NIGHT LORD : « Death Doesn’t Wait » (c) 2022

NIGHT LORD : « Death Doesn’t Wait » (c) 2022

Death Doesn't Wait
Catégorie:
Publié: 11/11/2022

Fin 2021 je succombais au charme .. euh non ….plutôt à cette déferlante agressive, speed ébouriffante du 1er album album des canadiens d’ULTRA RAPTOR, qui arrivaient dans cette tornade énervée à caser ici et la quelques mélodies et quelques légères influrences NWOBHM qui m’avaient touché en plein coeur.
Et bien rebelote en ce mois de décembre 2022 avec ce skud des polonais de NIGHT LORD défonçant tout sur leur passage avec leur speed thrash metal avec une pincée de heavy, et une chanteur qui s’époumaune comme un damné possédé, un peu à l’instar de Jérémy d’ HEXECUTOR.
Ce 1er opus des polonais indique que la Mort n’attend pas .. et bien, on a ce sentiment permanent à l’écoute de cette musique de fous d’être plongé dans une course effrainée contre la montre .. et contre la mort. L’aiguille de compteur est toujours dans le rouge et cette cavalcade ne semble d’avoir de but que de nous mettre à genoux et nous achever.
Pourtant cela commence calmement et doucement avec ces quelques notes de piano de l’intro « Out Of The Darkness » … mais c’est pour mieux tromper sa cible et sa proie car « Power Of The Night » déboule à fond ultra speed. On remarque de suite l’importance accordée à la basse de Kamil Ziółkowski. Les riffs sont joués à une vitesse interdite mais sonnent très speed metal tandis qu’Artur Baranowski éructe et crache ses poumons poussant quelques cris à la Tom Arraya. Un petit break de basse puis les guitaristes balancent des soli sentant bon la scène anglaise de la grande époque.
Pas le temps de respirer que « Death Doesn’t Wait » part à toute vitesse avec ces guitares rythmiques riffant comme jamais et ayant un air des morceaux speed du « Killers » de Maiden (du reste on note le clin d’oeil au géant anglais dans le police de caractères utilisée dans le logo du groupe) . Ce titre n’est que furie mais le groupe arrive à caler un refrain avec une p’tite mélodie tout en gardant cette sauvagerie caractérisant le trio. On pense un peu à EXCITER … ayant fait des sérieux stages de perfectionnement car il faut bien reconnaitre que le niveau des polonais et bien au dessus, notamment ces soli gardant toujours une certainement mélodie même si joués avec une grande énergie. Quel titre.
Le groupe n’a pas décidé de faire de pause .. et envoie la sauce sur « Spirit From Hell » avec toujours ses riffs rapides et mais aussi des lignes de guitares finalement assez loin des moulinés des groupes de thrash mais plus proche du speed metal énervé.
Étonnamment le riff lançant « Autumn Desires » sonne très NWOBHM mais rapidement la section rythmique débarque sur un tempo rapide tandis qu’Artur crie, éructe, vomit le seul poumon qu’il lui reste (je me demande dans quel état doit être sa voix et sa gorge à la fin des concerts du groupe !). Ce morceau possède une vibe plus heavy même si joué rapidement, accuentué par ce 1er solo mélodique et super chouette suivi d’harmonies à 2 guitares qui me feraient presque pleurer .. et puis ce riff heavy du début qui revient pour terminer le morceau. Un super bon titre.
Le début de « Wild » laisse également transparaître l’amour du groupe pour un certain groupe de l’East End avec cet accord de basse typique d’Harris pendant que les 2 guitares jouent une bien belle harmonie …puis pour changer, le tempo part à la vitesse de la lumière. Le refrain est imparable . Le groupe a le don d’arriver à coler dans notre cerveau une mélodie .. enfin si on peut qualifier cela de telle … une mélodie criée . Et puis ensuite ce petit passage musical avec cette mélodie de guitare …avant que le tempo reparte de plus bel durant les soli de guitares avec toujours cette basse harissienne mise en avant pour mon plus grand plaisir.
Déjà le 7eme titre, et pas le moindre, « Ostatni śmierci krzyk » est une bombe de speed metal sauvage avec Artu encore plus possédé que jamais . Ne passez pas de titre à vos gosses, ils se mettraient à chialer dans la seconde ! On pense un peu au 1er cultissime SLAYER « Show No Mercy » .. et rendrait Araya presque gentil ! C’est violent, ultra agressif mais aussi .. accrocheur. Drole de mixture … et encore une fois, les soli de guitares adoucissent cette fureur ambiante.
Les arpèges de guitares & basse démarrant « Freezing Time » essaient de nous induire en erreur, laissant penser à une power ballade .. mais que nenni le titre part rapidement en une furie encore plus speed que les titres précédants ! Le refrain est appuyé rapidement addictif, c’est l’une des forces du groupe : un déferlement de riffs speed, des couplets hyper agressifs et toujours un refrain qui accroche nos cages à miel.
Un petit mid-tempo pour calmer le jeu et respirer un peu ? Et bien non ! On se prend ce furieux slayerien (et non def leppardien !!) « On Through The Night », déjà présent sur leur toute 1ere démo de 2018 mais ré-enregistrée pour l’album. Un très bon titre à la fois speed et thrash qu’on imagine bien calé entre « Evil Has No Boundaries » et « Black Magic ».
Après 8 titres d’une férocité implacable, NIGHT LORD nous offre un excellent instrumental « Eclipse », très speed bien évidemment et mis en valeur avec toutes ces mélodies de guitares et bien sur ces harmonies de Szymon Plewa et Artur Baranowski, et le fantastique bassiste Kamil Ziółkowski nous régale d’un solo très Burton.
En guise de conclusion et comme résumer ce déluge sonore venant de nous assommer, le groupe balance un « Speed Metal Shock » au titre parfait et illustrant leur musique et aussi celle de ce brûlot énervé.
Je ne suis pas le 1er fan des styles les plus extrêmes, mais là je dois bien avouer que NIGHT LORD m’a totalement séduit .. à grands coups de mandales, de riffs ultra rapides et inspirés, une violence et agressivité maitrisées mariées avec des parties de guitares dans un style plus heavy et bien entendu impossible d’oublier ce chant de malade d’Artur donnant une si forte personnalité à cette musique accélérant votre rythme cardiaque à chaque écoute !
Mon coup de coeur inattendu de cette fin d’année idéal à écouter pendant les fêtes de fin d’année histoire de retourner votre salon et faire des séances de headbanging et de mosh avec votes potes !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rate this review