MEGADETH : « Peace Sells … But Who’s Buying » (c) 1986

MEGADETH : « Peace Sells … But Who’s Buying » (c) 1986

Peace Sells ... But Who's Buying
Catégorie:
Publié: 19/09/1986
Après s’être fait virer de Metallica en 1983, Mustaine ne pouvait pas en rester là. Le musicien rouquin avait un sacré talent et pas qu’un peu comme en témoigne sa participation aux compositions des 2 premiers disques de Metallica telles « The Four Horsemen », « Jump In The Fire » ou « Ride The Lightning » pour n’en mentionner que quelques unes. Il monta un nouveau groupe, MEGADETH et sortit un 1er album « Killing Is My Business…and Business Is Good » 2 ans plus tard … mais qui était loin de traduire tout le potentiel du groupe. Un disque pas facile à aborder déjà à cause d’une prod rebutante et trop crade et des compos encore trop brouillonnes .. mais on détectait que la bande à Mustaine pouvait faire mieux et on répérait déjà un sacré niveau technique, une hargne de chaque instant mais pas canalisée. Qu’à cela ne tienne, Mustaine en personne lucide et avisée se rendit vite compte qu’il ne pourrait jamais rivaliser avec la concurrence s’il ne rendait pas une meilleure copie pour le 2nd disque du groupe. Grandement aidé par un gros deal avec une major, le groupe va bénéficier d’un budget conséquent pour l’enregistrement de ce 2eme opus … et cela s’entend !!! Quel son et quelle différence avec le 1er album !! Encore aujourd’hui, la prod et le son à la fois heavy et clair n’ont pas pris une ride et surtout possèdent une forte identité .. ne sonnant absolument pas comme les wagons de groupes de thrash ayant emboité le pas aux Big Fours durant 3 décennies. C’est du reste justement ce son (surtout au niveau des guitares rythmiques) qui m’avait fait de suite accrocher aux 1ers albums du groupe .. et pour être franc, quitte à en choquer certains, le changement de son opéré sur le pourtant très réussi « Rust In Peace », m’avait déçu ..non pas que le son du groupe était mauvais .. bien au contraire … mais le groupe revenait dans la « norme » et sonnait comme tant de groupes de thrash de l’époque et abandonnait ce son plus cru et un peu punk de « Peace Sells » et « So Far … », perdant un peu de leur personnalité. Mais cela n’engage que moi. Pour en revenir à « Peace Sells » … et bien cette prod cinq étoiles allait permettre de mettre en valeur les meilleures compos que Mustaine ait composé … et grandement aidé par des excellents musiciens. Le talent de Mustaine explosait à la face du monde entier, on découvrait des titres super bien composés, atypiques et non formatés, un niveau technique bien au dessus de la moyenne tout en gardant un côté accrocheur permettant de se rappeler rapidement des chansons. Le meilleur exemple était ce « Wake Up Dead » servi en ouverture de l’album avec ce riff vicieux qu’on identifie dès les 1eres secondes plus de 30 ans plus tard. Ce titre est une succession ou plutôt une avalanches de riffs sacadés différents, d’accélérations de folie bien énervées pour revenir à un rythme mid-tempo et heavy, des soli ébouriffants de virtuosité …. un titre ovni avec un structure hors norme …. un pure joyau qui annonçait la couleur. Et le groupe va appliquer cette formule de cassures rythmiques sur quasi tous les titres, cela renforçant cette impression de puissance des riffs thrash et tranchant comme jamais comme sur « The Conjuring » ou le furieux « Good Morning/Black Friday » introduit par de belles guitares calmes durant 2 minutes avant un déferlement de riffs thrash durant les 4 dernières minutes de ce brûlot, ou sur ce « Bad Omen » à l’intro acoustique trompeuse avant que les musiciens nous embarquent dans un successions de riffs alambiqués et thrash.
Mais cette fois ci Mustaine avait bien compris qu’il devait composer des compos destinées à rester ancrées dans la tête des gens et marquer l’esprits des aficionados du thrash .. et le title track en est le parfait résultat ..: cette intro de basse absolument dantesque de Dave Ellefson …puis ce riff de Mustaine à inscrire au panthéon des classiques du genre … cette accélération progressive absolument jouissive se terminant de façon apocalyptique hyper speedée avec les martelement de pédale de double grosse caisse de Samuelson .
Et comme si cela ne suffisait pas, le groupe enchainait avec une autre pépite de thrash accrocheur, « Devils Island » … comment résister à ce riff et à ce refrain ? Tout bonnement imparable et Mustaine démontrait au monde entier qu’il était l’un (le ?) des meilleurs compositeurs du genre. L’un de mes titres préférés du groupe. Sur le génial « My Last Words » Mustaine revisitait à sa façon la NWOBHM sur un rythme rapide et des riffs moins thrash et bien plus ancrée dans le heavy anglais du début des 80s … mais revu à la sauce Mustaine … et nom de Zeus, que c’est bon … et puis ce solo …débouchant sur un final de folie. Un titre souvent oublié et dont je suis archi fan. Enfin, et pour perpétuer la tradition d’inclure une cover à leur album, Mustaine choisit un titre du bluesman Willie Dixon …, bien en décalage avec le reste de l’album, rajoutant à cette folie ambiante du groupe sur ce disque , démontrant que les musiciens n’avaient aucune limite et une liberté artistique totale. Et le résultat est ébouriffant et excellent .. dont cette accélération durant le solo ! Un blues à la sauce thrash, fallait oser !!
Un petit mot sur cette pochette absolument superbe et tout en provocation avec la mascotte du groupe Vic Rattlehead prenant la pose devant le siège des Nations Unies en ruine, dénonçant l’hypocrisie de la communauté internationale.
MEGADETH avec cette 2nde offrande tapait un grand coup sur la table … Après un 1er disque brouillon, personne n’attendait le groupe à un tel niveau … »Peace Sells » . est tout bonnement l’un des tous meilleurs disques de thrash jamais enregistré, rivalisant sans problème avec « Master Of Puppets », « Reign in Blood », « Among The Living » ou « Bonded By Blood ». Mais le thrash de Mustaine se démarquait clairement des autres groupes, avec un niveau technique supérieur, des compositions aux structures plus travaillées tout en gardant cette urgence, ce côté sauvage.
Un chef d’oeuvre du genre, et mon disque préféré du groupe sans aucune hésitation.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Rate this review