DEEP PURPLE : « Perfect Strangers » (c) 1984

DEEP PURPLE : « Perfect Strangers » (c) 1984

Perfect Strangers
Catégorie:
Étiquette:
Genre:
Publié: 16/09/1984
La fin des 60s et les 70s avaient vu l’émergence de nombreux courants musicaux …. c’était à cette époque que toutes les bases avaient été posées dans différents styles mais le 1er à avoir dégainé dans notre musique favorite était Deep Purple dès 1968 .. et après des débuts hésitants, les anglais posèrent les bases du hard rock hargneux et d’une grande musicalité interprétée par des musiciens talentueux sur « In Rock ». C’était du jamais entendu à l’époque .. et le groupe n’allait pas s’arrêter là et continuer ses explorations musicales comme en mettant une touche de funk dans leur « Burn » ou « Stormbringer » se permettant également de sortir un double live de légende ayant marqué des générations de fans de rock, « Made In Japan ». En moins de 10 ans, le groupe avait brulé la chandelle par les deux bouts et à peu près tout dit musicalement parlant et se sépara en 1976.
Le début des 80s avait vu l’émergence de musiques durcissant le ton comme la NWOBHM reléguant les groupes des 70s au rangs de vieux dinosaures … les Rainbow, Whitesnake et même Black Sabbath avaient du mal à faire face aux nouveaux jeunes loups aux dents longues et à l’énergie débourdante comme Iron Maiden, Saxon & Co . et les Etats Unis s’étaient également mis au niveau avec les Queensryche, Metallica, Twister Sister ….
Dans ce contexte, l’idée de ressusciter Deep Purple germa dans l’esprit des musiciens car à l’inverse des autres vieux groupes qui s’étaient embourbés dans le moyen, Deep Purple n’était plus là mais restait pour beaucoup comme un groupe culte, une référence à l’origine du hard rock. Et cela tombait plutôt bien … la collaboration entre Gillan et Black Sabbath était terminée, Paice et Lord avaient quitté Whitesnake et Blackmore avait mis fin à l’aventure Rainbow. L’occasion était trop belle et le miracle eut lieu … Deep Purple mark II renaquit de ses cendres ….et le groupe entra en studio et accoucha d’une merveille, l’album « Perfect Strangers » en septembre 1984.
Les musiciens avaient pris de l’expérience et cela s’entendait. On ne peut pas dire que l’album transpire l’innovation mais par contre il reprennait les recettes qui avaient fait le succès de « In Rock » et « Machine Head », en adoptant un son et une démarche plus moderne … et surtout en composant des titres d’une très grande qualité. Car il faut bien avouer que ce « Knocking At Your Back Door » servi en apéritif est irresistible …. cette intro, montée en puissance durant les 40 premières secondes suscitait la curiosité de l’auditeur avant que la suite du morceau ne nous charme avec cette mélodie très bien trouvée, ce riff de guitare suivi par l’orgue de Lord nous rappelant la grande époque du groupe, et puis cette section rythmique de Paice et Glover sacrément bien en place … et Blackmore balançant un solo dont lui seul a le secret .. Pas de doute, le grand Deep Purple était de retour .. et ce refrain … ce final avec Ritchie en feu . D’entrée de jeu le niveau était hallucinant .. il faut bien l’avouer, peu de gens attendait les anglais à un tel niveau. Et ce niveau, le groupe va le garder tout au long de l’album . « Under The Gun », « Nobody’s Home », « Mean Streak » ne relachent pas la pression et au contraire montrent un groupe dans son meilleur jour, avec ce duo Blackmore / Lord nous régalant de leurs duels, alternant les soli et se répondant . Et puis tous ces titres dégagent une sacrée énergie… on sentait que le groupe avait les crocs aiguisés et que les musiciens voulaient prouver qu’ils étaient bel et bien là, de retour prêts à botter le cul à cette nouvelle génération.
Puis l’orgue de Lord crache les premières notes de « Perfect Strangers » suivi par le reste des musiciens .. et là on se dit de suite que le groupe tenait un putain de bon titre .. et c’est le cas car cette chanson est un chef d’oeuvre, avec cette ambiance légèrement orientale, envoutante, ce chant parfait de Gillan qui nous embarque, puis ce rythme sacadé mais si bien trouvé à 2’30 . Un pur joyau ..
Et ce n’est pas fini car que dire du brûlot qui s’enchaine sur un rythme infernal , « A Gypsy’s Kiss » avec cette mélodie de Lord tellement chouette .. .décidement le groupe était sur un nuage …ils essayait tout et transformait l’essai à chaque fois comme ce break « classique » de Blackmore à la guitare suivi de soli époustouflants de sa part auxquels Lord répond pour le régal de nos oreilles. Mais quel titre encore une fois !
Après 7 titres et plus de 30 minutes de hard rock intense, le groupe s’accordait une pause avec une très belle ballade, « Wasted Sunsets » sur laquelle le feeling de la guitare de Blackmore nous prend à la gorge.
Ce nouveau chef d’oeuvre de Deep Purple se terminait avec classe avec un « Hungry Daze », avec ce leitmotiv de clavier de Lord parfait …, ce break sur lequel Paice s’en donne à coeur joie sur ses futs … Musicalement il n’y avait pas à dire, Deep Purple était au dessus du lot et surtout arrivait à mettre ce talent au service des chansons .. et cela s’entend !!
La ré-édition cd de l’album comporte 2 titres supplémentaires, et pas des moindres : l’énervé « Not Responsible » que je trouve très bon avec ce riff de Blackmore excellent, un Gillan ayant rage (osant balancer un « fuckin’ !’) .. et puis et surtout cette pièce musicale de 10 minutes, « Son Of Alerik »: la définition du feeling, de la beauté la plus pure de la guitare si magique et expressive de Ritchie Blackmore. 10 minutes absolument magnifiques et qui auraient du être mises sur l’album. En 1984, le groupe anglais brillait de mille feux, en grande partie grace à ce virtuose et grand maître de la guitare.
Il y a eu des retours / come-back d’anciennes légendes … certains loupés, d’autres réussis mais sans plus .. et puis il y a eu ce retour de Deep Purple … certainement le plus réussi de l’histoire de la musique tant ce « Perfect Strangers » fleurte avec la perfection. Sans hésiter, cet album est pour moi un chef d’oeuvre et il m’arrive même de le préférer aux grands autres albums du groupe de la décennie précédente.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rate this review