LORD GALLERY : « Lord Gallery » (c) 2021

LORD GALLERY : « Lord Gallery » (c) 2021

Lord Gallery
Catégorie:
Publié: 27/08/2021
On a beau être de la vieille école, il serait hypocrite et faux de ne pas avouer qu’Internet nous permet de découvrir plein de nouveaux groupes … et c’est une sacrée bonne chose … si bien entendu cela conditionne l’achat des albums qu’on trouve biens. Mais le web ne fait pas tout, et les concerts permettent également de découvrir des groupes, d’une façon différente car sur scène, il n’y a pas de filet et nous avons devant nous les musiciens qui se mettent à nue sans artifice, sans tricherie …. ça passe ou ça casse. Et lors de ce French Metal Assault à Torreilles en ce début d’après midi de septembre 2021, les jeunes LORD GALLERY donnaient leur tout 1er concert devant un public fan et connaisseur de hard …. et le hardos n’est pas un tendre … autant il sait se montrer excessif dans son amour pour les groupes qu’il aime, autant il peut se montrer impitoyable s’il sent l’arnaque …. Sortis d’un peu de nul part et seulement connus d’un très petit cercle d’initiés, les vendéens n’ont pas tremblé et ont délivré le set parfait, celui qu’il fallait pour se mettre dans la poche cette horde de hardos dont votre serviteur qui se précipita à la fin du set au stand du groupe pour acquérir le précieux 1er EP. sorti chez Cursed Ritual Records.
En 30 minutes, Lord Gallery pose les bases de leur musique déjà imprégnée d’une forte personnalité, aimant brouiller les pistes et éviter les clichers piégeux du genre.
L’intro … « Intro » (bon les gars juste là, un autre nom aurait été le bien venu hein 😉 ) nous glace le sang d’entrée de jeux, avec ces gémissements, ces instruments à cordes, ces choeurs angéliques en opposition avec ces cris, ces rires diaboliques et ce « Il faut tuer ces brigands ! » …. Le décor est posé ….. le groupe ne donnera pas dans de gentilles ritournelles à l’eau de rose ! Enfin « Lord Gallery » démarre sans crier garde avec un putain de bon riff enchainé avec des harmonies twin guitares soutenues par une rafale de double grosse caisse .. c’est parti pour 3 minutes d’un heavy au groove incroyable et .. swinguant alors que la musique reste puissante et accrocheuse avec le chant de Fabien tantôt mélodique sur le refrain tantôt plus agressif sur les couplets . Le morceau est bougrement entrainant et quels riffs du tonnerre de Zeus !
« Vendean’s Skins » s’enchaine sans temps mort avec ces roulements de toms et cette basse ronflante … et puis encore une fois un très bon riff sur lequel une chouette mélodie de guitare vient se poser.
Le morceau alterne de nouveau passage mi-tempo durant le refrain avec des accélérations étonnantes. Le solo avec en fond des harmonies de guitares arrivent rapidement dans le morceau .. suivi par des choeurs redoutables qui cartonnent en live comme vous pouvez vous en douter. Le morceau ne laisse guère de répis .. et les 3 minutes passent à une vitesse de folie sur ce morceau d’histoire bien glauque lorsqu’un chirurgien du 4eme bataillon des Ardennes en 1793 fit une triste expérience, celle de tanner des peaux humaines de 30 cadavres fusillés dans un bourg près d’Angers, les Ponts-de-Cé.
Tout comme Tentation, Herzel ou Hexecutor, le quatuor vendéen est friant des légendes de sa région comme en témoigne le superbe morceau « Beauty Killer » narrant l’histoire d’une énorme bête genre grosse ourse qui aurait vécu dans les alentours d’ Angles vivant dans un grotte et guettant les passants, laissant tranquille les vieilles gens mais s’en prenant aux jeunes jolies filles leur « volant » leur beauté en les dévorant, que Père Martin combattit et finit par vaincre. Musicalement, Lord Gallery nous embarque dans une superbe pièce heavy de 6 minutes sur un tempo rapide démarrant ..tambours battant avec cette batterie en furie . L’une des caractérisques du groupe est d’arriver à produire un mixe entre des couplets énervés aussi bien musicalement que vocalement avec des riffs tranchants .. et un refrain plus mélodique et faisant mouche et restant incrusté dans votre cerveau. Que c’est bon …. « Fighting ….the beauty Killer ! ». Un soli magnifique et mélodique arrive suivi d’harmonies à 2 guitares dont le groupe semble fan .. pour mon plus grand plaisir. Un morceau passionnant et surperbement composé.
Les 1ères lignes de basse d’ « Epidemic Hell » me font penser immédiatement à Iron Maiden, à la fois à « Stranger In A Stranger Land » et aussi un peu à « Rime Of The Ancient Mariner » .. mais la suite laisse la place à la personnalité et l’excellence des vendéens avec ce rythme énervé, ces riffs qui cavalent, le chant de Fabien très vindicatif sur ce morceau avec un refrain venimeux et tellement bon allant avec les paroles peu réjouissantes rappelant l’épidémie de typhus ayant frappé Nantes durant la Guerre de Vendée et plus particulièrement les prisons surpeuplées causant la mort de milliers de prisonniers. La grande force du groupe se traduit dans ce morceau épique de plus de 6 minutes encore une fois débordant d’énergie durant lequel pas une seconde d’ennui pointe son nez, bien au contraire …le tempo véloce la plupart du temps .. et ces quelques ralentissements sur fond d’un riff puissant en Diable sont des véritables incitations à headbanger !!
Après 4 uppercuts surpuissant, Lord Gallery lève le pied avec une superbe power ballade, « I’ll Choose My Destiny ». Cela commence par les sons de crépitements d’un feu de bois, des corbeaux en fond puis des magnifiques arpèges de guitares acoutisques font leur apparition tandis que Fabien chante une mélodie émouvante de sa plus belle voix, doublée ici et là. Puis à 3 minutes, le morceau change de tournure et se transforme un heavy mélodique épique entrainant avec Titi et Fabien décochant des soli mélodiques de toute beauté tandis que les riffs se font plus heavy. Un titre magnifique, comme une lettre ouverte de ces soldats (de la Guerre de Vendée certainement) à leurs poches ressemblant à un adieu étant persuadés de leur sort funeste irrémédiable. Poignant et très puissant.
Et comme le groupe a absolument tout compris, guère étonnant qu’il termine ce 1er EP par cette tornade surpuissante « Bastard Heavy Metal » hommage à notre musique préférée mais aussi à nous ses fans. Speed metal / heavy metal … on a qu’une envie à son écoute secouer la tête comme un maniaque, lever le poing et gueuler « Bastard Heavy Metal » !
Rarement une année aura été aussi riche et passionnante en sorties hard cocorico. Ce 1er galop d’essai de Lord Gallery en est la preuve incontestable montrant la singularité du heavy metal français fier de son histoire servant de base pour une mise en musique puissante, ne pouvant qu’être épique dans tous les sens du terme. Les vendéens peuvent être fiers de leur musique et de leurs morceaux d’histoires de leur terre coulant dans leurs veines. Quand la musique vient des tripes et du coeur, l’art pointe son nez et régale les auditeurs et passionnés de belles musiques. Bravo !
(et très beau dessin de pochette au passage, clin d’oeil aux paroles de leurs chansons réalisé par Heloïse Merlin).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rate this review