GATEKEEPER : « From Western Shores » (c) 2023

GATEKEEPER : « From Western Shores » (c) 2023

From Western Shores
Catégorie:
Publié: 24/03/2023

Le Canada nous gate ces dernières années de groupes de heavy de grande qualité, on pense à CAUCHEMAR, KONTACT, MAULE, METALIAN, RIOT CITY, STARLIGHT RITUAL, THUNDERDOME, ULTRA RAPTOR et tant d’autres. Il manquait peut être juste un band donnant dans le epic heavy metal puisant ses influences chez MANOWAR, MANILLA ROAD et WARLORD. Et bien c’est chose faite avec GATEKEEPER sortant son 2nd album « From Western Shores ».
Les canadiens existent depuis 2013, avec sous les bras une ribambelle d’EP et un 1er album « East of Sun » sorti en 2018, mais auquel je n’ai pas trop accroché, peut être à cause d’un chanteur à la voix ne me parlant pas trop, car sans nuances, et aussi une musique bien qu’épique, manquant de subtilité et pas aidée par une prod moyenne. Le groupe ne transformait pas les espoirs des EP précédants et c’était dommage.
2023 …. nouveau chanteur, nouveau guitariste soliste .. et j’ai l’impression que Jeff Black (leader et guitariste rythmique) a fait un reset complet de son projet, tant ce 2nd opus est tellement meilleur à tous les niveaux, avec déjà cette superbe pochette dessinée par Duncan Storr (SKYCLAD, DARK FOREST).
Dès le 1er titre, avec ce riff et ses cris à la Jon Oliva par le nouveau venu Tyler Anderson, on sait d’entrée de jeu qu’on va se régaler. Le son et la prod sont enfin au niveau et cela pète à tous les niveaux, avec puissance et clareté et courtesy of Arthur Rizk (musicien d’ETERNAL CHAMPION, SUMERLANDS et également très bon producteur, le son du dernier excellent album « Dreamkiller » de SUMERLANDS,c ‘était lui). « From Western Shores » est épique comme jamais, avec des choeurs ici et là, des soli de guitare du nouvel arrivant vraiment excellent, Adam Bergen et bien entendu, la grande différence est faite par Tyler Anderson à la voix très agréable, moins rauque que celle de son prédécesseur mais tout autant puissante et bien plus variée.
La musique est également plus accrocheuse : écoutez moi ce riff du tonnère  de Zeus de « Death on Black Wings » par Jeff Black soutenu par une basse de David Messier bien présente dans le mix, cette magnifique voix de Anderson sur ce brûlot au rythme soutenu par la pédale de double grosse caisse de Tommy Tro et ces descentes de manches de toute beauté et toujours mélodiques d’ Adam Bergen. On sent que les musiciens s’amusent, mettant leur talent et virtuosité (car ça joue !!) au service des morceaux, leur donnant une sacrée richesse.
Les canadiens ont compris l’importance de la dynamique dans leurs titres comme sur le très beau « Shadow and Stone » commençant calmement avec cette batterie tribale, ce chant tellement beau d’Anderson donnant un côté un peu folk, avant que le morceau se lance dans un heavy épique de toute beauté avec ces lignes de chant doublé, ce riff de Black se faisant plus heavy : on a envie de lever le point, de prendre notre épée et les suivre sur le chant de bataille. On pense au meilleur de VISIGOTH avec un travail plus poussé au niveau des guitares grace au talent mélodique de Bergen, mais aussi l’ombre de SAVATAGE plane durant  ce break inquiétant et ce chant plus agressif d’Anderson . Quasi 7 minutes de bonheur audifif montrant les immenses progrès réalisés par le groupe .. et ce n’est pas fini …
En effet « Exiled King » s’avère être la pièce maitresse de l’album, avec cette superbe intro avec ces choeurs mystiques, ces mélodies de guitares tout en touché très maidenesques… puis le tempo s’emballe pour une épopée heavy avec un gros travail fait au niveau du chant, des différentes voix, sur un tempo énervé (toujours cette pédale de grosse caisse) et ses riffs acérés de Black. Le groupe se permet un petit break magnifique avec ces notes de guitares tout en touché tandis que la voix d’Anderson nous fait hérisser le poil. Que c’est beau et tellement prenant. La musique du quinet nous embarque ailleur comme le font très bien les suisses de MEGATON SWORD, même si le style n’est pas tout à fait le même, mais le résultat oui. On pense également à MANOWAR bien entendu pour ce côté guerrier et fédérateur.
Le groupe sait également se montrer efficace dans des brulots plus courts comme le superbe « Twisted Towers » à la mélodie diaboliquement efficace avec ses « ohhohhh » , ces riffs toujours incisifs (ce jeu rythmique et ce son heavy et acéré de Black me font penser plusieurs fois à Jon Schaffer).
Ce 2nd opus des canadiens se termine par 2 magnifiques pièces épiques : « Desert Winds » tout d’abord mid tempo au riff plombé et ce chant d’Anderson véritable révélation de l’album démontrant qu’il a de sacrées cordes vocales et un grain de voix vraiment superbe. Les musiciens nous gratifient une nouvelle fois de changements dans ce titres alternant break posé, ponts donnant sur un solo de guitare fort réussi. Impossible de s’ennuyer une seule seconde avec une telle richesse musicale mais surtout mélodique car c’est bien le mot d’ordre de la musique du groupe, la mélodie avant tout.
« Keepers of the Gate » quant à lui se veut être une fresque heavy et épique de plus de 8 minutes, au tempo lourd dans sa première partie et s’accélérant dans sa 2nde partie avec une avalanche de soli mais aussi d’harmonies à 2 guitares.
Je dois bien l’avouer, je ne m’attendais pas à une telle claque et à une telle réussite de la part des canadiens. Les 5 ans séparant ce « From Western Shores » de son prédécesseur ont été tellement bénéfiques au groupe et surtout à Black qui a pris les bonnes décisions et fait les bons choix avec les 2 nouvelles recrues qu’il fallait à GATEKEEPER pour enfin prendre son envol.
Un album très riche, d’une grande beauté mélodique mais toujours bougrement heavy avec un souffle épique de chaque instant, nécessitant plusieurs écoutes pour en cerner toutes les subtilités.
Un grand album !

 

1. From Western Shores 05:40
2. Death on Black Wings 04:54
3. Shadow and Stone 06:45
4. Exiled King 06:21
5. Nomads 05:32
6. Twisted Towers 04:49
7. Desert Winds 06:24
8. Keepers of the Gate 08:28
48:53:00

 

Label Catalog ID Format Description
Cruz del Sur Music Digital Bandcamp
Cruz del Sur Music CRUZ143 CD
Cruz del Sur Music CRUZ613 12″ vinyl
Limited edition, 4 colors

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rate this review