DIAMOND HEAD : « Lightning To The Nations » (c) 1980

DIAMOND HEAD : « Lightning To The Nations » (c) 1980

Lightning To The Nations
Catégorie:
Publié: 03/10/1980
Nous avons célébré en 2019 les 40 ans de la fameuse NWOBHM et Diamond Head en est un des acteurs les plus representatifs et nous fêtons aujourd’hui les 40 ans de la sortie de leur fantastique 1er album « Lightning To The Nations », celui ci ayant atterri dans les bacs le 3 octobre 1980.
L’une des plus grandes injustices de la sphère metal est certainement le non succès commercial de ce groupe tellement génial et ayant pondu l’un des tous meilleurs albums de heavy metal de tous les temps, ce « Lightning To The Nations », ayant inspiré tant de groupes dont les plus grands … Metallica pour ne pas les citer qui reprenait bon nombre de titres de cet album à leurs débuts mais aussi durant toute leur longue carrière ou encore plus récemment les excellents Night Demon.
La grande force de cet album est avant tout sa constance dans la qualité .. car il ne contient que 7 titres .. mais 7 pépites bien jouissives mettant en évidence le talent de composition du groupe et l’excellence des musiciens : dès le 1er titre title track Brian Tatler nous assène un riff d’anthologie et la voix de Sean Harris nous embarque pour un voyage au pays d’un heavy metal inspiré n’hésitant pas s’offrir des breaks, des changements de rythmes constituant la marque de fabrique du groupe qui aime ne pas se contenter de titres simples suivant la même trame du début à la fin. Non, le groupe aime les variations comme l’excellent et rapide « The Prince » avec ce break à 3min, avec ces parties de guitares totalement géniales, cette basse bien présente. On comprend que les 4 Horsemen aient voulu reprendre ce titre !
Si vous souhaitez savoir d’où vient l’inspiration du riff du « Seek And Destroy », ne cherchez pas, les américains l’ont pompé sur le très bon « Sucking My Love » , magnifique piste de plus de 9 minutes qui nous embarque, avec encore une fois un break de toute beauté avec la guitare de Brian Tatler faisant des merveilles tandis que Sean Harris pousse des gémissements à la Robert Plant .
Peut être une découverte pour certains avec cette bafouille .. mais le titre suivant, « Am I Evil » est bien un titre de Diamond Head, et pas de Metallica ! Je pense que tous les métalleux connaissent ce titre absolument fabuleux avec ce riff totalement démoniaque, cette ligne de chant venimeuse et ce refrain qu’on a tous gueulé au moins une fois dans notre vie, « Am I Evil ? Yes I Am ! » et cette accélaration enchainée par une successions de soli de guitare de folie. Un titre de légende, ni plus ni moins.
« Sweet And Innocent » est peut être le titre le moins connu de l’album mais est tout aussi excellent que ses petits copains. 3 minutes de hard ébourriffant qui a la particularité de ne pas avoir de solo de guitare … mais le fabuleux travail rythmique fait à la guitare par Tatler compense largement.
Non content d’être capable de pondre des brûlots épiques et heavy, le groupe montrait qu’il était aussi à l’aise dans les titres courts accrocheurs et d’une efficacité redoudable comme sur le culte « It’s Electric » (oui … repris également par M….) , refrain, riff, soli .. tout est super dans ce titre.
La fin de l’album arrive et le groupe conclut cette 1ère offrande par l’une des meilleures compos de leur répertoire, le speed et heavy « Helpless » véritable défouloir pour les headbangers, même 40 ans après sa composition. Encore cette impression de connaître ce riff et cette ligne de chant depuis toujours … mais quelle efficacité, quelle partie instrumentale drivée toujours par la guitare mais aussi par la basse de Kimberly se mariant tellement bien avec la guitare.
TOUS les titres sont des classiques de notre musique préférée et on a du mal à croire qu’un tel album n’ait pas réussi à lancer la carrière du groupe. C’est bien simple, cet opus atomise bon nombre d’albums sortis cette même année .. à l’exception du 1er Maiden bien entendu 😛 . Mais le « British Steel » de Judas Priest, le « On Through The Night » de Def Leppard, le « Animal Magnetism » de Scorpions et même les 2 albums de Saxon peuvent se rhabiller et ne faisaient pas le poids face à un tel déferlement d’énergie, de talent, d’inspiration et de déluges de riffs de folie.
Sans hésiter pour moi le meilleur album de la NWOBHM (79-81) avec le 1er Maiden.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rate this review