IRON MAIDEN : « Book Of Souls » (c) 2015

IRON MAIDEN : « Book Of Souls » (c) 2015

Book Of Souls
Catégorie:
Publié: 04/09/2015
« Book Of Souls » d’ IRON MAIDEN sortait le 4 septembre 2015. J’avais écris à sa sortie une chronique … élogieuse sur l’album n’hésitant pas à dire qu’il s’agissait du meilleur album du groupe depuis Seventh Son …. Comme quoi le fanatisme peut des fois rendre aveugle .. mais c’était compréhensible … L’album s’était fait attendre … 5 ans … et on avait appris entre temps la maladie de Bruce Dickinson, son opération … et puis l’attente fut nourrie par toutes les interviews évoquant notamment un morceau fleuve de 18 minutes composé par .. Bruce. Bref toutes les conditions étaient réunies pour accueillir à bras ouverts ce 16ème album des anglais. C’est ce que je fis dans un 1er temps … J’étais tellement heureux d’avoir un nouveau disque de Maiden à me mettre entre les oreilles que j’en perdis un « peu » de mon objectivité.
Avec 5 ans de recul, je n’ai plus du tout le même ressenti sur ce disque .. que je n’écoute plus trop souvent. Pourtant Maiden aurait pu (et du) en faire un grand disque .. mais comme souvent depuis « The Final Frontier », la folie des grandeurs a égaré leur lucidité .. car ce disque est long .. beaucoup trop long (92 minutes) ..et donne l’impression que Harris & Co n’avaient pas vraiment eu de ligne artistique précise et au contraire avaient laissé libre court à leurs délires, leur inspiration sans vraiment réfléchir à un album dans sa globalité .. et du reste le groupe avait expliqué avoir voulu garder une certaine spontanéité, à savoir enregistrer un morceau dès que sa composition était terminée, sans faire d’éternels cycles de composition / répétitions / finalisation / composition / enregistrement … Et ce qui aurait pu être un avantage s’était finalement transformé en point négatif … car vraiment ce qu’il manque à « Book Of Souls », c’est une cohérence, une ligne directrice qui ne pouvait être obtenue qu’en « regardant » l’ensemble des morceaux composés et décider lesquels enregistrer et garder afin qu’au final ils forment un tout cohérent. Normalement ce genre de démarche doit être suggérée par le producteur .. mais malheureusement dans le cas de Kevin Shirley, il n’est « producteur » que dans le titre … car il a toujours joué plus le rôle d’ingénieur son qu’autre chose .. et on se retrouve ici à des années lumières de la cohérence d’un « Powerslave », d’un « Somewhere In Time » ou même d’un « The X Factor ». Le disque contient bien trop de chansons dont une bonne partie ne sont malheureusement pas mémorables. Non pas qu’elles soit mauvaises .. mais juste qu’on ne les retient pas .. Demandez moi de chanter la mélodie de « When The River Runs Deep », « The Great Unknown », « Shadows Of The Valley » ou « The Man Of Sorrows »…. j’en serais bien incapable .. et c’est bien ça le problème. A vouloir ne s’imposer aucune limite dans la composition, les titres de Maiden sont devenus bien trop longs et quelques fois indigestes. Alors oui, ils sont souvent gavés d’idées, de belles parties de guitares en harmonies, un Bruce qui assure au chant … mais au final cela se perd au fur et à mesure que les titres avancent. Je pense qu’avec Book Of Souls, Maiden avait oublié ce qui faisait qu’un titre était très bon .. c’est son effacité, sa capacité à rester en mémoire, à être siffloté … et c’est dommage car au final, ce double album perd son auditeur et 5 ans après, on n’a guère envie d’y revenir. Alors attention, certains titres valent le détour comme ce « If Eternity Should Fail » composé par Bruce à l’origine pour un album solo, certainement le meilleur titre du disque, épique juste ce qu’il faut, une mélodie facilement mémorisable, ou encore le title track « Book Of Souls » qui rappelle par moment « Powerslave », gardant un côté heavy qui manque aux autres titres. Et puis bien sûr l’énorme pièce « Empire Of The Clouds », le bébé de Bruce …
narrant l’histoire tragique du zeppelin R101, un mini opéra purement… progressif dans son sens exact… qui va crescendo depuis cette très belle longue intro du chanteur au piano puis ces orchestrations superbes qui viennent par-dessus. Suivent les guitares, la basse ronflante du boss et les parties de batterie de Nicko qui balance quelques roulements, rajoutant au caractère dramatique du morceau. Tout s’accélère petit à petit durant les 10 premières minutes du morceau pour arriver à une belle cavalcade avec les soli qui s’enchaînent et Bruce qui pousse un cri comme pour hurler son désespoir face à la tragédie qui se déroule (le zeppelin prend feu)… puis le crash à 14 minutes, la désolation… avec le morceau se terminant comme il a commencé par cette sublime mélodie au piano et guitare. « The Red And The Black » aurait pu être le nouveau « Rime Of The Ancient Mariner » .. mais la 1ère partie du titre est trop ennuyeuse … dommage car la 2nde partie, essentiellement instrumentale, est excellente. Pour le reste …je n’en retiens pas grand chose et je trouve triste que les 2 titres « courts » ne soient pas réussis : « Speed Of Light » est quelconque et « Death Or Glory » possède un refrain horrible et tellement caricatural.
Mon constat 5 ans après la sortie de « Book Of Souls » n’est donc pas flateur … mais il reflète ce que cet album m’inspire maintenant. Je pense vraiment que Maiden ne devrait plus persister à vouloir sortir des disques privilégiant des titres à rallonge, en mettant les titres les uns après les autres sans avoir une vraie ligne artistique .. cela ne leur réussit plus. Ils avaient encore réussi à tenir la baraque sur le génial « A Matter Of Life Of Death » grace à une qualité de composition de haut vol dans des titres certes longs .. mais toujours bougrement heavy et surtout accrocheurs …. ce qui n’est plus du tout le cas sur « Book Of Souls ». Un peu de simplicité ferait le plus grand bien au groupe. Croisons les doigts pour le prochain album !
Allez, sans rancune et Up The Irons !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Rate this review