IRON MAIDEN : « Live After Death » (c) 1985

IRON MAIDEN : « Live After Death » (c) 1985

Live After Death
Catégorie:
Publié: 14/10/1985
Fin 1985, j’achetais ce double 33t de légende (il a bien morflé depuis 🙁 ) qui changea ma vie, ni plus ni moins. Je devais être en 5ème ou 4ème et après avoir commencé à m’intéresser à la musique l’année précédente avec des groupes comme Marillion, Asia, Survivor ou The Alarm, je fus attiré par le son de la distorsion des guitares qu’on entendait dans le hard rock. Mon 1er 33t de « hard » acheté fut un autre double live de légende, le « World Wide Live » de Scorpions. Première claque et première incursion chez les chevelus (oui ils avaient encore des cheveux à l’époque !) … mais il ne fallut que quelques mois avant que je ne tombe sur une pub dans un journal de vente par correspondance d’un double live avec une pochette fantastique mettant en scène un mort vivant frappé par la foudre et sortant de son tombeau ! J’étais à l’époque fan de SF et de fantastique, lisant tous les bouquins du genre qui me tombaient sous la main .. donc forcément, cette imagerie m’interpella fortement ! La semaine d’après, j’allais à Orange dans le magasin « La Maison du disque » .. en espérant trouver le joyau … et mes prières furent exhaussées …
Une fois rentré à la maison, je m’enfermai dans notre salon, posai le 1er disque sur la platine, mis doucement le diamant sur le 33t … et pris ma première énorme claque avec …. « Rime Of The Ancient Mariner » .. car je m’étais planté de face !
Un chanteur avec une voix de folie, une basse si présente comme je n’en avais jamais entendue, des parties de guitares hallucinantes, à la fois super heavy et très mélodiques quand elles se mettaient en harmonies … et puis et puis .. tout le reste : les paroles qui me plongeaient dans ces différentes histoires de vieux marins, de fantôme de l’opéra, d’Icare, de prostituée, d’enfants damnés, de Messerschmitt Bf 109 (j’étais à fond dans les avions, mon père et moi faisions des maquettes d’avions depuis quelques années) et de pharaons, ce livret avec ces dizaines de photos montrant un show monstrueux, une scène et des décors dignes d’Hollywood, des flammes jaillissant des yeux d’une momie haute de 10 mètres !
Le gamin de 13 ans que j’étais n’en revenait pas, en avait plein les yeux, plein les oreilles, et plein le cerveau car à partir de ce moment là, je ne me mis à penser qu’à Maiden … et cela n’a jamais cessé !
Le voilà donc le précieux, l’album ultime qui a bouleversé ma vie .. et celle de pleins d’autres hardos. Ce double live est la parfaite introduction à ce groupe de légende pour mieux comprendre ce qu’était Maiden dans les 80s, une véritable tornade de heavy metal, des guitares rythmiques heavy en diable avec un duo de guitaristes impressionnant de complicité dégainant des harmonies à 2 guitares tellement bien trouvées, une basse très présente, gallopante et quelque peu atypique, un batterie d’une efficacité redoutable et puis le chant et la voix de Bruce indissociable de ces titres entrés dans la légende.
Ce splendide double 33t fut enregistré en majorité (3 faces sur 4) au fameux Long Beach Arena (près de Los Angeles) en mars 1985 où le groupe avait réussi l’exploit de jouer 4 soirs de suite à guichet fermé (soit 52.000 personnes !) durant leur TRES longue tournée nord américaine (plus de 100 dates !!!) et à l’Hammersmith Odeon de Londres en octobre 1984 avec des titres non joués aux US. Le groupe faisait la promo de leur chef d’oeuvre « Powerslave » et après une tournée triomphale en tête d’affiche en 1983, le groupe avait décidé de mettre les bouchées doubles pour assoir définitivement leur statut de leader au pays de l’Oncle Sam, avec une tournée d’une centaine de dates (celles ci étaient rajoutées au fur et à mesure durant la tournée !!) et une scène absolument magnifique et gigantesque avec un Eddie Mommie de quasi 10 mètres de haut, des décors splendides rappelant les pyramides égyptiennes avec les hiéroglyphes, des statuts de sphynxs, des Eddie momifés … bref certainement la plus belle scène que Maiden ait jamais eu (même celle de la tournée de 2008 bien que très proche, n’avait pas réussi à reproduire la beauté et la classe de celle de 1984-85). Bref cette tournée d’anthologie de 189 dates en 11 mois ne pouvait pas rester sans témoignage audio (et vidéo) .. et c’est ainsi que sorti « Live After Death » fin 1985.
Que dire si ce n’est que tout est parfait et je tire mon chapeau à Mr Martin Birch pour cette prod et ce son tellement vivant, puissant où l’on attend parfaitement chaque instrument, avec la guitare de Smith sortant d’une enceinte et celle de Murray de l’autre donnant vraiment l’impression d’avoir les 2 guitaristes en face de soit. Jamais un autre live n’aura un tel son si immergeant et si bien balancé. L’enchainement des titres est époustouflant et écrase tout sur leur passage : la mythique intro « Churchill’s Speech » annonçant la furie de « Aces High » enchainé sans pause avec « 2 minutes to Midnight » et son break magnifique avant que le groupe n’enchaine 3 brûlots de « Piece Of Mind » dont un « Flight Of Icarus » bien plus convainquant en live et joué plus rapidement et cette version splendide de « Revelations » qui prend plus d’ampleur et de fluidité dans cette version live. Tous les titres sont sublimés dans ce live et la longue pièce épique « Rime Of The Ancient Mariner » ne déroge pas à la règle avec un Bruce impérial au chant … et le titre déjà très heavy sur « Powerslave » gagne encore une puissance ici (arrf cette reprise digne de la fin du monde !!). La suite continue avec une successions de mandales dont on retiendra la meilleure version live de « Hallowed Be Thy Name » enregistrée et officielle, rendant tellement mieux que la version studio. Sur « Running Free », Bruce s’amuse à faire chanter le public et nous aussi par la même occasion . La dernière face est un pur moment de bonheur avec des titres, excepté « Wrathchild » bien sûr, pas si souvent interprétés en live dont une version jouissive de « 22 Acacia Avenue » avec un Bruce déchainé, une version de « Children Of The Damned » donnant le frisson et qui méritait vraiment d’être gravée dans le sillon et que dire de cette version fantastique de « Phantom Of The Opera », l’un des chefs d’oeuvres de Maiden. Ce disque incarne pour moi le heavy metal live, la perfection (je sais, bon nombre ne partagent pas cette avis, n’aimant pas la prod ou le chant de Bruce.. ce que je ne comprendrai jamais), l’apothéose du plus grand groupe de heavy de tous les temps. On aurait presque eu envie que le groupe rajoute un 3ème disque avec les faces B live sorties sur les singles (« Murders In The Rue Morgue », « Losfer Words », « Sanctuary » etc …).
Oui, ce double 33t a changé ma vie dans le sens où il y a fait entrer la musique et a contribué à lui accorder une énorme place, arrivant à donner un équilibre dans mon quotidien, à avoir ce petit bout de jardin secret si important et nécessaire à chacun d’entre nous.
35 ans plus tard, plus que jamais, je suis fan de Maiden. Je n’ai jamais lâché le groupe, même lorsqu’une bonne partie des gens ont tourné le dos au groupe avec l’arrivée de Blaze …. et savoir que Maiden va sortir un nouvel album prochainement m’excite tout autant qu’il y a 35 ans, quand j’avais découvert « Live After Death ».
Sans hésiter une seule seconde, « Live After Death » est mon disque préféré, celui avec lequel je partirais sur une ïle déserte si on me demandait d’en choisir qu’un, l’album qui m’a fait le plus réver et qui a été l’élément déclencheur de tellement de choses dans ma vie.
Up The Irons \m/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rate this review