WHITE LION : « Mane Attraction » (c) 1991

WHITE LION : « Mane Attraction » (c) 1991

Mane Attraction
Catégorie:
Étiquette:
Genre:
Publié: 02/04/1991
Le monde de la musique est souvent cruel et injuste, et il est arrivé souvent que les meilleurs soient laissés sur le bord de la route tandis que d’autres restaient des années au top question popularité. White Lion en est le parfait exemple ….voilà un groupe ayant une discographie en tout point remarquable, des musiciens très talentueux …mais dont la carrière s’est arrêtée bien trop tôt en 1991 après la sortie du fantastique « Mane Attraction », après seulement 6 ans d’activité et 4 albums, la faute à un succès qui n’est jamais vraiment venu malgré un pic en 1987 avec « Pride ».
Et l’écoute de ce 4ème album du Lion Blanc renforce ces regrets et ces incompréhensions tant la musique est de haut vol et tellement au dessus du lot. Peu de groupe du genre pouvait rivaliser avec les 4 musiciens, et surtout pas Motley Crue et encore moins Ratt (ce groupe restera pour moi une énigme tant je trouve tous leurs albums d’une banalité affligeante et tellement ennuyeux) ou Poison dont les albums ne brillaient (sic) que le temps de quelques titres. White Lion rejoignait dans mon coeur les Dokken, Twister Sister ou Cinderella, seuls groupes vraiment bons et de qualité dans le genre et sur tous leurs albums des 80s.
Ce « Mane Attraction » est tout simplement meilleur que ses prédécesseurs à tous les niveaux mais ce qui ressort est une ambiance bien plus sombre, une mélancolie souvent présente et on a l’impression qu’il s’agit d’un cri désespéré du groupe qui mettait tout ce qu’il avait une dernière fois dans ces 12 compos durant plus d’une heure, sans aucune barrière et osant tout.
Fallait être bien culotté pour balancer en 1er titre ce fantastique « Lights And Thunder » de 8 minutes et heavy à souhait et totalement inattendu. Et d’entrée de jeu on note la qualité du son et de la prod. Jamais le groupe n’avait eu un tel son rajoutant à la puissance de la plupart de leurs titres et les mettant en valeur comme sur la bombe énervée (oui oui on parle bien de White Lion !) « Warsong » démarrant sur les chapeau de roues avec batterie et sa pédale de grosse caisse et ce riff de Vito Bratta ne rigolant pas et ce chant étonnamment agressif de Mike Tramp dans ce pamphlet anti-guerre montrant tout le talent des musiciens et le côté le plus heavy du groupe ….et aussi leur sensibilité comme durant ce break magnifique et calme , synomyme d’espoir durant lequel Bratta démontre quel guitariste de talent il est mélant virtuosité et sensibilité à peu à l’instar d’un Eddie Van Halen.
On retrouve cette hargne et cette énergie folle sur l’excellent « Leave Me Alone » sur lequel les 4 musiciens font preuve d’une grande virtuosité, avec cette section rythmique qui groove et envoie du bois ou plus en retenu mais néanmoins bien heavy comme sur le très réussi « She’s Got Everything » au refrain addictif et son riff bien puissant, ce break bien senti avec cette guitare voice-box …et puis quelle dernière minute bien jouissive où le tempo s’accélère sur fond de riff très heavy. On retrouve le White Lion un peu plus léger et entrainant des premiers albums sur le très bon « Out With The Boys » , sur le single « Broken Heart » (titre ré-enregistré qui figurait sur leur 1er album « Fight To Survive ») ou les mid-tempi mélodiques et accrocheurs « Love Don’t Come Easy » et « It’s Over » avec cet orgue en fond, ces parties de guitares en son clair bien chouettes, et puis quelques ballades bien composées « You’re All I Need » (la plus réussie) ou « Farewell to You ». Le groupe se permettait même d’inclure un instrumental magnifique (« Blue Monday ») et tellement gorgé de feeling hommage à Steve Ray Vaughan avec un Vita Brata fantastique et qui nous fait regreter tellement l’arrêt de sa carrière alors qu’il avait tellement de choses à offrir, avec sa guitare si « parlante ». Cet instrumental me donne le frisson à chaque fois que je l’écoute .
Vous l’aurez compris, je suis archi fan de cet album. En 12 titres, White Lion jouait à quitte ou double en donnant le meilleur d’eux memes … et ils y étaient arrivés haut la main tant leur musique et leur interprétation étaient du caviar et tellement au dessus du lot. Un album incompris, injustement boudé et méconnu qui mérite vraiment d’être réhabilité tant il est de qualité, si loin des (fausses) étiquettes ayant certainement nui au groupe …. un album de hard, de rock … bref d’une musique de haut vol, bourrée d’émotions et de sensibilité

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Rate this review