … il faut bien avouer que ce départ de Kai Hansen de la Citrouille était la meilleure chose qu’il pouvait lui arriver .. mais aux fans également. Hansen se sentait à l’étroit dans Helloween, pas assez libre de faire tout ce qu’il souhaitait ..et le bonhomme avait des tonnes d’idées à mettre en musique, et des vraiment bonnes comme nous le montre le 1er album album de GAMMA RAY « Heading For Tomorrow » sorti début 1990 alors que ses anciens camarades s’embourbaient dans des démélés judiciaires qui allaient les mener au final à produire un album 1 an plus tard plus que tiède, ne rivalisant à aucun moment avec « Heading … » et encore moins avec ses prédécesseurs.
Aidé par une section rythmique solide et d’une efficacité redoutable aussi à l’aise sur les tempi rapides comme l’éclaire que sur des rythmes lourds, Hansen a tissé sa musique de la plus belle des façons reprenant là où les « Keepers .. » s’étaient arrêtés mais en y apportant quelques touches nouvelles ici et là … et bien entendu pour sublimer le tout, il lui fallait un chanteur pouvant rivaliser avec Kiske …. et il dégota la perle rare en la personne de Ralf Scheepers à la voix hallucinante, un mix de Kiske, Tate et Halford .. et le jeune chanteur est absolument fantastique dans sa performance tout au long de l’album. Hansen avait parié sur le bon poulain !
Ce disque représente pour moi le véritable « Keepers .. part 3 » tant la musique et tant l’agencement des titres rappellent ces albums : cette intro grandiose et épique « Welcome » très réussie enchainée sans pause avec un titre de pur speed metal mélodique « Lust For Live » toutes guitares dehors dans ses riffs et harmonies, double grosse caisse donnant le rythme effrainé et puis bien sur nous découvrons cette voix de folie de Scheepers atteignant les mêmes hauteurs stratosphériques que celle de Kiske .. mais avec une agressivité à la Halford que ne possédait pas le chanteur de la Citrouille. Un de mes titres préférés du groupe, dégageant une telle énergie. Hansen montrait qu’il avait toujours le don pour composer des brûlots hyper accrocheurs à la « I Want out » ou « Future World » sur le très réussi « Heaven Can Wait » très entrainant avec ces choeurs costauds . Impossible de ne pas taper du pieds et de ne pas gueuler le refrain à tue-tête ! L’ombre d’ Helloween est donc bien présente sur cet album comme ce début d’album mais Hansen montrait déjà une envie de proposer des nouvelles choses comme le très bon « Space Eater » bien lourd et à la rythmique étonnante .. et puis ce break à la moitié du titre sur fond de martelements de pédale de double grosse caisse pendant que Scheepers atteint de notes inouvouables … puis un solo excellent de Hansen débouchant sur un break inattendu avec des guitares au son clair, des bruitages étranges, un orgue en fond et un final grandiose. Un titre pas si évident à aborder … mais qui au fil des écoutes s’avère être un joyau. Et ce n’est pas fini dans les « expérimentations », car Hansen s’essayait dans le registre d’une power ballade absolument fantastique rappelant forcément Queen .. avec ce piano voix au début sur fond d’instruments à cordes, puis arrive la section rythmique et ce refrain et ces choeurs si bien composés et interprétés. L’ombre de Freddie Mercury plane tout au long de ce morceau et Scheepers délivre une performance absolument dantesque. Et que dire cette accélaration à 2’40 avec une guitare ..acoustique pour s’arrêter brutalement avec une voix angélique de Scheepers et toujours ce piano. Les idées fusent ici et là en même temps que tous ces différents changements de tempo mais le tout avec une telle cohérence qu’on ne peut que crier au génie… Hansen balance encore une fois une série de soli si réussis et que dire de ces choeurs grandioses à 5 minutes ! 6 minutes de pure jouissance auditive, l’un des chef d’oeuvre d’Hansen. La diversité est assurément le mot d’ordre sur cet abum et « Money » nous montre le côté « happy metal » qui était apparu sur les keepers … mais je le trouve ici très réussi car la musique ne fait pas de cadeau, c’est joué à 200km/h, et on a droit à un duo vocal entre Scheepers et Hansen et de bien belles harmonies de guitares.
Le speed metal n’est également jamais très loin comme sur la bombe « Hold Your Ground » rappelent les 1ères heures d’Helloween.
Et bien entendu, il y a la pièce maitresse de cet 1er opus de GAMMA RAY, « Heading For Tomorrow » et ses 14 minutes de pure bonheur, durant lesquelles Hansen démontrait à la Terre entière quel compositeur de génie il était. On le savait déjà avec la pièce « Halloween », et le guitariste rouquin le confirme sur ce titre (tellement plus réussi que le soporifique « Keeper Of The Seven Keys » de Weikath). Ici le mot épique prend tout son sens grandement aidé par la performance vocale hallucinante de Scheepers arrivant tellement bien à marier le côté « opéra » de sa voix avec une agressivité bien dosée. Après 4 premières minutes heavy et épiques à souhait, un break absolument magnifique survient, calme avec Hansen laissant libre cour à son talent et sa liberté créatrice, avec sa guitare en son clair tout en feeling et tellement belle et très pink floydienne … que c’est beau. 3 minutes magnifiques puis le rythme s’accélère progressivement, les riffs heavy reviennent nous faisant secouer la tête avec ces « hey you ..  » scandés par Scheepers nous incitant à lever le poing avec lui ..puis la pédale de grosse caisse fait son apparition, le rythme s’accélère encore plus et Hansen balance des soli de foli, les riffs s’entrechoquent (rappelant un peu quelques fois ceux de la partie instrumentale du « Rime Of The Ancien Mariner » de Maiden) pour un final apocalyptique joué pied au planché. Avec ce chef d’oeuvre de quasi un quart d’heure, Kai Hansen nous mettait tous à genoux . Un morceau tellement riche en sons, en mélodies, en changement de rythmes et surtout passionnant de la 1ère à la dernière note.
Avec ce 1er album, Hansen et son Gamma Ray avaient mis la barre très haute et Hansen démontrait clairement quel compositeur hors pair il était et cela nous faisait penser que Helloween avait fait une bien belle connerie de ne pas le garder (l’histoire démontra cela). Tout simplement l’un des meilleurs albums du genre, tellement plus qu’un simple album de « power metal » (étiquette que la presse a collé au groupe et que je trouve affreuse), et mon préféré du groupe avec « Land Of The Free ». Chef d’oeuvre ? Sans hésiter pour moi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rate this review