HEAVEN & HELL : « The Devil You Know » (c) 2009

HEAVEN & HELL : « The Devil You Know » (c) 2009

The Devil You Know
Catégorie:
Publié: 28/04/2009

Déjà 12 ans que ce chant du cygne de Ronnie James Dio avec ses camarades de Black Sabbath est sorti. Oui Black Sabbath car j’ai toujours trouvé tellement nul de prendre ce nom de « Heaven & Hell » seulement pour satisfaire le mégère de Sharon Osbourne et son porte-feuille.
Après un retour en live en 2007 ayant absolument conquis tous les fans, autant dire que cet album était grandement attendu… et il valait ces 3 longues années d’attente tant la réussite était au rendez vous. Un disque pas si facile d’accès, qui dévoile sa richesse et son charme au fil des écoutes, un disque vers lequel on a toujours envie de revenir 12 ans après sa sortie. La raison ? Et bien il respire l’authenticité, une véritable envie des musiciens de proposer une musique venant de leurs tripes, de leur coeur avec le souvenir et le souhait de garder l’esprit de ce qui avait fait la magie de « Heaven & Hell », « The Mob Rules » et « Dehumanizer ». Du reste on retrouve un peu de ces trois albums dans ce « The Devil You Know » mais globalement, l’album est plus sombre, moins de suite accessible … Je dirais qu’il est plus proche du côté malsain et sombre de « The Mob Rules » et de la lourdeur de certains titres de « Dehumanizer » que de l’approche plus « légère » de « Heaven & Hell ». Alnsi  » Atom And Evil » nous écrase d’entrée de jeux avec son riff d’une lourdeur implacable renvoyant aux origines du heavy metal doom des anglais de Birmingham sur leur 1er album …mais avec cette voix unique et fantastique de Dio qui donne un autre dimension à ce titre, sans oublier la basse très présente de Butler et le soli de Iommi court mais tellement bien placé et surtout son riff mammouth !
Dès ce 1er titre, on sait qu’on a entre les mains un grand album … et « Fear » qui suit enfonce le clou avec ce riff parpaing du gaucher moustachu. Ce titre est plus nerveux, plus rythmé avec ce riff tournant en boucle et nous vrillant les oreilles pour notre plus grand plaisir .. et l’Homme de l’album, Dio place sa voix sur des lignes de chant parfaites et envoutantes, avec un côté inquiétant plus présent que sur ses précédents enregistrement avec le groupe. Quel sacré bon titre !
« Bible Black », certainement le titre le plus connu de l’album, montre la facette la plus accessible du groupe, avec cette intro à la guitare acoustique et le chant de Dio rappelant l’intro de « The Last In Line » et surtout quel chanteur exceptionnel il était … puis un énorme riff de Iommi déboule me rappelant un peu l’époque de « The Headless Cross ». L’ambiance est moins sombre mais toujours bien heavy sur ce titre très accrocheur et vraiment très bon.
Le basse bien mise en avant de Butler débute ce « Double The Pain » fort réussi porté encore une fois par les riffs heavy en Diable de Iommi dont l’inspiration et la classe éclabousse chacun des 10 titres composant l’album. La mélodie menaçante fait mouche, le refrain est simple efficace.
Ce qui est frappant sur cette 1ère partie d’album, c’est le choix d’avoir porté l’attention avant tout sur les riffs .. car ce sont clairement eux qui sont mis en avant jusque là, moins de soli ou harmonies de guitares comme cela était le cas sur « Mob Rules » par exemple. Ici tout a été fait et pensé pour servir au mieux les chansons et leur côté lourd, afin que de chaque titre se dégage une puissance incroyable. Et c’est ce qu’on ressent durant ces 4 premiers titres. Il faut attendre le génial « Rock And Roll Angel » pour voir s’exprimer plus longuement Iommi avec ce break tellement magnifique tout en feeling puis les soli qu’il enchaine. Ce titre est superbe du début à la fin .. et ce final acoustique beau à pleurer.
« The Turn Of The Screw » poursuit le cassage de nuque avec ce duo Iommi / Butler redoutable véritable base de l’album avec ces riffs tellement heavy et cette basse vrombissante comme jamais .. et avec un Vinnie Appice moins présent je trouve, certainement le mix de l’album le mettant moins en valeur.
Très bon titre encore une fois renvoyant tous les prétendants à la succession du groupe dans leur cours de récréation.
Alors que le tempo des titres était jusqu’à la assez lent, voici que débarque un brulot au rythme enlevé, l’excellent « Eating The Cannibals » qui nous replonge du côté d’un « Neon Knights » ou d’un « The Mob Rules » .. et il n’a pas à rougir comparé à ses glorieux ainés tellement le riff et la mélodie sont bien trouvés et puis quelle performance de Dio ! On avait du mal à croire que le petit Lutin à la voix d’or avait 70 ans !
Petite nouveauté dès le début de « Follow The Tears », avec un orgue inquiétant qui fait son apparition et ce riff énorme de Iommi qui déboule annonçant un titre lourd de chez lourd dans un territoire peu enclin aux sourires … Un titre qui écrase tout sur son passage …
2ème titre rapide de l’album, « Neverwhere » nous permet de reprendre notre souffle et de respirer après la lourdeur implacable du titre précédent .. et cela fait du bien surtout qu’il est très réussi et Iommi y balance un solo dont lui seul a le secret.
« The Devil You Know » termine comme il a commencé, avec un titre d’une lourdeur incroyablement doom avec un RJ Dio avec sa voix fabuleuse poussée ici comme jamais. Mais putain ce riff encore une fois … Iommi est un Dieu (ou Diable à vous de voir !) du riff à donner envie aux auditeurs de se fracasser le cou à force d’headbanger !!! « Breaking Into Heaven » est une fois de plus une petite merveille arrivant à marier le côté malsain et ultra lourd des riffs de Iommi et le chant de Dio contrastant et apportant un peu de « douceur » et de mélodie .. et c’est du reste ce contraste ou plutôt cette complémentarité entre les 2 artistes qui a fait le génie de leur musique commune.
Vous l’aurez compris, je suis ultra fan de cet album, qui n’a pas toujours été compris par les fans. Ce disque est d’une grande richesse, une usine à riffs génialissimes, un don de la composition, une nouvelle définition de ce qu’est le heavy metal dans les années 2000. Il faut lui donner sa chance et ne pas s’arrêter à sa 1ère écoute .. car il mérite autant que les « Heaven & Hell » et « The Mob Rules » sa place au panthéon des plus grands albums de Black Sabbath.
CHEF D’OEUVRE !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rate this review