ABSOLVA : « Fire In The Sky » (c) 2022

ABSOLVA : « Fire In The Sky » (c) 2022

Fire In The Sky
Catégorie:
Publié: 18/02/2022
Plus de 8 ans que je suis la carrière des anglais d’ABSOLVA, depuis notre 1er show organisé pour eux en 2014 au Korigan mais aussi en tant que musiciens de Blaze Bayley et leur show au Jas Rod en 2014 également. Les musiciens ont la musique heavy dans leur sang, sont des passionnnés et ne vivent que pour leur musique et les concerts durant lesquels ils partagent cette passion avec leurs fans. 2 années difficiles durant lesquelles le groupe n’a pas pu défendre sur scène leur album « Side By Side » (sorti début 2020) comme ils le souhaitaient (quelques dates en UK seulement en ouverture de Blaze mais la tournée en tête d’affiche avait été annulée à cause de la pandémie). Qu’à cela ne tienne, le quatuor de Manchester est retourné en studio plus motivé que jamais et c’est avec une grande surprise que nous avons appris cette semaine la sortie de leur 6eme album studio « Fire In The Sky » prévue le 18 février !
Avec une pochette représentant les 4 musiciens ayant la rage (et dessinée par Akirant Illustration (Iron Maiden, Stars War), le groupe semble vouloir crier au monde entier qu’ils sont bel et bien vivants, debouts pour continuer à défendre la musique qui nous tient tellement à coeur, et que malgré toutes les difficultés de ces 2 dernières années, ils ont toujours le feu en eux et qui les guide et c’est ce que le groupe exprime dans leur excellent 1er single « Fire In The Sky » au riff imparable rappelant celui du fameux de « Burn » de Deep Purple. Difficile de résister à ces accords démarrant ce nouveau brulot futur classique des prochains concerts du quatuor et quel excellent refrain. Ce 1er extrait permet également de constater que les anglais ont porté plus d’attention à la production de ce nouvel opus. La section rythmique est cette fois ci plus présente (ce qui manquait sur « Side By Side » avec un son batterie pas très naturel) avec la batterie de Martin Mcnee sonnant d’enfer ainsi que la basse de Karl Shaby Schramm plus présente pour mon plus grand plaisir pour au final un son bien plus équilibré que sur les 2 précédents disques. Et que dire des guitares qui n’ont jamais été aussi puissantes et claquantes ! Le riff déjà démoniaque de ce titre prend encore plus d’ampleur, un vrai plaisir pour nos oreilles.
Depuis quelques années, les anglais privilégient des brulôts courts allant droit au but comme ce 1er single mais aussi sur le titre lançant l’album « Demon Tormentor » rythmé et bougrement accrocheur durant lequel Christopher Appleton nous rappelle qu’il est un sacré bon soliste avec des descentes de manche vertigineuses dans ce titre hommage au « Seigneur des anneaux » et évoquant le démon/mal de l’histoire Sauron.
Le titre suivant « Burn Inside » parlera aux fans de Maiden le riff et le refrain ont un petit air de « Quest For Fire » mais ici pas de paroles parlant de dinosaure, ici Chris évoque entre autres choses la persévérence qu’ont du avoir les musiciens durant les différents confinements liés à la covid depuis 2020, pour ne rien lacher et toujours garder cette flamme brulant en l’intérieur de soi. Un titre très réussi avec toujours la pédale de gosse caisse martelée par Martin rajoutant à l’énergie dégagée par la musique d’Abolva. On notera quelques belles harmonies à 2 guitares des 2 frères Appleton du plus bel effet.
L’une des forces de ce nouvel opus sont ces riffs costauds de chez costauds comme celui d’ « Addiction » (parlant des différentes addictions comme la cigarette, l’alcool .. qui même si on les arrête, laissent toujours une « trace » en nous) , l’un de mes titres préférés de cet album et Luke Appleton ne doit pas y être étranger avec ce côté heavy des riffs et toutes ces petites interventions de son frère Chris ici et là bien jouissives. On note également l’attention portée aux mélodies vocales comme sur le pré-refrain et sur le refrain avec ces voix doublées. Un très bon titre témoignant de l’inspiration niveau olympique des musiciens.
Sur « Side By Side », le groupe nous avait montré leur talent pour composer des chansons emplies d’émotions et plus en nuances et ils poursuivent avec succès comme sur le magnifique « What Does God Know » sur lequel le chant de Chris se veut poignant et les paroles très personnelles, cette intro avec ces chouettes arpèges de guitare sur fond d’une mélodie de guitare électrique du plus bel effet avant que le côté heavy prenne le relais un temps. La dynamique est superbe, prenante et rappelle les meilleurs titres du groupe comme « Only When It’s Over » … et puis le groupe nous balance un belle accélération heavy durant le refrain magnifique. Une bien belle pépite !
Je vous parlais de riffs heavy concoctés par le groupe et bien ceux de « Stand Your Ground » sont implacables et nous scotchent contre le mur avec le chant inquiétant cette fois ci de Chris Appleton. Et puis quel son renforçant la puissance de la musique dont les paroles sont un clin d’oeil au film « Predator » !
Sur « Man For All Seasons », Karl se fend qu’une chouette intro de basse jouée avec une pédale d’effet, c’est original et cela permet de lancer un nouveau titre mid-tempo heavy réussi dont le groupe a le secret avec des paroles sur la série « Ray Donovan ».
Changement d’ambiance l’intro de « Galloglaigh » où l’entend le bruits d’épées d’un champ de bataille évoquant l’histoire de ces mercenaires irlandais appelés quelques fois les Guerriers samouraïs irlandais du 13ème au 16ème siècle. Du reste certaines mélodies de guitares font très celtiques (à la Thin Lizzy ou Gary Moore époque « Wild Frontier ») ainsi que ces « ohhhoo » clins d’oeil certainement à « The Clansman » de qui vous savez interprété à chaque tournée de Blaze Bayley avec les musiciens d’Absolva.
La fin de l’album approche .. et voilà que les anglais sortent le grand jeux sur « Historic Year », certainement l’un des meilleurs titres composés par Absolva, une pièce épique de 6 minutes commençant par de biens beaux arpèges de guitare acoustique, une voix très mélodique de Chris avant que le morceau parte sur un tempo heavy en mode cavalcade dans les riffs de guitare avec des lignes vocales tellement réussies et accrocheuses renforcées ici et là par des choeurs et des interventions de six cordes au poil (mais quel bon guitariste ce Chris Appleton soutenu par des riffs en acier trempé de son frère Luke). Le groupe nous embarque totalement dans ce titre magnifique évoquant bien entendu cette 1ère année de la pandémie ayant touché la Terre entière. Les 2 guitaristes s’en donnent à coeur joie aussi bien dans les riffs que dans les harmonies et les soli, les cassures rythmiques .. un régal à tous les niveaux !
Pas évident de succéder à ce titre … mais les anglais sont talentueux et nous balancent un brûlot de 3 petite minutes absolument imparable et tellement accrocheur .. Impossible de ne pas taper du pied et secouer la tête à l’écoute de « Refuse To Die ». Les mélodies vocales sont encore à la fête soutenues par des riffs hyper efficaces. Aussi étrange que cela puisse paraître, ce titre énergique me rappelle ce que faisaient les excellents punk métalleux de Strung Out au milieu des années 2000. Un brûlot hommage au public de leur ville natale Manchester et aux shows fantastiques chez eux par Absolva.
Que cet album est rafraichissant et fait plaisir. Pourtant sortir un 6ème album en 10 ans de carrière, ce n’est pas évident mais cela démontre la ténacité de ces gars de Manchester qui ne lachent rien et gardent cette fraicheur, cette envie et cette inspiration pour sortir un disque remarquable, dans le top 3 de leurs meilleures réalisations. Plus équilibré, globalement plus accrocheur et doté d’une production claquante, ABSOLVA sort un disque que pourrait bien leur ouvrir enfin la porte d’un succès plus que mérité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Rate this review